« N’oublie pas les oiseaux » Murielle MAGELLAN (Rentrée Littéraire Janvier 2014).

magellan couverture les oiseauxIl y a des romans que l’on choisit sur une belle couverture, que l’on ouvre sans savoir à quoi s’attendre, dont on ne connait pas l’auteur et qui soudain, vlan, sans crier gare vous propulse en vous-même, soulève un voile, comme ces draps blancs dont on recouvre les meubles d’une maison abandonnée pour les protéger de la poussière et que l’on fait voler quand on ose revenir dans ce lieu déserté. Le roman de Murielle Magellan a fait s’envoler mes draps blancs.

Dans ce roman autobiographique, Murielle Magellan livre l’histoire d’un amour de vingt ans avec le Russe, comme elle l’appelle, un homme charismatique, charmeur, volage, insaisissable et complexe. Elle raconte cet amour d’une vie, de son adolescence (elle a 17 ans quand elle le rencontre) à l’âge adulte. Un amour en pointillés, qui a ponctué sa vie, l’a fait grandir, l’a détruite, l’a constituée.

Dès l’ouverture, Murielle Magellan avoue sans détour l’aspect autobiographique de ce roman. Non seulement elle raconte son histoire, mais insère des extraits de son journal écrit durant toute cette période ainsi que des petits mots que le Russe lui déposait un peu partout : sur son clavier d’ordinateur, dans son sac, sur la table de la cuisine, etc. Elle raconte cet amour comme une chronique où se mêlent les réflexions du passé et celles du présent, où se dessine aussi une narratrice en devenir, l’éclosion d’une femme. De l’adolescente timide, un peu mal dans sa peau, mue cependant par une volonté et une certitude, celle de ne pouvoir se résoudre à passer à côté d’un tel homme, car aucun homme ne sera jamais à sa hauteur, elle finit par dresser le portrait d’une femme que l’amour et la souffrance ont rendue forte.

Car le Russe sera non seulement un Pygmalion de l’amour, mais aussi un Pygmalion artistique. Génial metteur en scène, il l’encouragera, lui donnera la force de croire en elle.

Murielle Magellan raconte l’histoire d’un amour romanesque sans tomber dans le mélodrame, raconte les hésitations, ces lettres que l’on écrit et que l’on jette en tremblant dans une boîte aux lettres sur un coup de tête,  raconte ces journées à attendre un coup de fil, raconte cette dépendance à l’autre, cette impossibilité de dire non dès que l’autre nous appelle et que l’on est prête à tout abandonner pour aller le rejoindre, les coups de folie comme attendre des heures entières devant une porte close. Elle raconte les affres de l’infidélité et du mensonge, la conscience de s’engager dans une histoire impossible avec un homme insaisissable et auquel pourtant il est impossible de résister. Elle dit la nécessité de vivre cette histoire, l’impression qu’on restera suffisamment détachée pour pouvoir reprendre ses billes le moment venu, mais le moment venu réalise qu’il est déjà trop tard.

Difficile de lire ce roman en évitant l’identification et c’est bien là son paradoxe. Alors même qu’il est viscéralement autobiographique, il nous renvoie à des sentiments enfouis, nous fait revivre ses moments d’exaltation, ses amours auxquelles nous n’avons pas su résister alors même que nous savions dés le début qu’elles nous brûleraient les ailes. Mais, finalement, ont-elles vraiment brûlé nos ailes ? Car, comme le Phénix, il semble qu’elles soient revenues à la vie sous une forme différente en ayant conscience de ce qu’elles étaient à l’origine. Murielle Magellan raconte finalement sa propre éclosion et finit son récit sur une note d’espoir, sur des rires.

Un beau roman qui nous entraîne dans une douce mélancolie et que l’on quitte avec regret. L’aspect autobiographique reste problématique pour moi, mais le texte de Murielle Magellan a su faire fi de mes appréhensions.

Roman lu dans le cadre du Challenge Amoureux saison 3 (Amours contemporaines) et du Challenge Petit Bac 2014 (Cat. Verbe).

Challenge Amoureux saison 3challenge petit bac 2014

Poster un commentaire

54 Commentaires

  1. Bonjour,
    voilà un titre qui fait envie d’autant plus que j’ai apprécié la plume de l’auteur dans Un refrain sur les murs.
    Bon dimanche

    Réponse
  2. Bonjour
    J’ai tenté de ranger ma PAL aujourd’hui, je serai donc très raisonnable et ne noterai pas ce titre, même si ton billet est très tentateur.

    Réponse
  3. Intéressant, je note pour une future lecture bibliothèque

    Réponse
  4. Une très belle surprise pour moi aussi – je l’ai lu il y a quelque temps. C’est un livre fort, mais aussi un ouvrage qui se dévore…

    Réponse
  5. Je note le titre de ce roman, bien tentant. Et puis je trouve le titre très joli.

    Réponse
  6. Le titre, la couverture et ton billet donnent envie, je note !

    Réponse
  7. Sans ton avis, je n’aurais surement même pas déposé les yeux sur ce livre, mais maintenant j’ai vraiment envie de le lire!

    Réponse
  8. Ton billet me donne envie et je trouve la couverture belle. Bon allez un livre en plus à noter ! ^^

    Réponse
  9. « …ses amours auxquelles nous n’avons pas su résister alors même que nous savions dés le début qu’elles nous brûleraient les ailes. »
    J’aime ton point de vue mais vais-je le lire ? Peut-être l’emprunterai-je !!!

    Réponse
  10. Tu me donnes très très envie de lire ce roman et par la même occasion découvrir l’auteur. Je pense me faire plaisir le mois prochain, très belle présentation, merci!

    Réponse
  11. Ah, quel roman magnifique !

    Réponse
  12. J’ai craqué sur la couverture ce matin, et là ton billet m’a émue. Je veux le lire, et comme tu le dis, c’est difficile de ne pas s’identifier…

    Réponse
  13. Deuxième très bonne critique que je lis. Je pense qu’il va entrer dans ma PAL.

    Réponse
  14. Très jolie description de ce roman !
    Je ne connais ni le titre, ni l’auteure mais si je tombe dessus à la bibliothèque, je pense bien me laisser convaincre (et ton billet ne sera pas étranger à cela) !
    Faut que j’arrête de lire vos blogs, ma LAL va finir par prendre une taille impossible ! :p

    Réponse
  15. Je crois qu’il y a bien longtemps que je ne t’ai pas lue aussi enthousiaste alors forcément, je note !!

    Réponse
  16. Déjà noté depuis la lecture du billet de l’Irrégulière. Et si tu confirme, en plus, ça va être dur de résister ;0)

    Réponse
  17. Un beau billet qui me fait regretter de ne pas l’avoir choisi !

    Réponse
  18. Tu donnes vraiment très envie de le découvrir. J’ai trop de livres à lire pour affirmer qu’il sera bientôt dans ma pal, mais si je le vois à la médiathèque, c’est sûr je l’emprunte !

    Réponse
  19. Je ne connaissais pas, après une si jolie critique, un livre qui va forcément s’ajouter à la PAL 2014 😉
    Joli blog au passage.

    Réponse
  20. Et c’est vrai qu’elle est magnifique la couverture! J e n’ai jamais rien lu ce cet auteur mais tu en parles très bien.
    Je viens de lire le dernier Oates; je le commenterai la semaine prochaine, j’espère! Je vois que le challenge continue , alors je viendrai te mettre un lien.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :