Salon du livre de Paris : Dimanche 24 Mars

salon-livre-paris-2013-22-25-mars

Hier retour au Salon du Livre. Plus les jours passent et plus je m’y rends tard. Cette fois j’embarque mes deux loupiots ainsi que ma sœur. Le dimanche, c’est familial, alors on y va en famille.

DSCN1593Nous débarquons donc vers 14h30 et sommes tout de suite noyés dans une foule compacte et bruyante. Sur la Scène des Auteurs, David Abiker (que ma sœur trouve pour une fois réveillé) est en train d’interviewer Tatiana De Rosnay et la questionne sur la part autobiographique de ses romans, sur le fait qu’elle insère beaucoup d’évènements de sa vie. Elle notifie notifie à Abiker, qu’elle a quand même aussi un peu d’imagination. Les questions de l’interviewer s’orientent alors sur la raison de son choix d’écrire en français puisqu’elle a une double nationalité, française et américaine. Comme j’ai déjà souvent entendu Tatiana De Rosnay répondre à ce genre de question, nous nous dirigeons vers le Square Culinaire.

Je tombe par hasard sur le livre d’une blogueuse-cuisine (ça se dit ça ?) que je suis depuis peu et dont j’aime les recettes originales respectant un taux d’indice glycémique bas. Des recettes saines et bonnes. Son dernier livre présente plusieurs recettes autour des légumineuses : Céréales originales et savoureuses légumineuses, Marie Chioca.

Nous nous jetons dans les allées bondées. Je dois retrouver Audrey qui souhaitait me prêter un roman. Nous mettons presqu’un quart d’heure à atteindre le stand d’Actes Sud où nous nous étions donné rendez-vous. L’occasion de nous revoir quelques minutes.

Le samedi et le dimanche sont les deux journées où il y a le plus de monde et aussi le plus d’auteurs célèbres. Sur les gros stands, des auteurs connus du grand public dédicacent leurs livres, comme en témoigne ces photos :

DSCN1597DSCN1599

Douglas Kennedy chez Belfond, Philippe Besson, Mazarine Pingeot et Jean Teulé chez Robert Laffont, par exemple.

Nous faisons un saut chez Milady. Ma soeur et moi (très influencées par Alice!) achetons chacune une austenerie : ma soeur, Darcy dans l’âme (avec dédicace de l’auteure présente sur le stand) et moi, Le Journal du colonel Brandon d’Amanda Grange.

DSCN1603Il est déjà l’heure de la conférence à laquelle SophieLit participe : Internet : Le lecteur, un prescripteur convoité… et redouté. Sont présents sur scène également l’auteure Karine Tuil, le critique littéraire et auteur, Mohammed Aïssaoui, l’auteur et illustrateur, Thomas Cadène et une lectrice Myboox, Virginie Neufville. Les propos de Mohammed Aïssaoui m’ont particulièrement intéressée, car j’étais curieuse de savoir ce que pensait un critique littéraire professionnel sur les avis de lecture des internautes. Il m’a ainsi appris que lui-même suivait beaucoup de blogs, s’y intéressait, qu’il n’y avait pas de concurrence (ce qu’a confirmé Sophie), que les blogs étaient aussi une façon pour lui de connaître les romans récents qui plaisaient, tout comme il téléphone aux libraires pour savoir quels sont les romans plébiscités du moment. Il a reconnu la diversité des blogs : certains bien écrits et documentés, d’autres moins intéressants et moins bien écrits, mais comme dans la presse écrite il y a aussi des bons et des mauvais critiques, a-t-il précisé.

Il a également été question des commentaires laissés sur Amazon par les internautes. Virgine Neufville a déploré les attaques fréquentes qu’elle a subies sur ce site et qui ont entraîné, lassée de se sentir agressée, son inscription sur MyBoox. Sophie a précisé que sur les blogs aussi, les internautes subissaient certaines pressions, notamment des auteurs ou des éditeurs. Mohamed Aïssaoui pense que les avis d’internautes sur Amazon ne devraient être ouverts qu’aux personnes ayant acquis le livre sur le site et non ouverts à tous, pour éviter les dérives : les avis postés par des amis de l’auteur par exemple voire par des ennemis.

Karine Tuil pense que les blogueurs dans leurs billets ne font pas autant de recherches que les critiques pro qui, d’après une de ses expériences, font  souvent un gros travail de relecture de l’œuvre quand ils doivent écrire un article sur tel ou tel auteur. Le blogueur parle d’un livre sans forcément remettre en perceptive l’œuvre de l’auteur, d’après elle. C’est une opinion que je ne partage pas vraiment tout d’abord parce qu’un blogueur n’est pas un critique pro, et que, comme l’a souligné Lauren Malka qui animait le débat, certains blogueurs peuvent bien connaître l’œuvre d’un auteur et sont donc aussi capables de mettre en perceptive un roman dans le contenu d’un billet. Il est donc difficile de comparer un billet de blogueur et une critique littéraire, on ne parle pas de la même chose, d’après moi, même si, bien sûr l’un et l’autre peuvent être prescripteurs.

La conférence se finit vers 17h, et les allées sont déjà un peu plus clairsemées. Ouf ! Pendant l’heure de la conférence, ma soeur a joué à la Tati, en emmenant les enfants sur les stands jeunesse et en leur offrant crêpe et gauffre au chocolat (les veinards !) Je les retrouve donc barbouillés de chocolat et avec des petits sacs à dos avec un livre à l’intérieur.

Ma sœur m’emmène sur le stand papeterie des Éditions Côté Bord’eau. Nous découvrons des marque-pages magnifiques. Inutile de faire de grands discours, voici une photo de ceux que j’ai achetés et qui vous parlera encore plus :

DSCN1607

Magnifiques, non ?

Plus le temps passe plus les allées s’éclaircissent. Du coup nous respirons plus librement et l’envie de voir les stands est ravivé. Nous découvrons un auteur de BD jeunesse en train de dédicacer ses livres. L’occasion d’en obtenir une belle pour les deux loupiots : Toupoil : mes trois lynx de S. Monfort chez Crayon Vert.

DSCN1604DSCN1605

Bien que fatigués, nous continuons notre tour, et dans ce dernier galop d’essai, les achats se multiplient : chez Pocket d’abord, où une vendeuse, merci à elle, m’explique le fait qu’il y a plusieurs types de livres de poche, par exemple chez Gallimard, il y a Folio… Ah bon ? Bref, je trouve Demain j’arrête de Gilles Legardinier. Chez Rivages, la razzia est encore plus importante, avec quatre nouveaux livres. Et pour finir, chez Picquier, où je trouve enfin un roman dont j’avais entendu parler chez Mango : Appel du pied de Risa Wataya.

Il est 19h, le salon va fermer. Les allées sont devenues quasi désertes, au sol gisent une multitude de papiers en tout genre, près des stands, les sacs poubelles s’accumulent, le salon change de visage :

DSCN1606

Les portes vont bientôt fermer, déjà celles menant directement au parking sont closes et on nous fait passer par les coulisses.

Voilà, le 33ème Salon du Livre de Paris est fini pour moi. Ce matin, trop fatiguée, je renonce à y retourner. J’ai vécu un salon, cette année encore, riche en rencontres, rencontres d’auteurs, de blogueurs, en surprises, en rires, j’ai vécu une nouvelle expérience dont je garderai un très bon souvenir. Chaque année, ces visites au Salon sont à la fois différentes et semblables. Je suis ravie des rencontres dues au hasard, déçue par certaines prévues et qui n’ont pas eu lieu, mais j’en ressors toujours avec une envie accrue de lire, de découvrir et de partager.

Merci à tous ceux que j’ai croisés durant ce salon et qui ont contribué à me le rendre agréable.

DSCN1608

Mes achats de ce dernier jour !

Poster un commentaire

79 Commentaires

  1. Je suis vraiment d’accord avec toi. Ce que nous livrons ce sont des expériences de lectures; ce ne sont pas des critiques à proprement parler. Il me semble que nous ne cherchons pas à savoir si le livre est bon ou pas mais les émotions qu’il a provoquées en nous.

    Réponse
    • J’aime bien ton expression « expérience de lectures ». Je dis souvent que nous sommes des lecteurs éclairés, Caroline Vermalle lors de la table ronde de Belfond a parlé de « lecteurs alpha » pour désigner les blogueurs, je trouve que c’est assez juste.

      Réponse
  2. argali2

     /  mars 25, 2013

    Je suis aussi d’accord avec vous deux.
    Il m’arrive de mettre en perspective quand je connais l’ensemble de l’oeuvre de l’auteur ou s’il s’agit d’une saga, sinon, je partage un coup de coeur ou une désillusion, un ressenti. Je ne me considère pas comme une pro même si j’essaie d’apporter soin, précision et qualité à mes modestes billets.
    Merci pour ce résumé !

    Réponse
    • Moi aussi, je sais que quand je fais un billet sur Sand, comme je connais bien l’oeuvre je mettrais plus en perceptive le roman nouvellement chroniqué. Ce qui m’a gêné c’est cette propension à mettre tous les blogueurs dans la même case comme l’a souligné Sophie dans le premier commentaire.

      Réponse
  3. Merci pour ce reportage sur l’édition 2013

    Réponse
  4. Je ne commenterai pas encore ces avis entre pro et blogueurs mais je dirai juste que depuis que je fréquente les blog, j’ai résilié mon abonnement à Lire. Ca veut tout dire, non ? Déjà, pour moi, les blogueurs sont indépendants et tu sais ceux avec qui tu as des affinités. C’est des amis qui te conseillent un roman. J’ai souvent été déçue par des avis dans des journaux, rarement par un blogueur dont je partage les goûts. En plus, on ne parle jamais de certains auteurs ou éditeurs dans les médias.
    Sinon, on ne s’est pas croisées hier mais tu étais en conférence quand j’étais là :-/
    Très bon choix le Elizabeth Taylor ! Je suis jalouse du MP avec les chats 😉

    Réponse
    • Je suis comme toi, je me fie majoritairement aux avis des blog que je suis, dans les mag litt ou les émissions littéraires j’ai remarqué que depuis que je suis les blogs je connais d’avance les livres présentés, ce sont donc juste des avis supplémentaires, mais c’est rare quand j’entends parler d’un roman que je ne connaissais pas. Et puis avec les blogs on découvre aussi des auteurs morts 😉 !
      Tu l’as lu le E. Taylor ? je l’ai choisi sur la 4è de couv.

      Réponse
  5. Ta table ronde vendredi avait l’air très intéressante (je sais, je me réveille largement après la bataille). Il me semble aussi que les critiques littéraires et les blogueurs ne sont pas en concurrence : ils ont une approche et des objectifs différents. Cependant dire que les blogueurs ne font pas le même travail de documentation me paraît un peu sévère. Nous ne sommes pas des professionnels. Comme tu le soulignes plus haut dans les commentaires, nous pouvons ne pas connaître certains auteurs ou, au contraire, être très calés sur nos auteurs chouchous. Et tout dépend des billets et de la façon dont on les rédige. Et certains critiques littéraires semblent aussi parfois méconnaître leur sujet.
    Jolie moisson de livres en tout cas!

    Réponse
    • Oui je trouve aussi que le jugement était non seulement sévère mais témoigne d’une certaine méconnaissance des blogs, d’une tendance à la généralisation qui fausse la donne.

      Réponse
  6. Jolis moments. J’y suis allée l’année dernière mais le vendredi et assez déçue de n’avoir rencontré aucun auteurs…ils ne sont là que le we…..

    Réponse
    • Moi aussi je trouve dommage que la majorité des auteurs ne soit présent que le WE. J’ai trouvé qu’il y avait un monde fou cette année sur les 3 premiers jours c’est assez encourageant pour les livres et la lecture même si c’est tuant quand on fait le salon.

      Réponse
  7. phypa

     /  mars 25, 2013

    Nous nous sommes peut-être croisées ! J’étais dimanche au salon du livre avec mes enfants. Et on a donc traîné à l’expo sur les 20 ans de Titeuf pour mon fils, et là où on trouvait des romans fantasy ou policier pour ma fille.

    Réponse
  8. J’attendais ton compte rendu sur cette conférence! C’est très intéressant mais encore une fois ça tourne un peu en rond : les pros qui sont les vrais pros, les auteurs qui trouvent que les pros c’est quand même mieux travaillés que les blogs (mais on nous envoie quand même ses livres… ou chez qui on vient pleurer quand on a dit un peu de mal d’eux) et les blogeurs au milieu, qui si je me base sur mon expérience et celles des blogs que je côtoie, sont là juste pour parler de ce qu’ils ont ressenti sur une lecture, ce qu’ils ont aimé ou pas…pas pour écrire une thèse 😉 En gros, on a tous notre place ici bas 😉
    J’aime beaucoup ce qu’Anis dit « expérience de lecture » et je suis entièrement du même avis avec Manu : je ne suis que les conseils des vrais gens : mes blogs amis en qui j’ai confiance, mes amis de la vraie vie, mais certainement pas la presse… Et je dois dire que parfois je persiste aussi à aimer des auteurs même si tout le monde dit « celui-ci est moins bons que les autres » 😉

    Réponse
    • J’ai été heureusement surprise par les propos du critique pro, pour une fois il n’y avait pas de condescendance au contraire, il a reconnu une certaine qualité des blogs, ce qui est appréciable et on sentait bien qu’il connaissait les blogs.

      Réponse
  9. Merci de nous avoir fait partager ce salon du livre.
    L’année prochaine, j’essaierai d’être là promis! (en espérant que ma voiture me laisse tranquille cette fois ci).
    Merci pour le compte rendu de la conférence: très intéressant.
    Pour ce qui est de la réflexion de Karine Tuil sur les blogueurs et la « non » recherches de ce dernier sur un auteur avant d’écrire un billet sur un roman, , j’aimerai juste dire que pour ma part, je ne suis pas là pour ça: je donne simplement mon ressenti du moment sur le livre lu. Et cela, même si c’est un roman d’un auteur que j’apprécie et dont je lis tous les romans. Je ne vais pas dire d’un roman d’un de mes auteurs préférés qu’il m’a plu alors que ce n’est pas le cas, tout simplement en me disant: « ah oui, mais si je regarde toute son oeuvre, je vais être indulgent sur celui là. Pas question!
    De même, un roman lu deux fois aura deux avis différents, selon le ressenti du moment de la lecture: par exemple, « Madame Bovary » de Flaubert m’est tombé des mains quand j’étais ado et je l’ai beaucoup aimé en le lisant il y a 3 ans.
    Pour ma part, je considère mes billets comme des instantanés émotionnels de lecture, que je partage avec vous, en toute simplicité.

    Reposes toi bien parmi tous ces nouveaux livres qui ont rejoint ta PAL.

    Réponse
    • Le problème vient du fait que Karine Tuil a comparé deux choses qui ne sont pas comparables car ce sont deux choses différentes. Nous lisons beaucoup et donc nous sommes amener à lire plusieurs romans d’un même par exemple lors de challenge sur un auteur comme mon challenge sur Oates par exemple, du coup quand nous lisons un nouveau de cet auteur nous sommes aussi capables de faire des parallèles, de voir le retour de certains thèmes propres à l’auteur, mais comme tu le dis nos billets portent généralement sur un roman et il ne s’agit pas de faire des monographies.
      J’espère te voir l’an prochain au salon !

      Réponse
  10. Je suis quasi persuadée de t’avoir reconnue à un moment donné dimanche… et tu t’es évanouie dans la foule (si c’était toi…) 😉

    Réponse
  11. J’ai beaucoup aimé ton compte rendu de la conférence. qui n’apporte peut-être rien de nouveau en soi mais ce sont des sujets sur lesquels j’aime toujours bien entendre débattre et tu as raison quand tu regrettes le manque de contradicteurs.. Ce pourrait être pour l’année prochaine. J’espère que tu aimeras le roman japonais. Je lui ai trouvé beaucoup de fraîcheur mais j’ai dû relire mon billet pour bien m’en souvenir! Ainsi vont les blogs : des réactions sur le vif avant tout!

    Réponse
    • Ce qui est nouveau c’est déjà de donner la parole aux blogueurs c’est déjà un début 😉 !
      J’avais noté ce roman chez toi, j’avais beaucoup aimé ton billet !

      Réponse
  12. Je regrette de ne pas avoir pu aller au salon cette année, encore plus en lisant des magnifiques compte-rendus !!
    J’ai aussi Demain j’arrête dans ma PAL, est-ce que tu serais tentée par une lecture commune ?
    Bises et bonne semaine (elle sera forcément plus calme que ces journées au salon, non ?!)

    Réponse
    • Je suis très très en retard dans mes lectures donc pour l’instant j’évite les LC, mais si j’arrive à m’en sortir je reviendrai vers toi !

      Réponse
  13. Merci pour ce reflet de la table ronde sur les blogueurs et les critiques! Je garde un bon souvenir de ma lecture du dernier livre de Mohamed Aïssaoui… et d’une brève rencontre à la Fête du livre de saint-Etienne.

    Réponse
    • J’ai beaucoup apprécié les réflexions de Mohamed Aïssaoui, ta rencontre avec lui a dû être passionnante.

      Réponse
      • Elle fut trop fugitive, hélas… je me promets d’en profiter plus amplement à la prochaine occasion. Surtout que j’aime bien ses billets de critique dans le Figaro – je garde un très bon souvenir de son article sur le dernier roman de Vassilis Alexakis, par exemple.

        Réponse
  14. Mince, on était au salon au même moment. Remarque, pour se rencontrer avec la foule, ça aurait été complexe. J’ai simplement assisté au début du débat et j’ai regretté de ne pouvoir rester pour la suite : merci d’en avoir fait un compte-rendu !

    Réponse
  15. metaphorebookaddict

     /  mars 27, 2013

    Veinarde!! je craque pour tes marques pages!!
    Vivement l’année prochaine que ‘essaye d’y aller, j’espère…

    Réponse
  16. Non, je n’ai pas encore lu ce titre là, mais elle ne m’a jamais déçu. J’adore cette romancière !

    Réponse
  17. Bonjour George,
    Est ce que tu sais quels auteurs seront présents au salon du livre ou est ce trop tôt ?

    Réponse
  18. Merci George. Pour le moment il n’y a pas grand chose sur le site.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :