« Grace Kelly. D’Hollywood à Monaco, le roman d’une légende » Sophie ADRIANSEN.

Adriansen KellyParmi les actrices américaines des années 50/60, j’ai toujours été fascinée par Marilyn Monroe ou Audrey Hepburn et j’avoue que pour moi, Grace Kelly a toujours été avant tout la princesse de Monaco. Lorsqu’elle s’est tuée dans un accident de voiture en 1982, j’avais 10 ans, et je m’en souviens parfaitement. Cette mort, sans doute comme celle de Diana en 1997, a marqué les esprits du monde entier. Les deux princesses s’étaient d’ailleurs rencontrées, comme le raconte Sophie Adriansen, et l’on ne peut être que touchée par ces destins communs.

Bien sûr j’avais vu les films tournés par Grace Kelly : ceux d’Hitchcock ou encore Mogambo, mais c’est tout et je ne les ai pas revus depuis fort longtemps (ce qui est une erreur que je vais rattraper bientôt). Lorsque Sophie Adriansen m’a proposé de lire sa biographie de l’actrice devenue princesse, je me suis dit que c’était l’occasion d’en savoir plus, d’autant que le film d’Olivier Dayan avec Nicole Kidman dans le rôle titre, vient d’être présenté en ouverture de Cannes.

Comme l’auteure le souligne dans sa préface : Grace Kelly est désormais une icône et son destin est une légende (p.9), c’est à cette légende qu’elle s’attaque pour en faire ressortir la vérité d’une femme qui a toujours vécu sous le regard du monde. En passant d’Hollywood à Monaco, Grace Kelly est devenue un mythe, réalisant le rêve de toutes les petites filles : devenir une princesse, mais ce ne fut sans de grands renoncements.

En relatant toute l’évolution de Grace Kelly, d’abord actrice passionnée qui en l’espace d’à peine quelques films est devenue une star, puis princesse en l’espace de quelques mois, Sophie Adriansen dresse le portrait d’une femme belle, certes, mais surtout sensible, fidèle en amitié et dévouée à ses amis et à son rôle de mère et de princesse. Sa beauté a fait d’elle une femme convoitée par les plus beaux hommes d’Hollywood, ne se refusant pas les tentations, elle fut sans doute une femme aimante et aimée.

Au fil des faits racontés, se dessine une femme qui a dû (et su) renoncer à son destin d’actrice pour se donner entièrement à son rôle de princesse et de mère. Plusieurs fois dans la biographie, Sophie Adriansen souligne comment Grace Kelly aurait aimé revenir au cinéma, envie contrariée par son statut de souveraine. A deux reprises, sous la pression des Monégasques d’abord, elle dut renoncer à tourner à nouveau avec Alfred Hitchcock, puis plus tard encore, Rainier mit le holà.

Grace a trouvé ailleurs, dans son rôle de princesse, de mère mais aussi dans sa passion des fleurs et dans la poésie, un moyen de combler le vide laissé par le monde du cinéma, même si ce monde-ci aussi avait ses inconvénients.

Sophie Adriansen propose donc une biographie autour de sept dates clefs de la vie de Grace Kelly: 1947, 1954, 1956, 1962, 1965, 1978 et 1982. Dans chaque chapitre l’auteure insère des évènements survenus à des époques différentes, mais permettant d’expliquer ou d’informer davantage sur ceux traités spécialement dans chaque chapitre. On peut regretter parfois des paragraphes qui m’ont paru un peu parachutés et n’offrant pas nécessairement d’informations capitales. J’aurais préféré moins de faits secondaires relatés, qui pour moi n’apportent pas grand chose comme des voyages à peine évoqués par leur destination. Mais, on sent, sous la plume de l’auteure, une empathie franche et vraie pour son sujet.

Le dernier chapitre, cependant, qui relate l’accident et la mort de Grace, est sans doute le chapitre le plus émouvant de cette biographie, il montre à quel point la princesse Grace était bien plus qu’une princesse. Ses obsèques rassemblant, dans la douleur, à la fois sa famille, Monaco et Hollywood, (mais aussi le monde entier) montrent à quel point elle était aimée pour elle-même, au-delà des rôles qu’elle joua dans sa vie, dans ces trois sphères qui ont en commun d’avoir toujours exposé l’image de Grace. Le destin de Grace Kelly fut toujours sous le feux des objectifs, ceux des caméras de cinéma d’abord, puis des appareils photos des paparazzi, mais sans doute que la vraie Grace était ailleurs et c’est cet ailleurs auquel nous donne un peu accès Sophie Adriansen.

Biographie factuelle, qui s’appuie sur une documentation fournie, cet ouvrage m’a appris beaucoup de choses sur le destin de Grace Kelly, a su révéler une personnalité à la fois forte et décidée, mais aussi sensible et mélancolique, un beau portrait de femme.

grace kelly mariage match

L’idée que ma vie fut un conte de fée relève elle-même du conte de fée.

Grace Kelly (p.172)

Merci à Sophie Adriansen et aux Editions Premium.

Biographie lue dans le cadre du Challenge Mélange des genres (cat. biographie) et  Challenge la littérature fait son cinéma.

challenge mélange des genreschallenge la littérature fait son ciné saison 4

Publicités
Poster un commentaire

16 Commentaires

  1. J’aimerais bien en savoir plus sur cette femme que je n’ai pas connu « de mon temps ». 🙂 Merci pour ce billet.

    Réponse
  2. Une lecture qui s’inscrit parfaitement dans l’actualité cinématographique ! J’avoue que je n’ai jamais vu le moindre film avec Grace Kelly (ou alors je ne m’en rappelle plus, ce qui est fort possible…) mais j’ai bien envie de combler cette lacune ! Merci pour cette première participation au challenge 🙂

    Réponse
    • Cette lecture m’a donné très envie de redécouvrir les films de Grace Kelly, je me suis rendue compte aussi que finalement elle n’en avait tant tournés que cela.

      Réponse
  3. Si tu vas voir le film, tu pourras comparer les deux biographies.

    Réponse
  4. Contrairement à toi j’ai toujours perçue Grace Kelly comme actrice et surtout égérie d’Alfred Hitchcock que j’adore, il faut dire que Fenêtre sur cour est l’un de mes films préférés et je le regarde souvent. Je me souviens très bien de sa mort comme celle de Romy Schneider morte aussi en 1982, elles m’ont beaucoup marquée. Cette biographie est donc très tentante bien plus que le film d’olivier dahan

    Réponse
    • J’en ai vu quelques uns quand j’étais enfant, mais finalement je pense que je la connaissais plus comme princesse people. Je me souviens très bien de la mort de Romy Schneider aussi, j’aimais et j’aime encore beaucoup cette actrice et cette femme !

      Réponse
  5. Grace Kelly pour moi c’est surtout Fenêtre sur cour, j’adore ce film !
    Je note cette biographie qui, d’après ce que tu en dis, devrait me plaire.

    Réponse
  6. En suivant le festival de Cannes sur Canal, je me suis fait la même réflexion : je devrais lire un livre sur cette légendaire princesse. Je ne sais pas si je me conterais du film ou si j’irais plus loin.

    Réponse
  7. Je me souviens de la mort de Diana (et du sens du tragique de ma maman pour me l’annoncer au saut du lit : « Il y a eu une tragédie cette nuit »). Grace j’avais 4 ans, donc forcément… par contre, j’ai eu une grosse émotion lorsque je suis passée sur les lieux il y a quelques années…

    Réponse
  8. Grace de Monaco est une icône pour moi, même si elle est morte un an avant ma naissance. Le Rocher, quand on est née sur la côte d’azur, c’est incontournable, un peu comme de la famille éloignée. Du coup, je suis très intéressée par cet ouvrage ! Pour la petite histoire, je me rappelle avoir adoré l’exposition « les années Grace Kelly » à Monaco, en 2007 je crois. Tous ces objets !! Et ces robes… merveilleuses. D’ailleurs, je n’ai pas envie d’aller voir le film avec N. Kidman, qui a l’air de donner une image trop « déprimante » de cette inoubliable princesse de coeur… Bon week-end ! 🙂

    Réponse
    • Je comprends que tu sois très sensible au destin de Grace alors! Ce n’est pas une actrice, comme je le disais, qui me passionne. Je ne suis pas très sensible à la beauté froide, je l’avoue, mais cette biographie m’a permis de mieux la connaître et de l’apprécier davantage et rien que pour ça c’est bien !

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :