« 06h41 » de Jean-Philippe BLONDEL

blondel 06h41Avec Jean-Philippe Blondel, tout a commencé par Blogpuis Accès direct à la plage, ensuite il y a eu le fabuleux Et rester vivant, et cet été G229. Mais il y a aussi une rencontre au Salon du livre de Paris l’an dernier et plusieurs messages et échanges sur Facebook, qui font que lire un roman de Jean-Philippe Blondel c’est un peu plus que lire un roman. Il y a une fébrilité (et ce n’est pas seulement parce que je couve un état grippal depuis deux jours), une grande espérance et un peu d’angoisse. La peur de ne pas retrouver l’émotion de Et rester vivant, je crois surtout.

Cécile Duffaut, 47 ans, mariée à Luc, mère d’une ado qui commence à vouloir voler de ses propres ailes, s’installe dans le train de 06h41 qui relie Troyes à Paris. Elle vient de passer un week-end triste et morne chez ses parents vieillissants, des parents auxquels elle s’oblige à rendre visite tous les mois mais auxquels elle n’a plus rien à dire, auxquels elle n’a jamais eu vraiment quelque chose à dire. Le train est bondé, mais personne ne s’est installé à côté d’elle. Le train part enfin, et Philippe Leduc s’installe alors. Mais Philippe Leduc n’est pas vraiment un inconnu. Cécile et Philippe ont eu une brève histoire d’amour il y a 27 ans. Ils se reconnaissent, mais ne se le disent pas. Tous les deux ont beaucoup changé : Cécile est devenue une belle quarantenaire, sûre d’elle, chef d’une petite entreprise ; Philippe, quant à lui, est bedonnant, dégarni, divorcé, il est à l’opposé de l’ado charismatique qu’il était il y a vingt sept ans. Durant tout le trajet en train, en ce lundi matin, chacun de son côté va se remémorer son passé depuis un épisode décisif qui eut lieu à Londres et qui, sans qu’ils s’en soient rendu compte alors, a influencé le reste de leur vie.

L’adolescence est un thème souvent abordé par Jean-Philippe Blondel et on n’est pas surpris qu’il écrive également des romans pour ado. Son allure même a quelque chose de l’adolescence. Il y a l’adolescence comme un laboratoire d’expériences et puis il y a l’adulte, et l’âge fatidique des 40 ans, l’âge où on bascule un peu de l’autre côté, où l’adolescence est à la fois lointaine et étonnamment présente parce qu’elle nous revient un peu à la figure. Il y avait une émission de télé dans les années 90 présentée par Christine Ockrent qui s’intitulait : Qu’avez-vous fait de vos vingt ans ? Ce pourrait être le sous-titre de ce roman.

Enfermés dans ce train bondé où changer de place est impossible, Cécile et Philippe se retrouvent sur le même aiguillage. Le train roule et pourtant, assis l’un à côté de l’autre, il semble que le temps se soit arrêté. Ils sont sur le même aiguillage mais leur destin a pourtant pris des chemins opposés. La Cécile effacée qui passait inaperçue s’est affirmée, est devenue une femme que l’on remarque, séduisante, le Philippe pour qui tout était facile, qui usait et abusait de son charisme, a perdu toute confiance en lui. Dans ce wagon, ils sentent bien qu’ils sont, là encore, à une moment déterminant de leur vie, à un moment où, selon la position de l’aiguillage, ils vont soit modifier le reste de leur vie, soit non. Et c’est là tout le suspens du roman.

Ils reviennent sur leur vie présente, sur leur histoire passée, ils se souviennent de tout. Les souvenirs remontent et sont étonnamment vivants. Chacun a sa vision des évènements passés. Le temps a fait son œuvre, mais les rancœurs sont toujours là, les regrets et la culpabilité aussi, surtout pour Philippe. Petit à petit, ils vont comprendre que cet épisode londonien a été un moment clef de leur vie. Que cette histoire, qui aurait pu être une histoire parmi d’autres, a finalement eu un impact retentissant sur leur vie. Celle-ci est alors revisitée à travers le prisme de cet épisode et il semble l’éclairer, il semble la clef qui permet de comprendre ce qu’ils sont devenus.

On n’imagine jamais que certaines phrases vont rester ancrées, plantées comme des échardes – et qu’elles vont revenir tout dévaster à certains moments de l’existence. (p.141)

Cécile et Philippe ne sont pas forcément des personnes sympathiques, ils sont ni plus ni moins des personnes comme tout le monde et c’est sans doute pour cela que leurs réflexions nous poussent aussi, nous, à nous interroger sur vos vingt ans et ces histoires que nous avons vécues et qui sans doute, ont eu, elles aussi, une part dans notre propre destinée. Que ferais-je si je recroisais un Olivier ou un Stéphane ? En quoi ont-ils influencé ce que je suis aujourd’hui ?

A la fin du roman, angoisse et état fébrile avaient disparu, pour laisser place à un sentiment d’apaisement. Je ne ressors jamais totalement intacte d’une lecture d’un roman de Jean-Philippe Blondel, sans doute parce qu’il sait mettre les mots sur mes interrogations, d’une façon simple mais tellement vraie.

Roman lu dans le cadre du Challenge I Love London et d’une Lecture Commune avec Sandrine et Titine.

challenge I Love London

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

39 Commentaires

  1. J’aimerai beaucoup le découvrir à l’occasion, les questionnements à l’arrivée de la quarantaine commencent à me parler!!

    Réponse
  2. Je me retrouve totalement dans ton billet qui est très proche du mien. C’était mon premier JP Blondel mais je sais qu’il faut maintenant que je lise « Et rester vivant » et j’ai vraiment hâte !

    Réponse
    • Oui c’est marrant nous avons toutes les deux parlé d’aiguillages 😉 et avons ressenti les mêmes émotions. J’aime vraiment beaucoup ce thème de l’adolescence qui revient de roman en roman, mais modulé à chaque fois de façon différente. « Et rester vivant » est un très beau roman, une quête de soi, j’espère qu’il te plaira.

      Réponse
  3. Très beau billet George ! Je n’ai rien lu depuis « Et rester vivant », peur aussi d’être déçue mais je pense y remédier cette année ! 🙂

    Réponse
  4. Très intéressée par le thème et par le fait de découvrir enfin cet auteur, je note bien sur !!

    Réponse
  5. Je n’ai pas encore Blondel mais j’ai vu à la médiathèque quelques-uns de ses romans, il faudra que je le lise un jour ! Ton billet donne envie en tout cas 🙂

    Réponse
  6. Jamais lu,mais cet auteur m’intrigue, certainement une future lecture

    Réponse
  7. Je viens de le noter chez Titine, je pense que j’ai bien fait ! 😉

    Réponse
  8. Dans ma LAL de la rentrée de janvier. « Rester vivant » vient de sortir en poche, il me tente énormément aussi, je vais peut-être commencer par celui ci.

    Réponse
  9. Qui sont Olivier et Stéphane ? hein ! avoue !!! 🙂

    Beau billet, tu aiguillonnes la curiosité mais sans lâcher d’info … bref tu m’as convaincu !
    Mais il va falloir que je lise aussi « Et rester vivant » !

    Réponse
    • tss tss, pas de révélations ici 😉 !
      Ah chouette, te voilà convaincue, c’est parfait ! Si tu veux lire l’un ou l’autre je pourrai, dans ma grande largesse, te les prêter !

      Réponse
  10. J’ai apprécié ce livre, mon billet est programmé pour demain matin mais je me sens débutante quand je lis ton commentaire . En tout cas c’est grâce à toi que j’ai découvert cet auteur et je dévore ses livres. Merci.

    Réponse
    • 😀 ! Je suis très contente si j’ai pu contribuer à te faire découvrir Jean-Philippe Blondel. Je m’en vais lire ton billet, qui, j’en suis sûre, sera très bien !

      Réponse
  11. Merci pour cette lecture commune !

    Réponse
  12. argali2

     /  février 7, 2013

    Je partage tout à fait ton ressenti et ton avis. 🙂

    Réponse
  13. Encore un auteur que j’aurais un jour dans ma PAL 😉 Très bel article. Bonne soirée 🙂

    Réponse
  14. Virgule

     /  février 7, 2013

    Waouh, tu m’as presque donné envie de lire un auteur français contemporain ! 🙂

    Réponse
  15. vero1001

     /  février 7, 2013

    Je ne connais pas cet auteur… Quel titre conseillerais-tu pour uen première lecture ?

    Réponse
  16. Je n’ai pas encore lu cet auteur mais ce titre là me fait particulièrement envie par le sujet qu’il traite.
    Bonne soirée, bises

    Réponse
  17. Il faudra que je découvre cet auteur.

    Réponse
  18. Pas encore lu de Blondel. Commencerai-je par celui-ci ? Je note.

    Réponse
  19. le sujet me plait beaucoup…il y a tant de non-dits dans une vie, de sentiments et d’impressions qui demeurent enfermés das un coin de la tête…bref ce livre m’intéresse beaucoup, et j’attends avec impatience le moment pour le découvrir !

    Réponse
  20. Je viens de le terminer et je suis sous le charme! Je l’ai dévoré en une après-midi! J’ai beaucoup beaucoup aimé! Belle critique!

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :