« Quelle épique époque opaque ! » Anne POUGET

Pouget épique époqueLe Chevalier Philibert a toujours vécu enfermé dans le domaine seigneurial, mais quand Merlin lui-même l’appelle à son secours en lui proposant d’éradiquer une monstre démoniaque, les frissons de l’aventure le titillent. Il se met donc en route avec son fidèle écuyer, Cornebulle.

Le monstre démoniaque se révèle être un certain Titivilus, être malfaisant et invisible, qui se penche sur l’épaule de qui rédige et fourre dans un grand sac toutes les fautes d’orthographe pour les ramener au Diable-d’en-bas. Or Merlin a un gros problème avec l’orthographe et n’a pas envie que cela se sache. Philibert et Cornebulle doivent donc impérativement mettre la main sur Titivilus et surtout son sac.

Ce roman, destiné aux enfants dès 10 ans, est un petit régal d’intelligence et de drôleries. Le chevalier et son écuyer entame alors une parodie de la quête du Graal, rencontrant sans cesse sur leur chemin moult péripéties et des êtres peu décidés à leur donner un coup de main.

Anne Pouget nous plonge dans les croyances du Moyen-Âge par le biais du loufoque. Elle reprend en effet les principales légendes médiévales, connues ou non, et les insère intelligemment dans la trame des aventures de Philibert et Cornebulle : on y croise donc Merlin, la mesnie d’Hellequin ou le basilic, on se promène dans la forêt de Broceliande, avec son Val-Sans-Retour et son Miroir-aux-fées, il est aussi question de la quête du Graal ou de Tristan et Iseut. Mais tout cela se fond parfaitement dans la quête chevaleresque de Philibert nous permettant de nous enrichir tout en nous amusant.

Car le deuxième point fort de ce roman est un humour décalé, parfois anachronique incarné principalement par Cornebulle, écuyer dont le cerveau a quelques ratés et qui a un gros problème avec le vocabulaire et notamment avec certains homonymes :

Vous allez enfin être un prince qu’on sort !

– Mon pauvre Cornebulle ! Un prince consort, c’est le mari d’une reine… (p.13)

ou encore :

Tout d’abord, il nous faut trouver une bière…

– Une bière, Sire ? Croyez-vous vraiment que ce soit le moment de boire ? (p.130)

D’autant que Cornebulle décide de rédiger les aventures de son maître, mais le pauvre a bien du mal à manier la langue et la lecture de son manuscrit est là encore très drôle. L’humour repose donc sur le comique de mots (mais pas seulement), comme le titre même du roman le laisse bien suggérer ainsi que les titres des chapitres qui, à eux seuls, permettent de se faire une idée du style.

Mais outre le côté comique, j’ai trouvé que cette façon de jouer avec les mots et de confronter les homonymes est aussi une belle façon pour les enfants d’enrichir leur vocabulaire et peut-être d’éclaircir certaines expressions un peu obscures dont le fameux prince consort, qui je l’avoue quand j’étais enfant, me paraissait bien étrange. Là encore Anne Pouget instruit en faisant rire et c’est sans doute la meilleure façon d’apprendre et de retenir.

Un roman qui remet le Moyen-Âge et ses croyances au goût du jour, en en montrant sa richesse sans le rendre jamais rébarbatif, bien au contraire, une fois le livre refermé, il donne envie d’en savoir encore plus et notre curiosité est assouvie grâce à une sorte de glossaire qui liste toutes les croyances évoquées dans le livre et donne de plus amples informations.

La fin du roman laisse suggérer une suite, je l’espère vraiment car je serais ravie de retrouver ce couple improbable formé par le chevalier Philibert et son écuyer Cornebulle.

Le Moyen-Âge est au programme des classes de CM1, voilà donc un roman qui permettrait de bien illustrer le cour d’histoire de nos enfants.

Merci aux Editions Casterman pour cette très réjouissante lecture.

Advertisements
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Une lecture différente qui a l’air intéressante 🙂

    Répondre
  2. J’aime beaucoup ce titre et ton billet enthousiaste ne peut me laisser indifférente, je note pour mes garçons, je leur proposerai lorsqu’ils auront l’âge. Merci pour la découverte

    Répondre
  3. Ca paraît charmant mais est-ce vraiment à la portée des enfants du primaire ? Je ne sais pas si mon neveu comprendra les jeux de mots.
    Noté

    Répondre
  4. Je l’avais repéré je ne sais plus chez qui et il m’avait fait bien envie. Tu confirmes que j’ai bien fait de le noter. 🙂

    Répondre
  5. Ah Zut ! Mon filleul est encore trop petit !! Mais pas moi !!😉

    Répondre
  6. Pour moi …et oui pour moi 😉 ce livre me tente rien qu’en prononçant son titre !

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :