« La Vénus d’Ille » Prosper MERIMEE – Livre Audio

Mérimée la vénus livre + CDJ’ai fait, le mois dernier, ma première expérience de livre audio. Road Book Collection, propose une version bruitée des livres audio. Ayant été contactée par l’éditeur, j’ai voulu tenter l’expérience avec La Vénus d’Ille de Prosper Mérimée, nouvelle fantastique que j’aime beaucoup.

Profitant d’une séance de repassage, j’ai donc mis le CD dans la chaîne, sans même lire la pochette. Le bruitage qui entoure le texte m’a fait penser aux feuilletons radiophoniques de nos grands-parents, mais cela ne m’a pas gêné, je trouvais au contraire que c’était plutôt agréable et j’ai aussi apprécié les voix différentes pour chaque personnage.

Tout se passait donc bien quand soudain mon oreille attentive fut alertée par la présentation du personnage-narrateur : M. Mérimée ! Tiens, me dis-je, je ne me souvenais pas que l’auteur avait donné son nom au personnage, je ne m’en souvenais tellement pas et cela me paraissait tellement étrange, que je suis allée vérifier dans mon livre.

En vérifiant, je constate alors que non seulement le personnage-narrateur n’est pas identifié par un nom quelconque, mais que les dialogues sont beaucoup moins nombreux que dans la version audio et qu’enfin le texte n’est pas suivi. C’est alors que je lis, enfin, la pochette du CD et découvre qu’il s’agit de La Vénus d’Ille d’après l’œuvre de Prosper Mérimée. Et là, je déchante.

Certes la chose n’était pas cachée et je dois cette déconvenue à mon manque d’attention. Mais quand même, quel dommage ! L’enregistrement ne dure que 45 min, la nouvelle fait à peine 48 pages, pourquoi ne pas en donner la version intégrale ? Sans doute cela répond-il à un choix éditorial et à une nécessité technique, mais j’ai toujours du mal avec les version adaptées et surtout remaniées voire inventées (comme le montre le besoin étrange de nommer le personnage-narrateur Mérimée sans aucune raison apparente). On perd alors le style et la composition de l’œuvre originale, ce qui est regrettable.

Donc vous l’aurez compris cette version audio ne m’a pas convaincue et j’ai préféré relire la nouvelle.

Tout se déroule dans les environs de Perpignan, à Ille. Le narrateur, un jeune antiquaire, vient rendre visite à M. de Peyerohade qui vient de découvrir dans son jardin une statue de Vénus en bronze. M. de Peyerohade, lui-même antiquaire, a besoin des lumières de son collègue de Paris pour mieux identifier sa trouvaille. Le narrateur arrive la veille des noces du fils Peyehorade avec une jeune fille des environs, c’est un mariage arrangé, sans guère d’amour. Le lendemain (l’intrigue s’étend sur 4 jours), les deux antiquaires déchiffrent une inscription latine sur le socle de la statue : cave amantem traduite par ces termes : prends garde à toi si elle taime.

Dans cette nouvelle fantastique, Prosper Mérimée traite du mythe de Pygmalion : Cette expression d’ironie infernale était augmentée par le contraste de ses yeux incrustés d’argent et très brillants […] Ces yeux brillants produisaient une certaine illusion qui rappelait la réalité, la vie. (p.37)

Une version tragique du mythe qui se conjugue avec l’image de la femme fatale qui punit l’homme engagé sans passion dans une relation amoureuse. Ici la Vénus est une Vénus vengeresse, maléfique et les descriptions de la statue insistent bien sur cette ambivalence : beauté / méchanceté : Dédain, ironie, cruauté, se lisaient sur ce visage d’une incroyable beauté cependant. En vérité, plus on regardait cette admirable statue, et plus on éprouvait le sentiment pénible qu’une si merveilleuse beauté pût s’allier à l’absence de toute sensibilité (p.34).

Prosper Mérimée manie également avec brio le fantastique : le décor et l’intrigue sont d’abord présentés de façon très réaliste, avec des personnages instruits et scientifiques, qui analysent les moindres données, les moindres inscriptions fixées sur la statue. Puis, de façon progressive, les éléments fantastiques viennent s’immiscer dans cette réalité. Enfin, quand on pense que tout est réglé, on apprend à la fin qu’une malédiction semble liée au bronze de cette statue. C’est comme cela que l’on crée les légendes populaires !

Une nouvelle qui, lors de cette énième lecture, a conservé tout son charme et que j’ai été heureuse de relire.

Nouvelle lue dans le cadre du Challenge Amoureux saison 3 (cat. Amours Classiques).

Challenge Amoureux saison 3

Publicités
Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. Je ne suis déjà pas une adepte des livres audio, alors là… quant à la nouvelle, ça bien longtemps que je l’ai lue, mes souvenirs sont vagues !

    Réponse
  2. je me souviens l’avoir lue (il y a longtemps), je sais que j’ai aimé, mais alors je ne me souviens plus du tout du contenu (bouhhh!!)… je crois bien l’avoir dans ma biblio, du coup tu me donnes envie d’y re jeter un oeil!!

    je comprends ta déception concernant cette lecture du coup…

    Réponse
  3. Je n’ai jamais testé de livres audios, ça ne m’intéresse pas. Je pense en revanche que ça permet aux personnes malvoyantes d’avoir accès à la littérature. Dommage toutefois que l’oeuvre ici ait été raccourcie, je comprends ta déception mais elle t’auras donné l’occasion de relire La Vénus d’Ille

    Réponse
  4. J’adore les livres audio (et je ne suis pas mal voyante) ça me permet de lire en conduisant, en courant et en faisant plein d’autres choses. mais jusqu’ici je n’ai jamais écouté de livre audio avec des bruitages, et je fais toujours attention à ne pas prendre une version abrégée, car je veux avoir l’oeuvre en entier. Ne laisse pas cette expérience te gâcher l’envie de tenter à nouveau ce support génial 😉

    Réponse
  5. J’ai étudié cette nouvelle dans tous les sens quand j’étais au lycée, un très bon souvenir !

    Réponse
  6. Comme tu le dis, à écouter comme un feuilleton ! Une belle histoire lue il y a très longtemps !

    Réponse
  7. je suis une adepte des livres audio et la première chose que je vérifie c’est ce qui est écrit en général en tout petit petit : texte intégral
    j’ai eu quelques déboires avec des adaptations pas toujours réussies
    je teste aussi la voix de l’acteur récitant car parfois on a des surprises

    Réponse
  8. J’ai testé une fois l’audio sans le vouloir et je n’aime pas. Par contre ce support est essentiel. Je n’ai jamais lu cette nouvelle, à noter donc 🙂 bonne soirée bises

    Réponse
  9. novelenn

     /  mai 11, 2013

    J’aime les lectures audio en voiture, ça change de la musique.

    Réponse
  10. J’ai beau avoir une mémoire de poisson rouge, je me rends compte en te lisant que je me souviens très bien de l’intrigue de cette nouvelle, que j’ai pourtant lue il y a environ 25 ans. Il faut décidément que je relise Mérimée.
    Quant aux livres audios, moi aussi j’aime bien en voiture mais, comme toi, je n’aime pas les versions adaptées/remaniées/racourcies…

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :