Rencontre avec Jean-Paul DIDIERLAURENT auteur du « Liseur du 6h57 »

Cultura rencontre DidierlaurentVendredi soir dernier, j’ai eu le plaisir d’être invitée à une rencontre avec Jean-Paul Didierlaurent, l’homme aux quatre prénoms, et surtout auteur du roman Le Liseur du 6h27, paru aux Editions du Diable Vauvert. Cette rencontre avait lieu au sein du magasin Cultura de La Défense et rassemblait, autour de l’auteur, David Abiker et plusieurs blogueuses : Miss Bouquinaix, Uty, Marie, Camille, Claire, Lulumae et Emily. Une rencontre en petit communauté dans une ambiance très amicale et chaleureuse grâce à l’équipe de Cultura que j’ai eu grand plaisir à retrouver après ma virée, en septembre dernier, à Bordeaux.

Après une visite du magasin, nous nous sommes installés confortablement dans un petit salon lecture (présent dans tous les Cultura). David Abiker a présenté le roman de Jean-Paul Didierlaurent, puis lui a posé quelques questions, l’occasion d’en savoir un peu plus sur cet auteur qui publie donc son premier roman et qui rencontre déjà un très grand succès puisque les droits de traduction à l’étranger ont déjà été achetés quasi simultanément avec la sortie du roman en France.

cultura la défense abiker et didierlaurent

Jean-Paul Didierlaurent est nouvelliste, et nous a donc appris que le personnage de Guylain Vignolles avait eu un double plus âgé dans une nouvelle écrite il y a quelques années, tout comme le personnage de Julie. Ce roman a donc eu une lente maturation. C’est lors d’un Prix reçu pour une de ses nouvelles, que Didierlaurent s’est vu proposer deux séjours d’un mois dans une maison pour écrivains afin d’accoucher de ce premier roman. Ce fut pour lui une expérience fantastique qui lui a permis de s’immerger totalement dans l’écriture.

Nous avons ensuite abordé les thèmes du roman. L’affreuse machine du pilon nous a conduits à faire des parallèles avec la mine de Germinal de Zola, tant les métaphores utilisées par l’auteur (celle du monstre dévorant) s’en rapprochent. Cette intertextualité n’était pourtant pas consciente d’après Didierlaurent qui s’était plutôt inspiré de Christine de Stephen King, auteur qu’il apprécie particulièrement. Mais finalement Stephen King s’est peut-être inspiré de la mine de Zola et cela permettrait de boucler la boucle !

Didierlaurent a l’émerveillement et la spontanéité des primo-auteurs, et c’est drôlement agréable. Il n’a pas du tout cette posture que certains peuvent avoir  quand ils ont trop publié. Et si nous étions toutes curieuses d’en savoir plus sur lui et son roman, il était aussi très curieux de savoir ce que nous en avions pensé et parfois surpris aussi de nos lectures et de nos interprétations. C’est d’ailleurs assez fascinant de voir à quel point l’inconscient d’un auteur est en action pendant l’écriture et comment certains thèmes, certains choix inconscients sont révélés par les lecteurs, c’est sans doute pour cela que j’aime tant les commentaires de texte, mais ça, c’est une autre histoire.

Didierlaurent est un auteur qui, dit-il, lit peu, mais ses parents de condition modeste ont toujours eu un respect pour le livre qui leur interdisait de les jeter. Ils lui ont transmis cet amour des livres, et l’un de ses grands plaisirs, quand il vient à Paris, est de flâner sur les quais des bouquinistes. Il n’est pas étonnant alors que les livres, mais plus généralement la lecture, silencieuse ou à voix haute, soient si présents dans son premier roman.

Une belle rencontre faite avec simplicité et générosité aussi pleine d’optimisme que peut, finalement, l’être Le Liseur du 6h27.

Mille mercis à l’équipe de Cultura qui décidément fait jubiler les esprits. Quelques photos sont disponibles sur twitter en tapant #CULTURABOOKPARTY

Publicités
Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. Merci de ce partage George ! Ca me donne envie de découvrir son livre !

    Réponse
  2. Encore une rencontre enrichissante grâce à Cultura ! Belle expérience !

    Réponse
  3. Un auteur simple et accessible, on a vraiment pris plaisir à le rencontrer. Merci George pour ton article qui résume bien le contenu des échanges! Marie.

    Réponse
  4. J’étais passée à côté du billet de présentation, du coup je viens de le lire, bien envie de découvrir ce roman, Julie la Dame Pipi m’intrigue!
    Vous avez partagé un moment agréable.

    Réponse
  5. Merci pour ce résumé de rencontre 🙂 Cela me donne déjà plus envie de lire ce livre que je n’osais pas approcher à cause de la grosse réputation qui le précède !

    Réponse
  6. Maeve

     /  juin 18, 2014

    J’ai adoré ce roman ! C’est un livre qui rend heureux 😉

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :