« Douze minutes avant minuit » Christopher EDGE

Edge 12 minutesA Londres, en 1899, Penelope Tredwell a repris le journal de son père, Le Frisson illustré, après le décès de celui-ci. Elle y écrit, sous le pseudonyme de Montgomery Flinch, des histoires fantastiques et terribles à la Edgar Allan Poe. Les ventes du journal s’envolent. Penelope a décidé d’embaucher un acteur de seconde zone, Monty Maples, pour incarner l’auteur à succès. Un soir, elle est contactée par le directeur de l’asile d’aliénés pour résoudre un étrange mystère : chaque soir, douze minutes avant minuit, un étrange phénomène se produit. Les malades sont pris d’une frénésie d’écriture. Penelope remarque alors l’étrange manège d’un employé de l’asile et la présence fugitive d’une femme en noir, surnommée la Veuve Noire.

Penelope est une jeune fille décidée, courageuse, inventive et bonne gestionnaire. Elle traine derrière elle, Monty Maples, pâle figure de l’auteur à succès à qu’elle a créé : peureux, pas très futé, Monty a du mal à tenir son rôle quand il n’est pas sur scène à lire les histoires écrites par Penelope. Ce qui entraîne des scènes assez drôles, dans lesquelles la jeune fille tente de rattraper les insuffisances de sa créature.

Christopher Edge parvient parfaitement à recréer l’ambiance mystérieuse du Londres fin de siècle. Juste un petit bémol, je trouve Penelope un peu jeune quand même pour être aussi indépendante à une telle période : 13 ans ! Mais c’est un détail. Car on est véritablement embarqué par cette histoire étrange de fous se mettant tout à coup à écrire partout, même sur les murs et sans que rien ni personne ne puisse les en empêcher.

L’auteur reprend les thèmes d’époque et des nouvelles fantastiques, les mêlant pour écrire une intrigue relativement bien ficelée : la folie, la terreur des asiles, l’hypnose, les rues sombres et mouillées par la pluie et le frog, une femme en noir belle et redoutable et une ambiance fin de siècle avec toutes les superstitions qu’elle suscite.

En dehors de l’intrigue, j’ai aimé aussi le contexte de la presse et des feuilletons écrits par Penelope, sujet peu fréquent aujourd’hui et qui fait revivre cette forme de littérature que les hommes et les femmes du XIXème siècle découvraient en bas des pages de leurs journaux. J’aurais aimé que ce thème soit même un peu plus développé dans le roman. Par ce biais, Christopher Edge aborde aussi la nécessité pour les femmes de prendre un pseudonyme pour écrire.

Enfin, la description de Londres, ses différents quartiers, son manque d’éclairage, ses bars louches sont aussi parfaitement rendus et entraîne le plaisir d’un retour dans le passé bien agréable. Lors d’une bien étrange soirée, Penelope croisera d’ailleurs Conan Doyle et H.G Wells : Christopher Edge recrée aussi le Londres littéraire de l’époque.

Un roman pour jeune ado qui se lit avec grand plaisir et qui peut être une belle idée de cadeau pour Noël ! Juste une petite précision avant de conclure, si vous avez la phobie des araignées, ce roman risque de vous donner des sueurs froides !

Roman lu dans le cadre du Challenge XIXème siècle, du Challenge I Love London, du Challenge British Mysteries et du Challenge Victorien 2013.

challenge littérature XIXechallenge I Love Londonchallenge british mysteris cat. Wilkie Braddonchallenge victorien 2013

Merci aux Éditions Flammarion Jeunesse.

Publicités
Poster un commentaire

25 Commentaires

  1. Tu sais titiller mon envie de lecture ! Tu me diras avec un roman se déroulant à Londres au 19ème, ça n’était pas difficile !!! Il ne me reste plus qu’à trouver le temps de le lire…. 😉

    Réponse
  2. Il me semble l’avoir noté sur goodreads, tu me donnes très envie de le lire !

    Réponse
  3. Je l’ai lu le mois dernier et j’ai beaucoup aimé aussi !! ce roman est très réussi et l’héroïne est bien courageuse, j’espère que le tome 2 sortira en 2014

    Réponse
  4. J’ai très envie de le découvrir 🙂 Hop dans ma wish-list de Noël !

    Réponse
  5. marjolaine

     /  novembre 26, 2013

    Étant atachnophobe je ne lirai jamais !

    Réponse
  6. Ca me rappelle un peu les aventures de Penelope Green de Beatrice Bottet, non?

    Réponse
    • Elles portent en effet le même prénom mais celle-ci est écrivain, et le côté « féministe » n’est pas marqué dans le roman de Edge, il y a aussi un côté un peu fantastique qui n’est pas présent chez Béatrice Bottet.

      Réponse
  7. Repéré et noté suite à un passage chez Bianca ;0) Il me tente beaucoup… C’est amusant mais c’est presque le même titre de celui que j’ai lu pour mon RAT (quelques minutes après minuit) c’est aussi un livre jeunesse mais le sujet n’est pas du tout le même…

    Réponse
  8. Tiens, tu m’intrigues avec ce roman… 🙂

    Réponse
  9. Il faudrait que je le lise ce roman…il a pas mal de succès dans le petit comité lecture qu’on a (constitué d’élèves de 6ième jusqu’à la 3ième)

    Réponse
  10. je ne peux que succomber ! Vilaine tentatrice ! 🙂

    Réponse
  11. Avec Londres, ça me donne bien envie 🙂

    Réponse
  12. Celui-là je le note. Ce que tu dévoiles de l’histoire m’intrigue.

    Réponse
  13. J’aime beaucoup votre avis sur ce livre!
    Si vous voulez lire le mien, voici le lien : https://nosamislesmots.wordpress.com/2015/02/17/douze-minutes-avant-minuit-christopher-edge/

    Réponse
  14. Est-ce que c’est très très jeunesse ou pas? Il me fait très envie mais je n’aime non plus lorsque c’est trop jeunesse (et oui, je fouille dans les vieux billets :p )

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :