« Je vous emmène » de Joyce Carol OATES

oates je vous emmèneJe vous emmène ou I’ll take you there est paru en 2004 en France, en 2002 aux Etats-Unis. Joyce Carol Oates reprend des thèmes souvent présents dans ses romans : la vie sur les campus américains, la ségrégation et la névrose.

L’intrigue se situe au début des années 60 et s’étend sur environ 5 ans. La narratrice qui se fait appeler Anellia, et dont nous ne saurons jamais le vrai prénom, est en première année de Philosophie à Syracuse, campus de l’état de New-York. Jeune fille maigre, souvent mal fagotée par manque d’argent, très intelligente, elle est fascinée par les jeunes filles qui ont intégré la sororité Kappa et notamment par l’une d’elle qui va la pousser à présenter sa candidature. Contre toute attente, Anellia devient une Kappa et découvre alors l’envers du décor. Boursière, elle n’a que peu de moyens et doit travailler pour payer les multiples frais et amendes qu’elle contracte pour ne pas participer aux réunions de la sororité. Très vite sa vie chez les Kappa devient infernale, d’autant que la mère, responsable de la maison, Mme Thayer, est légèrement despotique.

Comme souvent chez Oates, le passé a un poids et définit le comportement et la personnalité de ses héroïnes. Dans sa famille, Anellia est la cadette. Sa mère est morte 18 mois après sa naissance, et la petite fille, rendue responsable de la mort de leur mère, est alors rejetée par ses frères plus âgés et son père, alcoolique. Sa grand-mère, bien peu maternelle, n’arrange rien à l’affaire. Dénigrée par sa famille, la jeune fille a un besoin d’amour et de reconnaissance. N’ayant aucune estime d’elle-même, elle a toujours tendance à se rabaisser et ses actions pour obtenir l’estime des autres sont souvent désespérées et ne font qu’être contreproductives.

Kappa maisonLe roman est composé en trois parties : sa vie chez les Kappa ; sa rencontre avec Vernor Matheus, jeune homme noir, brillant étudiant en philosophie et son voyage final, après ses études, dans l’Utah pour revoir son père. Dans les trois cas, Anellia subit l’influence d’un être dont elle veut être aimée et reconnue. Chez les Kappa, d’abord fascinée par la haute maison de style gréco-latine, trônant au sommet d’un grand escalier, elle l’est ensuite par toutes ces jeunes filles de milieu aisé, très féminines, joyeuses, sortant en compagnie de garçon. Avec Vernor, là encore, Anellia admire son intelligence, sa voix, son allure. Elle fera tout pour être remarquée par lui. Enfin son père dont elle recherche sans cesse la reconnaissance, courant derrière un homme égoïste et si peu paternel.

Anellia suit des études de philosophie et Oates truffe son texte de références. Plusieurs philosophes sont ainsi évoqués : Spinoza ; Nietzsche ; Wittgenstein ; Hume ; Hegel etc. La jeune fille est en quête de sens, de vérité et ce roman est avant tout initiatique.  C’est bien à la construction d’un être à laquelle nous assistons dans ce roman. Comment faire la paix avec son passé, comment s’accepter et se reconnaître soi avant d’être acceptée et reconnue par les autres. Plusieurs chapitres sont précédés d’une citation, le plus souvent de Spinoza, L’éthique, des citations qui non seulement illustrent le propos mais s’incarnent dans le personnage d’Anellia. Pourtant aucune citation ou référence ne nous écrase, au contraire elle s’offre à nous et nous fait réfléchir tout en nous faisons mieux comprendre le personnage. Mais cette omniprésence de la philosophie et les multiples réflexions d’Anellia appuient également le fait que la jeune fille qui n’a connu ni l’amour familiale, ni l’amitié sincère, ni l’amour véritable d’un homme, intellectualise ses relations et s’enfonce dans la névrose. Il faudra un long voyage et un retour aux origines pour qu’Anellia se sauve elle-même, pour qu’elle ne soit plus sur les pas des autres mais qu’elle devienne enfin celle qui emmène à sa suite.

Anellia présente une personnalité contrastée et parfois difficile à cerner. Tout en étant repliée sur elle-même et mal dans sa peau, certaines de ses attitudes montrent cependant une grande détermination, et son attirance pour Vernor Matheus témoigne de cette force. En 1960 aux Etats-Unis, même à New-York, une fille blanche se promenant au bras d’un homme noir était inacceptable. Anellia semble toujours se mettre aux bans de la société. Pour être évincée des Kappa, elle révèle, sans en être certaine, être un quart juive. Oates dénonce le racisme et l’antisémitisme de ces sororités extrêmement conservatrices, et fait de cette héroïne fluette, une battante presque malgré elle.

Durant toute ma lecture, je n’ai pu m’empêcher de voir en Anellia un double de Oates. Par le physique, mais aussi du fait que l’héroïne choisira l’écriture. En faisant quelques recherches sur Syracuse, j’ai découvert que Joyce Carol Oates y fut étudiante boursière et gagna un concours de nouvelles à la fin de ses études tout comme Anellia. Est-ce pour autant un récit autobiographique, je ne le pense pas car Oates n’est jamais si simple à cerner, mais sans doute, cette information permet-elle peut-être de donner un éclaircissement sur la dernière phrase du roman : Si tout se passe bien entre nous, un jour, je vous emmènerai là-bas. (p.350).

Ce qu’il faut surtout en retenir c’est cette quête de soi et, comme souvent dans les romans de Oates, ce portrait d’une Amérique conservatrice.

Roman lu dans le cadre du Challenge Joyce Carol Oates, du Challenge Cartable et Tableau noir.

challenge Oateschallenge cartable et tableau noir

Publicités
Poster un commentaire

36 Commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce roman de Joyce Carol Oates, mais je suis heureuse que tu nous le fasses découvrir. Pour ne pas me gâcher la surprise — parce que tu m’as donné envie de le lire ! —, je me suis concentrée sur le début et la fin de ta chronique. Le sujet est intéressant ; l’idée de la quête de soi me plaît tout particulièrement :).

    Réponse
  2. Je n’ai fait que survoler ton billet pour ne pas me gâcher la (future) lecture car bien sûr, il rejoindra un jour ma PAL, puisque c’est un Oates.

    Réponse
  3. J’ai attentivement lu ce billet car je suis actuellement en pleine découverte de Oates avec son nouveau (?) roman De la Boxe … J’aime beaucoup. Merci pour la découverte de ce roman.

    Réponse
  4. J’aime beaucoup la plume de Oates, mais j’avoue que ses sujets sont souvent un peu durs, dans le sens difficiles, douloureux… Est-ce qu’elle n’a écrit que des « drames »?… Ou bien est-ce qu’elle a aussi quelques romans plus légers dans sa bibliographie?… En tous les cas, je note ce titre quand même : à découvrir! 😉

    Réponse
    • Oui c’est la marque de fabrique de Oates, elle n’est jamais très tendre avec ses personnages ! J’ai bien peur que tous ces romans baignent toujours un peu dans la même atmosphère, ses personnages sont souvent névrosés, tourmentés.

      Réponse
  5. J’ai toujours un peu de mal avec l’atmosphère de Oates mais tes billets me donnent envie de persévérer.

    Réponse
  6. Je suis en train de lire « Chutes » que j’ai arrêté, je trouve trop long, trop lent, mais je réessaierai plus tard

    Réponse
  7. Ton billet est très intéressant merci 🙂

    Réponse
  8. une auteure que j’aime beaucoup et je n’ai pas lu celui-ci que tu présentes très bien

    Réponse
  9. Je n’ai jamais lu cet auteure. Je note, je note. Je n’ai pas encore assez nourris ma Wish cette semaine !

    Réponse
  10. Tu me donnes très envie de lire ce roman de Oates, cette romancière qui ne m’a encore jamais déçue!

    Réponse
  11. je ne connaissais pas ce roman mais je reconnais bien les thématiques de Oates. C’est vraiment un truc très étrange les sororités et les fraternités étudiantes.

    Réponse
  12. Je vais faire une razzia sur price minister, j’ajoute ce titre, merci pr la découverte !

    Réponse
  13. Je ne connaissais pas ce roman, ça me tente… 🙂
    Bonne soirée…

    Réponse
  14. Mmmmm, tu me donnes très envie de le lire !

    Réponse
  15. Bien évidemment, j’ai envie de le lire comme tous ses autres romans 😀 D’ailleurs, il y a longtemps que je ne l’ai plus lue !!!

    Réponse
  16. Je l’ai lu il y a longtemps, dans ma première année de blogueuse… un roman qui à l’époque m’avait beaucoup marquée. Je ne suis pas étonnée que tu aies beaucoup aimé toi aussi !

    Réponse
    • Je crois que je n’ai jamais été vraiment déçue avec Oates, même si certains de ses livres sont très durs, il y a toujours quelque chose d’intéressant et ils nous font toujours réfléchir.

      Réponse
  17. vero1001

     /  février 3, 2013

    Direct dans ma LAL ! Tout me plait dans ta description, le sujet et puis la philo, cela me rappellera la fac !

    Réponse
  18. Je survole à peine ton billet, je viens de commencer ce roman ! Je reviendrais plus tard !

    Réponse
  19. Nane3bonheurs

     /  février 11, 2013

    et le voilà dans ma wish-list ! tes billets sont toujours aussi passionnants et passionnés !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :