« Jézabel » d’Irène NEMIROVSKY

némirovsky JézabelJ’entends parler d’Irène Némirovsky depuis de nombreuses années, et il a fallu la suggestion de Violette, du Club des Lectrices, pour que j’ai enfin l’occasion de la lire.

Irène Némirosky a été déportée et est morte à Auschwitz en 1942. Elle avait déjà écrit et publié plusieurs romans avant sa déportation, dont Jézabel paru en 1936. Plusieurs de ses oeuvres, dont le célèbre Suite française, sont parus à titre posthume depuis les années 2000.

Jézabel est le portrait d’une femme, Gladys Eysenach, femme d’une grande beauté. Le roman s’ouvre sur son procès. Elle est accusée d’avoir tué un jeune homme d’une vingtaine d’années, Bernard Martin. Pendant toute la première partie, nous suivons le procès de cette femme dont on se sait encore presque rien et qui nous est présentée à travers les témoignages des différents témoins venus à la barre. La deuxième partie est un long flash back revenant sur son histoire et sur les causes et circonstance de ce crime.

Gladys est obsédée par la jeunesse et par la beauté. Elle a une définition très précise de la féminité qui se résume à être belle, élégante et à être aimée. Très vite, elle va cacher son âge et va finir par contrôler toutes les personnes autour d’elles : sa fille, mais aussi les différents hommes qui vont partager sa vie.

Gladys est une femme égoïste, manipulatrice, dissimulatrice qui a un besoin immense de plaire, d’être remarquée. L’usage du temps sur elle, la pousse de plus en plus dans le mensonge et la manipulation, l’entraînant à des actes et à des décisions épouvantables pour préserver le secret de son âge.

Le titre est bien sûr à expliquer, car Gladys est une Jézabel moderne. C’est une femme méchante et rusée. D’après mes recherches, elle manipula son mari pour exterminer toutes les prophètes et hommes du Dieu d’Israël. Elle ne reconnaissait que sa propre religion, montrant ainsi une grande intolérance. Elle finit dévorer par les chiens.

Jezabel-devoree-par-les-chiens LEON-COMERRELéon Comerre, Jézabel dévorée par les chiens, 1878

Nul doute, qu’Irène Némirovsky en intitulant son roman Jézabel, place Gladys sous l’égide de cette femme, reconnue comme la femme la plus méchante de la Bible. Vouant un culte irraisonné à la beauté et à la jeunesse, elle va peser sur le destin des personnes qui la côtoient.

Ceci dit, qu’en est-il du roman ?

Ce n’est pas une grande révélation, je l’avoue. Tout d’abord parce que j’ai trouvé beaucoup de répétitions et quelques longueurs, venant certainement du fait que ce personnage, anti-héros par excellence, n’a entraîné presque aucune empathie chez moi. J’ai eu du mal à concevoir cet excès, voire cette folie, pour le culte de la jeunesse et de la beauté, pour ce caractère égoïste et froid. J’ai également trouvé que ce roman datait un peu et, en cela, il m’a fait penser à Belle de Jour de Kessel. Toutefois, le traitement est intéressant ici et la première partie sur le procès m’a beaucoup plu et je crois que j’aurais mieux aimé que Némirovsky en fasse l’objet de tout le roman. J’ai trouvé le flash-back narratif plus conventionnel.

Je ne suis pas parvenue réellement à savoir si Némirovsky ressentait elle-même une certaine empathie pour son personnage. Gladys incarne la beauté du diable, elle est une femme fatale au contact de laquelle on se brûle et sa fille, Marie-Thérèse est sans doute sa plus innocente victime.

Quoiqu’il en soit, Irène Némirovsky fait une analyse très juste de la psychologie de Gladys. Elle montre parfaitement le passage du temps, les angoisses de Gladys, sa folie, ses outrances, et l’écriture est juste et belle. Ce n’est donc pas, pour moi, un grand roman, mais il n’entache pas mon envie de lire d’autres roman de Némirovsky. Peut-être serai-je plus séduite par La Suite française.

Roman lu dans le cadre du Club des lectrices et du challenge Justice.

club des lectriceschallenge-justice

Poster un commentaire

26 Commentaires

  1. J’avais assez envie de commencer par « Le Bal » plutôt que Suite française mais qui sait ? Ce n’est pas à l’ordre du jour ! 😆

    Réponse
  2. Tu as très bien résumé mon avis. Je n’ai pas écrit mon billet car comme toi, la seconde partie (au contraire du procès tout comme toi) m’a presque ennuyée et que je n’ai pas vraiment su qu’en penser. Et puis la bourgeoisie..

    Réponse
  3. Je n’ai jamais lu cette auteure mais je ne commencerais pas par ce livre je pense qu’il va m’ennuyer aussi

    Réponse
  4. J’ai lu « Suite Française », il y a bien longtemps, et j’en garde un bon souvenir. Par contre, je ne me sens pas du tout attirée par « Jézabel ». J’ai vraiment besoin de pouvoir éprouver un minimum d’empathie pour le personnage central d’un livre… Sinon j’ai du mal à avancer dans les pages 😉

    Réponse
  5. J’avais beaucoup aimé Suite française aussi. Je trimballe depuis plusieurs semaines Chaleur du sang dans mon sac, mais je n’en ai lu que la préface, dans laquelle Jézabel est justement évoqué. Les quelques lignes à son sujet ne m’avaient pas trop donné envie de le lire.

    Réponse
  6. J’encourage toutes celles qui hésitent à lire « Le Bal ». J’ai découvert Irène Némirovsky avec lui, et je pense que c’était un très bon livre pour commencer. Il a une unité, une simplicité et une profondeur qui touche profondément. Les mêmes thèmes y sont abordés, cependant.

    Réponse
  7. C’est un roman que j’ai à plusieurs reprises pris en librairie puis reposé avant d’arriver à la caisse. Il y’avait un petit quelque chose qui me gênait dans les pages que je feuilletais vite fait. Peut être comme tu le dis, le fait que l’on ne ressente que très peu d’empathie pour le personnage.

    Réponse
  8. Je viens de terminer  » Le Bal », premier roman de Némirovsky que je lis et je suis sous le charme! Tant de cruauté chez une mère et sa fille! Un style limpide. J’en ai fait un coup de cœur! Je veux vraiment continuer à lire cette romancière trop vite et trop scandaleusement disparue!

    Réponse
  9. Pour ma part, j’ai adoré la déconstruction/reconstruction du personnage. On en parle demain ! 🙂

    Réponse
  10. J’ai lu suite française à sa sortie, mais je crois qu’il faudrait que je le relise. Je mélange 2 auteurs et ça me dérange !!!

    Réponse
  11. Laurence (Lolotte)

     /  décembre 16, 2012

    j’ai lu suite française il y a longtemps et j’en garde le souvenir d’un bon livre.

    Réponse
  12. Comme beaucoup, j’ai lu Le Bal que j’ai vraiment beaucoup aimé (mais pas fait de billet)

    Réponse
  13. Un auteur que je découvre même si tu n’as pas l’air très enthousiaste…

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :