Moi et les Liseuses !

liseusesPour ceux et celles qui suivent ce blog, vous savez que j’ai longtemps hésité, tourné autour des liseuses, pas forcément convaincue, les trouvant souvent un peu chères – si on considère tous les livres que je peux acheter pour le prix d’une liseuse -, doutant de son utilité dans mon cas personnel… Bref, j’ai fini par me dire : « Si on m’en offre une, après tout, pourquoi pas ! ». Et voilà que, lors d’une rencontre avec l’équipe des libraires de Cultura Bordeaux, une jolie liseuse m’est offerte : la Cybook Odyssey ! Ce qui est très drôle, c’est que, quelques semaines plus tard, je me suis vue offert également une Kobo Aura (merci Priceminister). Donc, me voilà avec deux liseuses, moi qui étais plutôt sceptique à leur sujet !

Je ne suis absolument pas une geek, donc ne comptez pas sur moi pour les détails techniques, dans ce domaine je suis blonde ! Non, je vais vous en parler simplement du point vue d’une lectrice, pour le reste allez faire un tour sur les sites linkés plus haut !

Commençons par leur silhouette respective. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, la Kobo est légèrement plus petite et plus proche d’un format livre papier de poche : rectangulaire, très plate et présentant un cadre sans relief (par rapport à la Cybook Odyssey), elle semble plus proche d’une mini-tablette classique. La Cybook Odyssey, aux coins arrondis et au double cadre en relief, présente également, sur le cadre, des boutons : un premier bouton rond, qui permet d’accéder aux différentes fonctions (librairie, bibliothèque, accès internet, menu…), deux boutons intégrés de chaque côté du cadre permettent de tourner les pages (option possible en plus de la fonction tactile), enfin un troisième bouton se situe en bas à droite, il permet, quant à lui d’allumer la liseuse ou de la mettre en veille. Sur la Kobo, deux boutons seulement tous les deux situés en haut à droite, sur la tranche et donc pas sur le cadre lui-même : l’un, rouge, permettant l’allumage et le mise en veille, l’autre actionnant l’éclairage, la Kobo Aura est donc résolument plus tactile :

Cybook

Cybook Odyssey

Kobo Aura

Kobo Aura

J’avoue que j’ai eu plus de facilité à m’adapter à la Cybook Odyssey avec ces boutons. Devant l’écran plat de la Kobo, je suis parfois un peu perdue. L’accès direct à l’éclairage, sur la Kobo, par une simple pression du bouton me paraît pourtant plus pratique que sur la Cybook Odyssey où il faut accéder à deux menus avant de mettre en route l’éclairage.

La Cybook Odyssey et la Kobo Aura ont une connexion Wifi, et un réseau ouvert qui permet de choisir son format et sa librairie : donc pas d’obligation de charger exclusivement des e-books Cultura, par exemple. Par contre l’accès internet sur la Cybook Odyssey apparaît directement sur l’écran d’accueil, ce que je trouve plus pratique. De façon générale, je préfère l’accueil de la Cybook Odyssey que je trouve plus lisible :

liseuses accueil

En ce qui concerne la lecture, dans les deux cas, ces deux liseuses sont très confortables et l’éclairage est parfait pour les lectures du soir. La fonction dico intégrée est un outil très pratique, le fait aussi que l’on puisse agrandir les caractères ou les rétrécir est très appréciable. La Kobo Aura possède également un petit supplément assez ludique qui permet d’établir des statistiques de lecture : avancée de la lecture, temps de lecture, évaluation du temps de lecture pour un chapitre, etc. Dans les deux cas, nous pouvons aussi intégrer des annotations, marquer des pages. Si on interrompt notre lecture, la reprise se fait sans problème, le livre en cours de lecture apparaît clairement sur la page d’accueil lorsque l’on rallume l’une ou l’autre liseuse.

La Kobo Aura présente une plus grande facilité pour éventuellement vider de quelques livres sa bibliothèque, toutefois la Cybook Odyssey est fournie avec déjà une bibliothèque remplie de divers classiques (en français mais aussi en anglais et même allemand ou italien) ce qui fait que dès la toute première utilisation nous pouvons déjà commencer à lire.

J’ai un petit problème avec l’organisation de la bibliothèque sur la Cybook Odyssey. Certes il y a la possibilité de classer les auteurs par ordre alphabétique, mais cet ordre se fait à partir du prénom et non à partir du patronyme, ce qui est bien dommage. Sur la Kobo Aura, par contre plusieurs possibilités de classement et là le classement alphabétique est bien établi sur le patronyme de l’auteur et non sur le prénom. Autre inconvénient qui risque de devenir un vrai problème, il manque une fonction recherche au sein de la bibliothèque (qui existe sur la Kobo Aura mais est un peu difficile à dénicher puisqu’il faut aller dans le menu principal et général de la liseuse, il aurait été plus pratique d’insérer cette fonction dans le menu même de la bibliothèque). Pour l’instant je n’ai pas chargé beaucoup de livres, mais si ma bibliothèque d’e-books doit être aussi remplie que ma bibliothèque de livres papier, soit environ plus d’un millier de livres, je pense que je vais passer un temps fou à trouver un roman s’il faut feuilleter les pages une par une.

Comme vous le constatez ces liseuses présentent de nombreux avantages, mais aussi certaines faiblesses. Les comparaisons que j’ai pu opérer à leur usage, ne me font pas nécessairement préférer plus l’une que l’autre (et je ne dis pas cela parce qu’on me les a offertes !). En fait la réelle comparaison que j’ai envie de faire c’est celle entre une liseuse (quelle qu’elle soit) et un livre.

Malgré tous les avantages de la liseuse, le livre papier reste mon chouchou et voici pourquoi :

1. Quoiqu’on en dise l’objet livre, la densité de l’objet, la couverture, je dirais même la 4ème de couv. me manquent quand je lis un e-book.

2. Parfois l’absence de sommaire est très gênant notamment pour les recueils de nouvelles. Cela vient plus des e-books que des liseuses elles-mêmes, mais peut-être est-ce un défaut que les constructeurs pourraient résoudre.

3. Les livres sont moins fragiles que les liseuses, on peut plus facilement les fourrer dans notre sac. Pour les liseuses, il va falloir que j’investisse dans des pochettes de protection. Par contre, évidement, les liseuses sont beaucoup moins lourdes : transporter Les Mystères de Paris en livre papier est beaucoup plus difficile et fatigant que quand on possède l’e-book dans sa liseuse.

4. Concernant les annotations, la fonction est appréciable mais quand même moins pratique et moins rapide qu’un coup de crayon sur un livre. En cherchant à accéder à la fonction tactile « annotations » sur la Kobo Aura, on a tendance à faire défiler les pages puisque ceci se fait également en touchant l’écran. Sur la Cybook Odyssey, la fonction est accessible grâce au bouton rond, mais là encore cela reste une action un peu longue. Par contre, je reconnais que l’accès aux diverses annotations prises lors de la lecture peut être plus rapide que le feuilletage d’un livre, sauf si vous utilisez des post-it !

5. Enfin, acheter un e-book ou un livre papier est bien différent pour moi. Le plaisir d’aller en librairie sera toujours plus fort que celui de surfer sur internet. De plus voir mes livres rangés (ou non) dans une vraie bibliothèque ou un peu partout dans ma maison, pouvoir les toucher, les feuilleter ne pourra pas être remplacé par une bibliothèque virtuelle sur une liseuse.

Enfin, pour conclure ce billet à rallonge (ça devient une habitude chez moi en ce moment), moi qui n’étais a priori pas forcément attirée par une liseuse, je dois dire, malgré tout, que je me suis laissé séduire par ces deux petites tablettes.

Re-enfin,liseuse Antoine il s’est passé une chose que je n’aurais pas soupçonnée. Mon fils Antoine (10 ans) a très rapidement adopté la lecture sur liseuse. Lui que l’épaisseur d’un roman a tendance à effrayer, m’a demandé de lui charger deux romans de Jules Verne et il s’est mis à lire Alice au Pays des Merveilles, alors que le livre papier est dans sa bibliothèque depuis au moins 3 ans ! Le fait précisément que l’épaisseur du livre ne se perçoive pas, lui permet de moins appréhender sa lecture. Je lui ai donc fait cadeau de la Cybook Odyssey que je trouve très adaptée aux enfants, notamment grâce aux divers boutons. La photo vous montre Antoine, que j’ai surpris en train de lire un soir alors que j’allais me coucher !

Merci à Cultura, à Priceminister et à Kobo pour ces beaux cadeaux.

Advertisements
Poster un commentaire

93 Commentaires

  1. Excellente idée que de nous parler des liseuses et de nous donner la comparaison ! Je sais ce que je dois ajouter aux qualités de ma future liseuse, pas plus mal de le savoir à l’avance.

    Vu tout ce que je demande à ma future liseuse, je pense que ce ne sera pas demain la veille qu’ils nous la fabriqueront ! 😀

    Pour le moment, je reste avec mon bon vieux papier…

    Répondre
    • Je t’avoue que j’étais ravie de n’avoir pas à choisir de liseuses, grand avantage des cadeaux !

      Répondre
      • Oui, grand avantage ! Tu en as deux pour le prix d’une et tu peux alterner selon tes besoins et nous faire un topo des deux, je trouve que c’est plus que mieux ! 😉

        Un jour, j’y passerai, mais pas encore à mon goût, me faut un index, des couleurs, mes couvertures, les caractères qui, une fois agrandi, entraînent une réorganisation de la page, un fond plus blanc (ou le choix de plusieurs fond blanc-gris), et la possibilité de rétro-éclairer mon écran si je le désire…. bref, je suis exigeante !

        Répondre
  2. Je vais répondre : tout pareil ! J’avais dit que je n’en achèterai pas car j’aime profondément le papier, mais voilà, je l’ai eu en cadeau il y a un mois, le Kindle pour ma part. Plein d’avantages, mais fragilité, manque de charme, pas d’odeur, moins pratique pour le sommaire… Mais tout de même, j’aime l’avoir, j’aime lire sur liseuse aussi, et j’alterne les livres papier et numérique 🙂

    Répondre
  3. Un peu effrayé par le prix comme tu l’étais, j’ai opté dans un premier temps pour une liseuse sans rétroéclairage, la kobo touch dont je suis très content. Pour pouvoir lire dans le noir, j’ai déniché dans un magasin de bazar (Action) une lampe spéciale liseuse pour moins de 2 €. Particulièrement attaché au format papier, j’ai pourtant succombé et j’entame ma troisième lecture (Les aventures de Huck Finn de Mark Twain).

    Répondre
  4. valmleslivres

     /  mars 8, 2014

    En (re)lisant ton billet, je me dis que je suis plus prêt à adopter la Cybook, comme Antoine.

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :