« La Vie » de Régis de Sa Moreira – Rentrée Littéraire 2012

Vous avez sans doute déjà lu beaucoup d’avis sur ce roman, et je crains que mon billet ne brille pas par son originalité.

Ici une multitude de narrateurs dont les pensées s’enchaînent en de brefs paragraphes, des narrateurs qui se succèdent au fil des pensées et des rencontres, des réflexions sur leur quotidien, leur vie en somme comme le laisse suggérer le titre du roman.

L’originalité de cette narration fait la principale qualité de ce roman. Les pensées qui passent du coq à l’âne à partir d’un nom, d’un thème, d’une rencontre ou d’une allusion, rend la narration assez dynamique. Le lecteur est donc entraîné dans une ronde sans fin au sein des pensées des narrateurs.

D’un point de vue stylistique donc, ce roman est assez intéressant, car novateur, proche même de certaines expérimentations à la Queneau ou à la Perec.

Cependant, là où le bât blesse est que ces pensées ne présentent guère d’intérêt. Comme si le lecteur était un médium voire un mentaliste, il absorbe les pensées des personnes qu’ils croisent dans la rue, le métro, les commerces, mais ces pensées ne sont que des préoccupations contingentes : les amours, les tromperies, les souvenirs d’enfance, les regrets, les espoirs, les incertitudes, les courses à faire etc., pensées trop brièvement évoquées pour qu’elles s’impriment réellement dans la mémoire du lecteur, de la même façon que nos propres pensées peuvent se succéder et s’oublier aussi vite.

Sans être dénué d’humour, nous constatons à la lecture du roman de Sa Moreira, que, que l’on soit traiteur, serveuse, bébé, mère, père, amant, maîtresse, femme au foyer, homme d’affaires, conducteur de métro ou star de cinéma, nos pensées sont les mêmes, c’est-à-dire aussi les mêmes que le lecteur ou la lectrice lui(elle)-même.

Bien qu’au final il ne me reste guère de souvenirs de cette lecture, très rapide, ce roman présente cependant, je trouve, un réel intérêt stylistique mais manque d’une certaine densité dans le fond, à moins qu’il ne veuille simplement signifier par ce biais que nos pensées ne sont guère intéressantes.

Merci aux éditions du Diable Vauvert.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2012.

Poster un commentaire

33 Commentaires

  1. Ce roman ne me tente toujours pas… Merci pour ton avis.

    Réponse
  2. Je passe mon tour également ! A propos, j’ai publié hier mon avis sur Arlington Park : http://deslivresdeslivres.wordpress.com/2012/09/26/arlington-park/

    Réponse
  3. Margotte

     /  septembre 27, 2012

    J’ai déjà lu un roman de cet auteur, « le libraire » et j’ai aussi été très déçue.

    Réponse
  4. J’ai remarqué que souvent les livres avec des « pensées » ou des « extraits de vie » ne me restaient pas longtemps en mémoire. Peut-être parce qu’il faut que ces textes me fassent vraiment réfléchir pour me marquer ou alors il me faut plus de temps pour m’imprégner..
    Je passerai donc mon tour pour ce livre.

    Réponse
  5. C’est la première fois que j’entends parler de ce livre, comme quoi, un billet n’est jamais inutile 🙂
    J’aime bien les récits qui suivent les flux de pensée, ou disons plutôt, que si c’est bien fait, je n’ai rien contre. Mais voilà, il faut quand même que ce soit intéressant et maîtrisé. Il me plairait peut-être, mais dans le doute, je préfère me fier à tes impressions et le laisser de côté.

    Réponse
  6. Quand j’ai commencé à entendre parler de ce livre, la multitude des personnages et donc des pensées a tout de suite été ma crainte. Difficile de garder un souvenir précis de sa lecture dans ce genre de circonstance, en effet…

    Réponse
  7. Ce n’est pas le premier commentaire mitigé que je lis, je passe donc mon tour

    Réponse
  8. Ta dernière phrase achève bien :-), car elle est certainement le reflet de la réalité, nos pensées quotidiennes sont rarement d’une grande importance !

    Réponse
  9. J’ai beaucoup beaucoup aimé: le principe est excellent et le fait de rentrer dans la tête de plusieurs personnages en même temps est très fort. Ce roman est très rafraichissant même si, en effet, on oublie vite son contenu pour ne retenir que son originalité et le plaisir de le lire.

    Réponse
  10. Je n’ai lu que Le libraire de cet auteur mais j’avais adoré ! Je n’ai jamais retenté ! Peut être la peur d’être déçue !

    Réponse
  11. Je n’ai lu aussi que « Le libraire » (que j’avais beaucoup aimé!) et je dois avouer que ton résumé me tente quand même, malgré le manque de fond! Je le mets dans ma LAL!

    Réponse
  12. Pas trop tentée cette fois encore, dommage…

    Réponse
  13. Syl.

     /  septembre 29, 2012

    Pour l’instant ton billet suffit à ma curiosité.
    Bon week-end !

    Réponse
  14. Pas fort tentant… tant mieux, ça évite de faire grossir les wishlist et les PAL !

    Réponse
  15. billets ajouté

    Réponse
  16. Déçu moi aussi, comme je l’avais été pour « Mari et femme ». C’est dommage, j’avais adoré ses 3 premiers romans mais avec les 2 derniers je reste sur ma faim 😦

    Réponse
  17. Finalement, je l’ai lu et j’ai aimé…

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :