« Roby ne pleure jamais » Eric SIMARD – Rentrée Littéraire 2013 (Jeunesse).

simard robyRoby ne pleure jamais d’Eric Simard est publié dans la collection Mini-Syros dont je vous avais déjà vanté les mérites il y a quelques temps. Ce court roman d’une quarantaine de pages est une jolie introduction à la Science-Fiction pour les enfants du CP au CE2.

Roby est un robot. Nous nous situons dans un futur imprécis dans lequel des robots humanoïdes sont fabriqués pour servir les humains. Dépourvus de toute émotion, ils ne ressentent aucune douleur ni aucun sentiment. Mais voilà, Roby n’est pas tout à fait comme les autres, c’est un roboïde , il découvre qu’il peut avoir mal. Attaché à une jeune demoiselle prénommée Cyrielle, Roby va ressentir le plus beau des sentiments : l’amour.

Eric Simard reprend les codes de la SF pour les adapter à la littérature jeunesse. L’intérêt de ce roman est que l’auteur se sert de la SF pour transmettre une réflexion sur l’autre. Roby le robot est programmé, conditionné pour ne rien ressentir et pourtant, on constate assez vite que ce sont les humains qui se comportent comme des robots, notamment une bande de gamins qui dans la cour de l’école prend un malin plaisir à torturer notre roboïde et son amie Cyrielle.

Au-delà d’une lecture en surface, Eric Simard nous renvoie aux jugements que les hommes portaient sur les « indigènes » au XVIIIème ou sur les Noirs aux Etats-Unis, et plus près de nous en Afrique du Sud avec l’Apartheid. Emporté par ses sentiments pour Cyrielle, Roby sort de ses gongs et agresse les sales morveux de la cour d’école. Il est alors jugé, sans ce que cela soit dit de façon explicite, pour savoir s’il a une âme, c’est-à-dire un cœur, ce qui rappelle l’œuvre de Jean-Claude Carrière, La Controverse de Valladolid concernant les Amérindiens.

A cette réflexion sur l’acceptation de l’autre vient s’ajouter une ode à la poésie à travers le personnage de Cyrielle. Comme Pygmalion en son temps mythologique, mais en inversant les rôles, Cyrielle va donner vie à son robot en lui faisant ressentir l’amour qu’elle lui porte.

Une très jolie histoire qui, non seulement éveille les tout jeunes lecteurs à la SF, mais dispense également une réflexion sensible sur la différence, voire même la violence scolaire.

Merci aux Éditions Syros.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2013, du Challenge Amoureux saison 3 (cat. Amours adolescentes) et du Challenge Cartable et tableau noir saison 2 (École).

challenge 1% littéraire 2013Challenge Amoureux saison 3challenge cartable et tableau noir saison 2

Advertisements
Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. Merci pour cet intéressant commentaire : une oeuvre que je retiens à côté des espions… 🙂

    Répondre
  2. novelenn

     /  décembre 7, 2013

    Vraiment sympa cette collection. Je note !

    Répondre
  3. C’est une collection intéressante, mais j’ai l’impression que beaucoup de titres sont assez sombres. Je ne suis pas sûre que celui-ci conviendrait chez moi. Pourtant je trouve l’idée intéressante, car j’ai l’impression qu’il y a peu de titres de science fiction pour les petits.

    Répondre
    • A l’intérieur de cette collection il y a plusieurs genres littéraires abordés, après dans le fond je ne sais pas trop, il doit y avoir un peu de tout. Le roman de Fuentès dont je donne le lien dans le billet est quant à lui assez drôle. A creuser !

      Répondre
  4. Ah je ne connaissais pas 🙂 merci pour cet article !

    Répondre
  5. manu08

     /  mai 8, 2015

    J’aime les commentaires sur l’ acceptation de l’ autre. C’est finement pensé..

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :