« Coup de foudre à Austenland » Shannon HALE

Hale AustenlandJ’attendais avec impatience la parution de ce roman qui apparaissait comme une austenrie réussie et sur lequel j’avais lu des avis assez favorables. J’ai eu la chance qu’il me soit proposé par les Editions Charleston, je me lançais donc dans la lecture avec plaisir, mais j’ai assez vite déchanté.

Jane Hayes est une New-Yorkaise moderne. Citadine, engagée dans son travail, elle multiplie pourtant les échecs amoureux. Bien qu’ayant eu plusieurs histoires d’amour, aucune n’a su la combler car elle court après un image idéalisée de l’homme : Colin Firth dans le rôle de Mr. Darcy. Elle se passe et se repasse l’adaptation d’Orgueil et préjugés par le BBC, comme on se fait des shoots de drogue. Honteuse (je ne vois pas vraiment pourquoi!), elle cache son DVD dans une plante verte (????). Sa tante décède et lui offre en héritage un séjour en Angleterre, à Pembrook Park, dans un lieu très étrange qui reconstitue l’ambiance des romans de Jane Austen, lieu dans lequel les vacanciers doivent vivre selon les codes de l’Angleterre de la fin du XVIIIème siècle. Ce petit séjour a pour but de la soigner de son addiction, de la confronter à son obsession.

Si l’idée de cet Austenland est assez originale, elle a très vite aussi montré ses limites. Limites que l’héroïne reconnaît également. Cet endroit hors du temps, devient vite surfait, et Jane s’ennuie passablement. Certes les personnages de ce roman incarnent des sosies des personnages austeniens, les occupations sont assez proches de celles exercées dans les romans d’Austen, mais il manque l’ironie de Jane Austen et donc surtout son style incomparable et j’ai fini par me dire qu’il valait beaucoup mieux lire un roman de l’originale plutôt que ce roman-ci.

Pour tout dire, j’ai mis plus d’un mois à le lire. L’interrompant plusieurs fois pour me plonger dans d’autres romans, le reprenant, l’abandonnant à nouveau pour enfin le terminer ce week-end. Je n’ai pas été franchement intéressée par les tribulations de Jane Hayes. Tout d’abord parce que, surtout dans la première partie du roman, il est finalement plus question de l’adaptation télé du roman de Jane Austen, que des romans eux-mêmes. Ensuite parce que la honte de l’héroïne ressentie envers son obsession de cette adaptation m’est apparue ridicule et injustifiée, honte qui fait passer cette adaptation et donc l’histoire de O&P pour une bluette pour midinette.

Et puis parce que, pour avoir lu presque tous les romans de Jane Austen, l’intrigue m’a paru cousue de fil de blanc et que, dès le début je savais déjà comment le roman allait se finir. Ce que l’auteur ne semble pas avoir compris, c’est que ce qui nous plait dans les romans de Jane Austen, ce n’est pas tant l’histoire que la façon dont elle est racontée et que cette façon, justement, fait que ce qui pourrait ressembler à une romance de chez J’ai lu, en fait un classique littéraire.

L’autre problème également que j’ai eu à la lecture de ce roman, et dont j’ai déjà un peu parlé plus haut, sont les nombreuses référence au DVD plutôt qu’aux romans, ou plus largement aux livres. Les livres en général n’apparaissent que comme des trompeurs l’ennui et Jane Hayes ne semble pas une lectrice très concernée : je n’ai pas lu un livre en plein milieu de la journée depuis la fac (p.103). Au contraire, la télévision est recherchée comme le saint Graal et pour elle, le summum de la soirée parfaite est de regarder un match de basket à la télé en buvant du coca ! Tout cela pour dire qu’il manque une empreinte littéraire ou plus simplement une ambiance liée aux livres. Il est vrai que dans la deuxième partie du roman, on trouve subitement des références à Mansfield Park ou à Persuasion (avec des notes explicatives en bas de page !), mais l’héroïne a tellement été montrée peu intéressée par les livres que ces références perdent de leur intérêt.

Bref, ce qui m’a principalement déçue, est que je pensais que les romans, les livres de Jane Austen seraient mis à l’honneur alors qu’il est surtout question du feuilleton et de la figure de Colin Firth. D’ailleurs dans les remerciements, l’auteur stipule à son mari : je ne suis pas vraiment sérieuse quand je parle de Colin Firth et non « quand je parle de Mr Darcy », ce qui montre bien que plus que le personnage de Jane Austen, c’est bien l’acteur anglais qui obsède à la fois l’auteur et l’héroïne et finalement elle aurait très bien pu parler de Love actually plutôt que d’Orgueil et préjugés.

Je passerai sur les intermèdes narrant les différents échecs de Jane en amour depuis l’âge de 12 ans, qui ne présentent aucun intérêt, et ne sont même pas drôles, et sur la faute de français du sosie de Mr Darcy qui décrédibilise immédiatement le personnage : Je m’excuse (p.214) ou lieu de excusez-moi.

Donc, vous l’aurez compris, je n’ai pas été convaincue du tout par ce roman. Le paradoxe de ce livre est qu’il semble s’adresser à des fans des romans de Jane Austen, mais dans le même temps, il semble les contourner comme pour éviter de faire trop élitiste, d’où les références au feuilleton plutôt qu’aux romans eux-mêmes, et les notes en bas de page qui situent les romans et les personnages de Jane Austen et qui supposent donc que les lecteurs n’ont pas lu ces romans.

Roman lu dans le cadre du Mois anglais organisé par Titine et Lou, mais aussi dans le cadre du Challenge God save the livre, du Challenge Amoureux saison 3 (catégorie  Amours Romanesques), du Challenge Romans sous influences et enfin du Challenge Ma PAL fond au soleil.

le mois anglais juin 2013challenge-god-save-the-livreChallenge Amoureux saison 3challenge Romans sous influenceschallenge pal estivale métaphore

Merci aux Éditions Charleston.

Poster un commentaire

70 Commentaires

  1. La véritable formule est… je vous prie de bien vouloir m’excuser…
    Bon, franchement, il ne me fait pas du tout envie !

    Réponse
  2. Je trouvais l’idée de départ rigolote mais apparemment ce n’est pas une réussite, dommage…

    Réponse
  3. Ha bah voilà ! Enfin ! Parce que cette austenmania où il ne faut surtout pas lire Jane Austen commence à me taper sur les nerfs !

    Réponse
    • 😀 !
      C’est franchement insupportable, quand je pense aux romans de Jasper Fforde qui savent si bien faire référence à la littérature anglaise sans se dédouaner de quoique ce soit, je crois que vraiment toute cette mode de réécriture à la sauce romance n’est pas faite pour moi !

      Réponse
  4. Ca grince, ça grince ! Il me semble que plus encore que Love actually, c’est Le journal de Bridget Jones que l’héroïne aurait dû cacher dans sa plante verte plutôt qu’O & P, non ?

    Réponse
  5. misère ! c’est agaçant de voir comment c’est massacré !
    et cette manie de casser l’image du livre pour s’adapter aux non-lecteurs, l’auteur croit-elle donc qu’elle sera lu par des personnes qui ne font que regarder les séries BBC ??? on se pose la question de l’intérêt de ce livre…

    sinon j’ai vu la semaine dernière de Scartett Johansson attaquait Serge Joncour et JC Lattès pour utilisation de son image dans le dernier roman de l’écrivain…est-ce que Colin Firth va en faire autant ?

    Réponse
  6. Merci pour ce coup de griffe, ça m’évitera une dépense ! 🙂

    Réponse
  7. touloulou

     /  juin 11, 2013

    Ce roman a beaucoup de critiques négatives !
    J’ai lu un extrait et j’ai trouvé la traduction française assez désastreuse. peut-être que cela a joué aussi dans ton avis ?

    Réponse
  8. estellecalim

     /  juin 11, 2013

    Mais tout de même, Darcy/Colin Firth sortant de la mare avec sa chemise trempée… 😀
    Nan mais sérieusement, elle ne parle pas du roman ? Mais c’est n’importe quoi ! Je ne suis pas trop attiré par les austenerie, et je crois que je vais passer mon tour sans hésiter pour celui-ci.

    Réponse
  9. Ce livre représente tout ce que je déteste dans les reprises de Jane Austen et tu l’explique d’ailleurs très bien. Ce genre de livres fait passer les romans d’Austen pour des bluettes s’adressant uniquement aux midinettes. Et ça, c’est vraiment impardonnable.

    Réponse
  10. Ce livre ne me disait déjà rien du tout alors je sais que je peux passer mon chemin, je ne rate pas un chef d’oeuvre. bravo à toi d’être allée au bout, c’est pas évident lorsqu’on s’ennuie à ce point, et j’espère que ta prochaine lecture sera plus réjouissante !

    Réponse
    • Heureusement hier j’ai lu ou plutôt dévoré un roman pour ado formidable et je suis également dans le suite de « Nox » qui est pas mal non plus !

      Réponse
  11. Mode Râlerie ON
    Ton billet résume parfaitement les raisons pour lesquelles je trouve la plupart des austeneries médiocres. Je n’en ai pas lu beaucoup, et je t’avoue que cela me tente de moins en moins (de toute façon, je n’aime pas les romances, dont les personnages et les situations sont bien trop stéréotypés à mon goût). Je commence d’ailleurs à me lasser de cette « austenmania » qui sévit sur les blogs et ailleurs. C’est très à la mode, mais je trouve que les romans originaux ont tendance à passer au second plan, ce qui est bien dommage. Et puis, ce n’est pas parce que l’on aime les romans et le style de Jane Austen que l’on a forcément envie de vivre sous la Régence ! Personnellement, je n’ai jamais eu envie de me déguiser pour ressembler aux personnages de JA, et je ne vois pas franchement l’intérêt…
    Mode Râlerie OFF
    Voilà, sur ce, je vais continuer ma relecture de Persuasion, que j’ai entamé hier pour le Mois Anglais. 🙂
    Bonne journée.

    Réponse
    • J’aime bien ton mode râlerie 😉 !
      J’avais déjà lu une austenrie « La fille qui voulait être Jane Austen », juste un vague prétexte pour évoquer vite fait bien fait Jane Austen et roman qui ne cassait vraiment pas trois pattes à un canard. J’ai effectivement peur aussi qu’à force de voguer sur la vague des austenries on finit pas ne trouver que des romans qui s’affadissent de plus en plus. Pour ce qui est de vivre sous la Régence, je suis entièrement d’accord avec toi, en cela « le Journal de Bridget Jones » était comme même bien plus intéressant dans le genre adaptation de O&P !
      bonne lecture, rien ne vaut les originaux 😉 !

      Réponse
  12. Comme Touloulou, j’ai lu plutôt des avis négatifs sur ce livre-là, qui ne me tentait de toute façon que moyennement.
    Je pense que toutes ces réécritures doivent être prise avec beaucoup de recul si on ne veut pas être déçue.

    Réponse
  13. Pas du tout tentée. La seule austenerie lue c’est celle de PD James et je n’ai pas aimé. J’ai vu à la télé « Lost in Austenland » (je crois que c’est ça le titre, lorsque la fan-lectrice de Pride and Prejudice se retrouve dans l’histoire) mais je n’ai pas accroché non plus. Je vais me contenter de relire les originaux je crois 🙂

    Réponse
  14. Bon, je pense que j’aurais pu me laisser tenter, mais je vais me méfier alors…

    Réponse
  15. Je confirme : pour l’avoir lu en VO, ce n’est pas qu’un problème de traduction…J’ai eu l’habitude de lire des livres de chick-litt et franchement c’est quand même devenu assez rare de rencontrer une héroïne aussi tarte qu’elle. Comme toi, le passage du pot de fleur m’a marquée (alors que je suis impossible de me souvenir de la fin, à part de la scène ridicule à l’aéroport, mais je ne sais même plus avec qui elle termine, c’est pour dire !). Ses histoires d’amour sont bêtes à pleurer, on ne se demande pas pourquoi ses copains l’ont larguée, mais seulement comment ils ont pu faire pour sortir avec. C’est vrai que le fait que les livres ne Jane Austen ne soient pas abordés en tant que tels est très énervant. Mais surtout, j’ai souvenir d’un vrai sentiment de malaise dans le parc avec la vieille (enfin je ne me souviens plus de son âge) qui fait croire qu’elle a 22 ans. J’avais l’impression d’assister à une expérience d’abus de faiblesse envers des personnes qui ont dû mal à distinguer la réalité de la fiction. Sans compter le côté « call-boy » des personnages masculins. En plus d’avoir une histoire bête et mal-écrite, je l’ai trouvée aussi malsaine.
    Mais les austeneries sont ma faiblesse car ça permet de faire des billets en général rigolos 😉 J’espère un jour trouver la perle mais pour l’instant, je ne trouve que des huîtres.

    Réponse
    • J’ai eu aussi ce sentiment concernant les hommes « call-boy », ainsi que finalement cette manipulation des sentiments sur lequel il y aurait aussi beaucoup à dire. Concernant l’héroïne, tu n’y vas de main morte, mais c’est vrai qu’elle n’a aucun relief, une coquille creuse.

      Réponse
  16. Eh bien voilà une chronique qui fait les affaires de ma pal, elle te remercie de ne pas lui mettre des grammes supplémentaires 😆
    bonne soirée bises 😉

    Réponse
  17. Ah mince… Je comptais le lire, parce que le film va bientôt sortir, mais du coup, je n’en ai plus envie du tout !!
    Les Austeneries me plaisent moyennement finalement (notamment Les filles de Mr Darcy, qui suit exactement la même trame qu’O&P sans le talent de Jane Austen…)
    Mais il m’en reste dans ma PAL ! Comme les romans de Beth Patillo (Jane Austen ruined my life, Mr Darcy broke my heart et The Dashwood sisters tell all) dont j’ai lu beaucoup de bien. J’appréhende quand même de les ouvrir !!

    Réponse
    • Ce sont des réécritures sans originalité et surtout, je pense, sans intérêt littéraire, mais l’intérêt littéraire n’est pas ce qui est recherché, le but, comme le dit très bien Lou dans son commentaire, est de surfer sur une vague et surtout que les références ne soient pas trop précises pour ne pas perdre les lecteurs qui n’auraient pas lu Austen.
      Peut-être que le film sera mieux que le roman, quand on lit le roman on a souvent l’impression de lire un scénario !

      Réponse
  18. ça a l’air assez affligeant… du basket à la télé en regardant du coca ? aucune référence littéraire ? une passion non assumée pour l’adaptation avec Colin Firth ? Tout ce que tu dis me fait encore penser que ce roman inspiré de l’univers de Jane Austen est encore un râté. Jusqu’ici j’ai tenté plusieurs « sequels » (trois de mémoire), bien divertissantes car au moins je retrouvais quelques lieux et personnages, avec parfois une bonne dose d’humour. Malgré tout je rêve de suites de qualité ou de romans inspirés de l’univers d’Austen vraiment aboutis… Austen est tellement à la mode à travers ses adaptations que les Anglo-saxons n’y voient qu’une mine d’or et pondent bluette sur bluette en croyant qu’on ne cherche que de la romance à l’eau de rose en lisant Austen. J’aimerais que de vrais auteurs s’attaquent à cet univers, car visiblement il n’est pas si facile que ça de retraduire l’ambiance de ses romans. Et même sans s’apparenter à Jane Austen qui avait sa propre plume, je voudrais seulement un vrai projet littéraire autour de son oeuvre… mais ça n’a pas l’air encore gagné ! Pour ma part je lis le dernier roman que je n’avais pas encore lu (« Sense and Sensibility », mis de côté avec révérence depuis longtemps car je craignais cette dernière lecture… plus rien ensuite), et je me régale !

    Réponse
    • Merci pour ton commentaire Lou, car il dit très bien ce que je ressens aussi. Je repensais aux romans de Fforde et je crois que c’est l’un des seuls qui a su parler des classiques anglais, dont Jane Austen, de façon originale, moderne et littéraire. Pour Austen et ses romans, et quand je lis ce roman, je me dis que finalement beaucoup connaissent les films mais n’ont pas forcément lu les romans. Par exemple dans ce roman il y a une remarque qui semble le prouver : la narratrice dit que Jane Austen dans ses romans résument souvent les conversations entre les personnages, or je viens de lire Emma le nombre de pages de dialogues, et les monologues de Miss Bates sont tellement nombreux que cette remarque de la narratrice est totalement fausse !
      Bien sûr elle cite quelques titres de Jane Austen, mais centre surtout sur les personnages qui apparaissent comme des types. Tout l’aspect psychologique des personnages est donc réduit à son plus simple appareil sans parler de la description des mœurs qui là est inexistante. Elle a essoré O&P dont il reste à peine la trame et c’est bien cela qui est dommage. Je ne te parle même pas de l’ironie qui est inexistante.
      Il ne me reste que « Mansfield Park » à lire 😦 ! Mais je vais sans doute relire O&P que j’avais lu avant l’ouverture du blog et j’aimerais que mon blog présente tous les romans d’Austen !

      Réponse
  19. Oh mince, c’est un livre que j’avais envie de lire mais ton avis me refroidit franchement… :S

    Réponse
  20. à oublier donc

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :