« Cranford » Elizabeth GASKELL (LC)

gaskell cranfordDisons pour commencer, que Cranford est aux mains des Amazones ; au-dessus d’un certain loyer, ses demeures ne sont occupées que par des femmes. (p.7)

Dès cette première phrase, le ton est donné. Le roman est constitué de chapitres narrant chacun une anecdote s’étant déroulée à Cranford. La narratrice est une jeune femme qui rend régulièrement visite à son amie Miss Maty Jenkyns, et cela durant plusieurs années. Hébergée par son amie, elle est au centre de tout ce qui se dit dans ce petit village. Les ragots et les histoires des unes et des autres atterrissent toujours, par l’intermédiaire d’autres amies, dans le salon de Miss Maty. Ainsi, au fur et à mesure des chapitres, suivons-nous les aventures sentimentales, pécuniaires ou sociales des habitantes de Cranford.

Comme dans Les Confessions de Mr Harrison, le ton est satirique, un humour très anglais qui m’a également fait penser aux romans d’Agatha Christie mettant en scène Miss Marple. S’il n’est pas question de meurtre et d’enquête policière dans le roman de Gaskell, le principe selon lequel de vieilles filles de la bonne société sont au courant de tout sans sortir de chez elles est le même.

Dans ce village où les femmes issues de la bonne société sont majoritaires, les codes sociaux sont très prégnants : on ne parle pas d’argent dans la rue ; on ne fait pas état de ses sentiments ostensiblement ; on prend soin de bien s’habiller pour recevoir ses amies pour le thé de l’après-midi, on dissimule ses menues économies, etc. La plupart des confessions et des révélations se fait, bien sûr autour d’un thé tout en jouant aux cartes. L’entre-aide, la compassion sont des vertus souvent valorisées. L’amitié entre ses femmes est forte et belle.

Le regard de la jeune narratrice sur ses amies de Cranford est quelque peu distancié. N’habitant Cranford que de façon épisodique, à chacune de ses nouvelles visites elle prend connaissance des nouvelles péripéties qui ont agité le village tout en en racontant la suite. Bien que clairvoyante et parfois quelque peu ironique sur les comportements de ses amies, ses commentaires sont toujours charitables. La voix de la narratrice peut être associée à la voix de l’auteure elle-même.

Dans ce roman, Gaskell donne une vision ironique du mariage qui apparaît bien souvent comme le plus grand maux qui risque de toucher la femme :

– Se marier ! s’écria encore une fois Miss Maty. ça alors ! Cette idée ne m’était même pas venue. Deux personnes que nous connaissons vont se marier ensemble. Le danger se rapproche ! (p.219)

L’homme est souvent perçu uniquement que comme un défenseur potentiel de la femme ou un être capable de résoudre les problèmes d’intendance. La société féminine de Cranford se satisfait parfaitement d’elle-même. Ces femmes vivent leur célibat avec bonheur et le mariage est dénoncé comme la pire chose qui puisse leur arriver. Cette dénonciation toute ironique du mariage si elle fait sourire bien souvent n’en est pas moins efficace. Certes ces charmantes dames nous apparaissent quelque peu superficielles, n’étant préoccupées que des ragots de village, de leur tenue et de leur tricot, et en cela nous pourrions y lire également une critique de cette bonne société, mais Gaskell insiste sur leur bon cœur, la fidélité de leur amitié ainsi que sur leurs conditions de vie souvent difficiles (manque de revenu, regret de la maternité, tristesse de la perte de leurs proches). Ces femmes acceptent leur sort et s’en contentent, il n’y a pas chez elles de revendications féministes ou d’engagement particulier. Gaskell dresse un portrait social d’une certaine société de province avec humour et tendresse.

Ce roman, parfois un peu bavard cependant, est souvent drôle et l’on s’attache à toutes ces femmes. L’espace de quelques pages, nous vivons aussi à Cranford et participons à leurs histoires avec bonheur.

Merci à Titine grâce à qui j’ai reçu ce roman lors d’un concours en partenariat avec 10/18.

Cette lecture s’est faite dans le cadre d’une grande LC. Pour connaître les avis des participantes suivantes, il vous suffira de cliquer sur les liens (cependant les liens parviendront petit à petit au cours de la journée, donc il vous faudra un peu de patience, d’autre part, certaines qui avaient déjà lu Cranford ont opté pour un autre roman de Gaskell) : LouVirgule – Valou – Céline – Emma – Solenn – Sharon – Alexandra – Paulana – Emily – Titine Plumetis Joli – Anis Syl. – ClaudiaLucia – Christelle – Jelydragon

Roman lu également dans le cadre du Challenge God save the livre et du Challenge Victorien.

challenge-god-save-the-livrechallenge-victorien

Poster un commentaire

49 Commentaires

  1. Je suis contente de voir que tu as aimé, on passe vraiment un bon moment avec toutes ces charmantes femmes. Et j’adore ta tasse !!!

    Réponse
  2. je ne lis pas ton article, car c’est une lecture que je me réserve pour très bientôt, en retard par rapport à la LC, je le reconnais, mais le livre est en haut de pile 😉

    Réponse
  3. Moi aussi je vous remercie… Un livre depuis longtemps noté, il attendait…
    Une lecture intéressante sur ce 19ème siècle distingué.
    On lit un autre Gaskell ?

    Réponse
    • C’est super cette LC et tous ces avis à lire et à partager ! j’ai tout fait pour être là à temps, ouf !
      J’ai encore « Nord et Sud » dans ma PAL 😉 !

      Réponse
      • Je ne peux que vous encouragez à vous faire une LC de « Nord et Sud ». C’est pour moi un chef-d’œuvre, tout est absolument parfait dans ce livre. Et en plus vous pourrez regarder la série BBC avec Richard Armitage !!!

        Réponse
  4. Ton avis me donne envie, et comme il est déjà dans ma PAL, ce sera facile de la satisfaire 🙂

    Réponse
  5. Il me semble que j’ai un autre roman de cette auteur dans ma P.A.L… En tous les cas, ton billet donne envie de découvrir sa plume 😉

    Réponse
  6. oh il me le faut pour patienter jusqu’à la prochaine saison de Dowtown abbey…

    Réponse
  7. On peut y voir une satire du mariage et c’est vrai que le mari, au XIX siècle (en Angleterre comme en France) a tout pouvoir sur sa femme, ce qui peut faire frémir! Pourtant, elles ont beau décrier le mariage, elles auraient toutes été prêtes à sauter le pas si elles avaient pu!! Miss Matty, la première qui a aimé toute sa vie le même homme et les autres aussi, ce qui apparaît à plusieurs reprises. C’est pourquoi je suis sensible à la nostalgie qui imprègne ce roman, à ce qu’il y a de raté dans la vie de ces femmes…

    Réponse
    • Oui je suis d’accord il y a une abnégation de soi chez certaines d’entre elles, en effet, Ce que j’ai trouvé intéressant c’est que Gaskell traite le sujet avec ironie, il y a des drames et de la nostalgie, mais leur célibat reste assez bien vécu, je trouve.

      Réponse
  8. J’ai vraiment passé un bon moment avec le sourire aux lèvres régulièrement

    Réponse
  9. Tu en parles vraiment très bien. Tout est dit dans ce roman. Ces femmes rêvent d’un amour qu’elles savent impossible ou si éphémère. Il y a certainement une grande douleur derrière cette façade aimable.

    Réponse
    • Malgré tout on est dans une vision de la femme assez traditionnelle : garde malade, organisatrice du foyer… bien loin des revendications d’Anne Brontë 😉 !

      Réponse
  10. Je ne suis pas certaine que ce roman soit fait pour moi, mais il est graaaaaand temps que je lise enfin un texte d’Elizabeth Gaskell ! 🙂

    Réponse
  11. Je suis plus tentée par « Femmes et filles » mais je désespère car il n’est toujours pas sorti en poche :/

    Réponse
  12. Merci pour cette lecture à laquelle j’ai adoré participé! Voici le lien de mon article :
    http://plumetisjoli.wordpress.com/miscellanees-culturelles/ (lien à réactualiser dans la liste tout en haut, merci beaucoup)
    Moi qui aime la littérature anglaise du 19°, j’ai été vraiment agréablement surprise. Maintenant j’ai envie de lire d’autres titres de cette romancière, peut-être les Confessions de Mr Harrisson, ainsi que Nord et Sud.

    Réponse
  13. Il est vraiment temps que je liste cette auteure, vos billets donnent vraiment envie de la découvrir !

    Réponse
  14. Virgule

     /  mars 15, 2013

    Qu’est-ce c’est bien le principe de la lecture commune ! J’ai adoré attendre vos billets et découvrir les avis de chacun. Dans chaque billet je trouve au moins une chose à laquelle je n’avais pas pensé. Par exemple dans le tien, je remarque la comparaison avec Agatha Christie qui ne m’avait pas effleurée, mais maintenant que tu le dis… Mais ce que j’aime chez cette Elizabeth Gaskell que je découvre, c’est que son ironie n’est jamais méchante. Et ça c’est rare. Même Jane Austen a souvent la dent dure !

    Réponse
    • C’est exactement ça, une ironie bienveillante, si rare!

      Réponse
    • C’est vrai que j’appréhende toujours de ne pas lire les livres à temps, mais c’est agréable ensuite d’attendre et de lire les billets de tout le monde, de voir les différences, les façons différentes dont nous avons chacun lu le même roman !
      Concernant l’ironie, je suis d’accord et c’est ce que j’ai aimé, elle reste bienveillante.

      Réponse
  15. Miss Maty est un personnages vraiment attachant avec quelques faiblesses. J’ai beaucoup aimé ce roman également. Il s’agit vraiment d’une plongée dans une petite bourgade du XIXe siècle en Angleterre. J’ai apprécié aussi la descriptions des petits détails de la vie quotidienne et des coutumes qui régissaient la société de l’époque. L’humour ne fait qu’ajouter à son charme de départ!
    Bonne soirée!

    Réponse
    • Je suis entièrement d’accord avec toi et c’est tout cela que j’ai beaucoup aimé dans ce roman ainsi que dans Les Confessions. Il me tarde de lire « Nord et Sud » !

      Réponse
  16. Je ne sais pas si je vais le lire mais j’avais repéré sur amazon le DVD de la mini-série BBC à petit prix et j’ai très envie de l’acheter et de le voir depuis longtemps, notamment en raison de la présence de Jeudi Dench. ( oh et je veux la même tasse! ^^)

    Réponse
    • Cette mini-série me tente bien, il faudra que j’aille jeter un oeil sur A… !
      Ah ah elle te plait hein ma tasse 😉 je l’ai achetée au comptoir irlandais à Grenoble 😀 !

      Réponse
  17. Finalement, je n’ai pas réussi à terminer ce livre. Je me suis ennuyée à la lecture ce roman. Je suis plutôt déçue, les personnages ne m’ont pas passionnée. Je préfère ne pas faire de billet car j’ai abandonné assez rapidement. Néanmoins, je ne vais pas en rester là, je lirai prochainement un autre roman de cet auteur.

    Réponse
  18. jelydragon

     /  mars 15, 2013

    Et voici mon lien : http://jelydragon.blogspot.fr/2013/03/cranford-elizabeth-gaskell.html
    Notre avis est assez similaire 🙂

    Réponse
  19. Quel beau billet, intéressant et qui reflète aussi des choses que j’ai pensées. En revanche, ta comparaison avec Agatha Christie est très judicieuse !
    J’ai beaucoup aimé cette lecture commune, merci de l’avoir organisée ! 🙂

    Réponse
  20. Contre toute attente, j’avais bien aimé « North & south », donc je note celui-ci + « Les confessions… » Merci.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :