« La dernière danse » Victoria HISLOP

hislop dernière danseVictoria Hislop a été remarquée par son précédent roman devenu best-sellerL’Île des oubliés, que j’ai dans ma PAL mais que je n’ai toujours pas lu. Ce nouveau roman nous entraîne principalement en Espagne avec un petit tour en Angleterre. En 2001, deux amies anglaises, Sonia et Maggie, fans de flamenco, se rendent à Grenade pour un stage de danse espagnole. Durant une semaine, elles vont suivre des cours intensifs. Sonia, mariée mais malheureuse dans son couple est dans une phase de remise en question personnelle, tandis que Maggie, belle fille à la recherche de l’amour est plus libre et fêtarde.

Un matin, Sonia se rend dans un café et discute avec le patron qui commence à lui raconter l’histoire des anciens propriétaires, les Ramirez, qui tenaient le café pendant les années 30 avant et pendant la guerre d’Espagne. Il lui montre quelques photos, dont celle de Mercedes, la fille de la famille, très douée en flamenco. De retour en Angleterre, en visite chez son père, Sonia, découvrant des photos de sa mère morte quand la jeune femme était encore ado, a l’impression que sa mère et Mercedes se ressemblent. Elle retourne à Grenade, où Maggie s’est installée, et rend de nouveau visite au patron du café qui se lance alors dans l’histoire des Ramirez et de l’Espagne dans les années 30.

Le corps principal du roman est donc constitué de l’arrivée de Franco en Espagne et de cette guerre fratricide qui provoqua tant de morts dans les années 30. A travers le destin des différents membres des Ramirez, Victoria Hislop raconte les enjeux, les oppositions Nationalistes et Socialistes, les exodes, les bombardements, les arrestations arbitraires, la traque des intellectuels mais aussi des homosexuels, bref la dictature franquiste qui petit à petit s’installe et muselle les Espagnols.

Elle raconte ainsi le destin de chacun des membres de la famille Ramirez dont principalement celui de Mercedes partie sur les routes à la recherche d’un guitariste génial avec lequel elle formait un duo fabuleux. On apprend ainsi que le flamenco, la danse, mais aussi la musique étaient interdits : symbole de la sensualité féminine, cette danse devient prohibée.

Le lecteur traverse donc une Espagne ravagée qui rappelle ce que vivra la France une petite dizaine d’années plus tard, comme une grande répétition de l’occupation allemande.

Roman historique donc essentiellement mais avec une vision intimiste qui malheureusement, à mon goût, n’est pas suffisamment poussée. Victoria Hislop crée en Sonia un personnage naïf qui étrangement ne semble n’avoir jamais entendu parler de Franco et de la guerre d’Espagne. Ce procédé permet en effet d’instruire son lecteur, mais l’ignorance de Sonia me semble excessive, comme me semble peu vraisemblable également que Sonia découvre les photos de sa mère jeune et apprenne à 30 ans que sa mère dansait le flamenco et avait vécu en Espagne.

L’autre problème que j’ai rencontré avec ce roman, est une impression que l’auteur n’a pas suffisamment digéré les données historiques. L’histoire des personnages passe très souvent au second plan, pour un premier plan historique trop proche d’un simple livre historique avec date des batailles, avancée des troupes, etc. qui rend du coup le récit romanesque fastidieux. Je me suis perdue dans ces anecdotes de guerre civile n’ayant qu’une envie revenir au destin des personnages.

D’autant que certaines scènes sont répétitives : descriptions à gogo de séances de flamenco ou de corrida.

Bref, tout cela pour vous dire, que j’ai passé mon temps à attendre les chapitres où l’intrigue concernant les personnages allaient afin arriver. Toutefois ce roman n’est pas sans intérêt, loin de là, et le va et vient entre l’époque moderne et les années 30 reste intéressant.

Advertisements
Poster un commentaire

23 Commentaires

  1. Malgré ta conclusion positive, je ne suis pas tellement tentée par ce roman.

    Répondre
  2. J’aime généralement beaucoup les romans dont le récit a un lien avec la guerre d’Espagne(et avec les guerres européennes en général). Je fais partie des nombreuses lectrices qui ont adoré « L’Île des Oubliés », donc en théorie, ce roman devrait me plaire ! 😉 Malgré ta chronique peu positive, je me laisserai certainement tentée. En espérant qu’il me fasse autant voyager que le précédent !

    Par contre, le manque de connaissance d’un personnage par rapport à certains faits historiques ne m’étonne pas (à moins que l’auteure lui prête beaucoup de culture dans les autres domaines) tellement je suis parfois sidérée par le manque de culture des gens que je rencontre dans la vie de tous les jours. 😉

    Répondre
    • Je lirai sans doute « L’île des oubliés » pour me faire une autre idée de cette auteure. Moi aussi je suis sidérée parfois et surtout par la nouvelle génération !

      Répondre
  3. Oh, dommage… Les thèmes, le (les) cadre(s) m’avaient justement séduite mais je vais plutôt me pencher sur d’autres récits, en tenant compte des défauts que tu soulèves. Bonne fin de week-end !

    Répondre
  4. J’avais adoré l’île des oubliés malgré le début maladroit, mais je vais donc passer mon tour sur celui-ci !

    Répondre
  5. J’ai bien aimé L’île des oubliés mais le sujet de celui-ci ne m’intéresse pas alors je passe mon tour sans regret

    Répondre
  6. Flo

     /  mai 4, 2014

    Mouais, ta chronique ne me donne pas envie de lire ce livre. En revanche, si l’auteur fait comme si les lecteurs ne connaissaient pas la guerre d’Espagne ne m’étonne pas. Beaucoup de gens et de lecteurs ne sont pas très cultivés.

    Répondre
    • Il faut dire que je n’ai pas été très gentille ! Je m’étonne pour ma part de ce manque de culture, mais plus ça va et plus je constate que hélas tu as raison !

      Répondre
  7. Bon, et bien tant pis alors …

    Répondre
  8. J’avais déjà une première critique moyennement engageante, et la tienne ne me donne pas vraiment envie non plus… bon, c’est toujours ça de moins à inscrire sur ma PAL !

    Répondre
  9. et bien là encore, je ne me sens pas encore très attirée par le livre. La naïveté excessive du personnage avec l’histoire espagnole m’aurait également fatiguée, je pense.

    Répondre
  10. Miss Alfie

     /  mai 11, 2014

    J’avais beaucoup aimé « L’île des oubliés » car j’ai eu l’occasion de me rendre sur place il y a quelques années. J’ai vu qu’entre ces deux titres, V.Hislop avait également sorti « Le fil des souvenirs », et j’ai l’impression qu’elle travaille beaucoup autour de l’histoire et des secrets de famille. Le risque est que cela finisse par être répétitif…

    Répondre
    • C’est le problème des auteurs en ce moment je trouve, une fois qu’ils ont un filon il le tire jusqu’au bout ! mais je lirai sans doute « L’île des oubliés » !

      Répondre
  11. chaplum2

     /  mai 21, 2014

    Comme Miss Alfie, j’ai aimé L’île des oubliés, mais j’ai l’impression que c’est toujours un peu le même genre de procédé.

    Répondre
  12. janine

     /  janvier 14, 2015

    Ayant un grand-père qui a combattu contre Franco, j’ai adoré « une dernière danse », pour moi, pas trop d’histoire ! juste ce qu’il faut pour me donner envie d’en chercher plus sur cette guerre civile (malheureusement, mon grand-père n’est plus là pour me raconter). Donc, si cette période vous intéresse, ne manquez pas ce livre

    Répondre
  13. Un livre magnifique, comme tous ses précédents 🙂

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :