« Hester Lilly » Elizabeth TAYLOR

Taylor Hester lillyHester Lilly, une jeune fille orpheline, est accueillie par son cousin, Robert, et sa femme, Muriel. Le couple dirige un collège de garçons. Hester et Robert ont tenu une correspondance assez soutenue avant l’arrivée de la jeune fille. Muriel se sent écartée et redoute l’affection de son mari pour sa jeune cousine.

Ce roman en quasi huis clos traduit de façon très fine le délitement d’un couple. Hester Lilly, jeune fille innocente et souvent très maladroite, va agir comme un révélateur.

Au commencement Muriel est cependant prête à faire des efforts et est quelque peu rassurée : Dès qu’elle la vit, une confiance malavisée apaisa ses doutes. (p.5). Mais très vite, Muriel soupçonne Hester de vouloir séduire son mari, il faut dire que Robert n’a pas pris soin de montrer les lettres d’Hester à Muriel et celle-ci a eu tout le loisir de se monter la tête. Elle veut absolument faire partir Hester, quitte à la jeter dans les bras du professeur séducteur du collège, et par là même la couvrir d’un certain scandale. Mais tout ne va pas se passer exactement comme Muriel le souhaitait.

Ce très court roman ou cette longue nouvelle montre très finement le vernis qui craque. Bien que le titre mette Hester en lumière, le vrai personnage est sans doute le couple que forment Robert et Muriel. Petit à petit, Muriel par sa jalousie va percevoir la fragilité de son couple. Comme un révélateur, Hester va faire apparaître les failles du couple, l’absence de désir du mari pour sa femme, la solitude de cette femme devenue aigrie.

Ce texte était dans ma PAL depuis très longtemps, je l’avais repéré sur de nombreux blogs amis et il m’a permis de découvrir une auteure que j’ai très envie de suivre dorénavant. La trame peut paraître simpliste, mais l’art d’Elizabeth Taylor est dans l’analyse psychologique des personnages. Peu clémente envers ses personnages, elle dresse des portraits peu flatteurs. Même Hester n’est guère épargnée : mal habillée, très maladroite, mal à l’aise, elle finit par apparaître comme un chien dans un jeu de quilles. On suit avec intérêt l’évolution de Muriel et son enfermement dans sa jalousie. Elle sera elle-même la cause de l’effondrement de son couple.

Une romancière anglaise que je ne peux que vous recommander.

Roman lu dans le cadre du Challenge Cartable et tableau noir saison 2 et du Challenge God save the livre.

challenge-god-save-the-livre

Advertisements
Poster un commentaire

8 Commentaires

  1. Je ne connaissais ni ce titre ni l’auteur mais comme tu le recommande je ne peux que noter !

    Répondre
  2. Je l’avais lu et ai aimé, bien que moins que « Mrs Palfrey… ». J’ai beaucoup cette auteur; très fine.

    Répondre
  3. J’avais beaucoup aimé ce court ouvrage, je viens d’ailleurs de relire mon billet, où je me promettais de lire d’autres textes d’Elizabeth Taylor. Deux ans plus tard… hum!

    Répondre
  4. Je ne connaissais pas, une nouvelle une tentation Georgienne !

    Répondre
  5. J’ai vu « Lola » également tiré de son roman, et j’ai beaucoup aimé. Diu coup je vais continuer à lire son œuvre.

    Répondre
  6. chaplum2

     /  novembre 2, 2013

    Je suis contente que tu aies aimé. Et encore, c’est loin d’être son meilleur !

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :