« Je trouve donc inadmissible qu’un bloggeur totalement inconnu, n’ayant aucunes qualifications ou reconnaissance du métier puisse à ce point venir critiquer de la sorte notre marque. »

Ah ça faisait longtemps que nous n’avions pas eu droit à une attaque mesquine de la part d’un auteur ou d’un éditeur. Depuis plus de trois ans que je blogue, je finis par ne même plus parvenir à les compter. Et toujours on nous ressort les mêmes sempiternelles conneries : inexpérience, méconnaissance… Comme toujours les armes utilisées sont le dénigrement et l’intimidation.

Mon titre est extrait du mail envoyé par une maison d’édition à l’hébergeur d’une blogueuse qui a eu le « malheur » de dire que le livre qu’elle avait acheté (25€) était truffé de fautes (vous constaterez que le monsieur en question n’est pas avare de fautes de grammaire, comme en témoignent celles contenues dans cette simple phrase), mal édité, et l’avait beaucoup déçue, ayant même renoncé à le finir. Nous avions déjà eu droit à l’auteur qui s’insurgeait contre le fait de critiquer un livre non payé, aujourd’hui nous avons droit à un éditeur qui ne supporte pas qu’on remette en question un travail éditorial bâclé. Nous pourrions penser que dans la mesure où la blogueuse a acheté le livre (selon l’argument de l’auteur pré-cité) elle avait le « droit » de dire ce qu’elle en pensait, mais visiblement voilà que l’on nous met une énième interdiction. Donc jusqu’où vont-ils aller ? Car si nous devons tenir compte de toutes ces interdictions, j’ai bien peur que nous soyons tous forcés de mettre la clef sous la porte, car nous n’aurons plus le droit de parler d’aucun livre.

Vous savez à quel point il est important pour moi de dire si un livre m’a plu ou non, et que dans les deux cas, un billet argumenté me donne le droit d’en parler sur mon blog. Je rappellerais également que notre qualité de grand lecteur est aussi une justification comme une autre, si vraiment il en fallait une. Notre faiblesse vient essentiellement du fait que nous exposons nos avis sur un blog, visible à tous, et non dans notre salon ou au comptoir d’un café où il se dit souvent bien pire.

Oui, bloguer est un pouvoir, et c’est bien ce qui inquiète ces messieurs (tiens d’ailleurs c’est drôle nous avons souvent plus affaire à des hommes qu’à des femmes dans ces affaires, je dis ça…), le tout est de l’utiliser à bon escient comme la grande majorité d’entre nous le fait.

Merci à Catherine qui a été la première à parler de cette affaire sur son blog, et qui l’explique dans le détail.

Poster un commentaire

119 Commentaires

  1. C’est un gros pompon ! Surtout, surtout… que le prochain ou la prochaine n’enlève pas son texte. Le harcèlement est condamnable, pas la liberté de penser.
    Bras d’honneur également.

    Réponse
  2. Ca me rappelle la fois où une fille m’a laissé des milliards de commentaires car je n’avais pas aimé le livre d’un de ses compatriotes… Elle me traitait d’idiote parce que je n’aimais pas ce bouquin!

    Réponse
  3. Je trouve inadmissible qu’un éditeur peu connu n’ayant aucune qualification (je n’ai même pas réussi à laisser la faute) en orthographe puisse publier des livres. Ah mais en fait je me trompe de débat puisqu’il ne s’agit pas d’une maison d’édition mais d’une « marque ». Vivement que C*c*-c*l* édite des livres ! Et bizarrement, le fameux livre n’est plus disponible (oui je sais qui c’est, mais je ne dirai rien puisque la blogueuse ne veut pas, ce que je respecte, je pense que j’aurais fait comme elle). Mais je n’avais jamais entendu parler de cette « marque » auparavant, donc autant ne pas lui faire de pub non plus.

    Réponse
    • Ah tiens ! merci pour l’info ! la seule pub que nous aurions pu lui faire aurait été négative et aurait peut-être permis à des « écrivants » d’éviter cette « marque » !

      Réponse
  4. Effectivement, c’est scandaleux cette histoire ! Continuons à délivrer le fond de nos pensées !

    Réponse
  5. Attila

     /  septembre 4, 2012

    Je connais le blog, j’ai lu l’article, et les commentaires qu’il a suscité avant de devoir être retiré.
    j’ai soutenu cette Chère Dame Sagesse dont j’apprècie le blog, les critiques, et l’humour !!! et bien sûr je lui ai apporté mon soutien. je suis très heureuse que cette histoire fasse boule de neige et je regrette que le nom de « l’éditeur » ne soit pas public ( je le balancerai avec plaisir mais Dame Sagesse n’a pas souhaité le faire donc je respecte son choix) Mais ce qui est encore plus grave, de mon point de vue, c’est que certains commentateurs l’ont prise à partie assez violemment en soutenant le point de vue de l’éditeur.
    certains commentateurs étaient de total inconnus de la blogo mais pas tous… certains et certaines sont des personnes qui fréquentent les blogs de manière régulière. Aussi, sans vouloir reconvoquer Paul et Mike (oui, j’ai décidé de faire un peu d’humour potache en ce jour de rentrée …) je me demande pourquoi on ne les entend plus …….
    pour ce qui est du retrait de l’article ( qui était un véritable coup de gueule mais qui était rédigé de manière courtoise et argumentée et surtout qui ne prenait pas à partie l’auteure, contrairement à ce que j’ai pu lire ici ou là ….) Dame Sagesse a usé de sa liberté de faire ou de ne pas faire, et surtout elle a choisit, je crois, de ne pas se tromper de combat : ce qui compte c’est la littérature, la vraie, et le plaisir de lire.
    et je termine aussi avec du Beaumarchais ( ben voui …… j’ai pas trouvé mieux …) « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ».
    et je dédie à Dame Sagesse cette phrase d’Hector Berlioz (que je me répète souvent comme un mantra) « il faut collectionner les pierres qu’on vous jette C’est le début d’un piedestal »

    Réponse
    • Hello, je débarque completement, je lis peu (j’ai une faible capacité de concentration, je ne peux lire qu’absolument seule) et je fais beaucoup de fautes d’orthographe, j’évite un maximum de devoir écrire, donc ne me jugée pas à mon orthographe ou à mes conjugaisons.
      Cela dit, je passe par là et je tombe sur cette histoire,
      je ne comprends pas plusieurs choses :
      – que risquait la blogueuse en laissant son article ?
      – quel pouvoir avait la plateforme, puisqu’il ne s’agis que de fautes d’orthographes dans un livre acheté, la blogueuse ne fait que les constater… elle critique un produit, c’est autorisé sur un blog.

      Je suis affligée par la bêtise de cet Editeur, il aurait été si simple de s’excuser auprès de ses lecteurs mais cet homme n’y voit que des clients semble-t’il… Auto-édition ou pas…

      Réponse
    • J’aurais bien aimé lire son billet et savoir de qui on parle, pas par simple curiosité malsaine, mais comme le dit Marie plus bas, pour lire réellement le billet incriminé, bien que je ne doute pas de ce que tu dis. Concernant le combat, je crois sincèrement que la littérature doit être un combat, et qu’on ne peut pas faire sur un blog comme si toutes nos lectures étaient des merveilles, c’est ma vision des blogs et c’est aussi ce qui m’intéresse dans le fait de bloguer, j’espère seulement que Madame Sagesse (comme tu l’appelles) continuera malgré tout à donner des avis mitigés ou négatifs sur les livres qu’elle sera amenée à lire et que cette histoire ne la fera pas changer de vision. Nous n’avons pas, comme je le disais, à nous auto-censurés pour de mauvais coucheurs !

      Réponse
  6. miawka

     /  septembre 4, 2012

    Je ne suis même pas étonnée. Pour travailler comme pigiste et donner mon avis sur des mangas, j’ai souvent eu des mécontentements d’un éditeur qui ne supportait pas que l’on dise du mal de ses publications. Sauf que, pour le coup, quand on publie des titres contenant des scènes choquantes de viol ou pire, des scènes scato, on ne doit pas s’étonner d’avoir de mauvais avis. Il y aura toujours des mécontents, mais de là à menacer la liberté d’expression, je ne suis pas d’accord. Quand un livre sort, l’éditeur doit s’attendre à la critique, qu’elle soit bonne ou mauvaise, c’est le jeu, il ne faudrait pas l’oublier.

    J’apporte tout mon soutien à cette blogueuse qui était parfaitement dans son droit.

    Réponse
    • Il y a sans doute dans les médias trop de complaisance aussi, et les « créateurs » (au sens large du terme) ont peut-être perdu de vue que parler littérature, cinéma ou autre ce n’est pas QUE faire de la pub, c’est aussi donner un avis, et que donc, celui-ci peut aussi être négatif. Comment peut-on croire que tout ce qui paraît est forcément génial ? Dans quel monde vivent ces gens qui pensent que tout ce qu’ils font est forcément génial ?

      Réponse
  7. Ce n’est pas la première affaire du genre. La nouveauté réside dans le fait d’envoyer un mail à l’hébergeur du blog. Cet éditeur pensait-il obtenir la fermeture du blog ?

    L’attitude de cette personne est déplorable.

    Il y a trois mois, j’ai été déçue par le style d’un livre (problème de traduction ?). J’ai contactée l’éditeur. Aucune réponse. Dans mon billet, j’ai fait part de ma déception concernant le livre et évoqué l’absence de réponse de la part de l’éditeur.

    Réponse
  8. Cela ne m’étonne pas du tout. Le contre-pouvoir fait peur tout la comme la liberté de dire je n’aime pas ou j’aime

    Réponse
  9. Non seulement il n’y a rien d’illégal à écrire une critique négative, a fortiori lorsqu’on s’est porté acquéreur du livre, mais de plus le mail de ce monsieur constitue en soi une menace et une très claire tentative d’intimidation … à bon entendeur … 😉

    Réponse
  10. Je suis bien d’accord avec vous, c’est intolérable que cette blogueuse s’en prenne plein la tête pour avoir juste donner son avis sur le livre puis sur la façon de faire de l' »éditeur » et je le note entre parenthèse parce que c’est bien là le problème pour moi, ça n’est pas un éditeur, c’est un imprimeur à la base dont les activités se sont étendu à l’auto-publication, donc n’importe qui peut faire imprimer son livre et le vendre via le site internet. Donc on y trouve du très bon comme du très mauvais malheureusement.

    Réponse
  11. Pathétique… rien d’autre ne me vient à l’esprit.

    Réponse
  12. Juste scandaleux…Je hais toute entrave à a liberté d’expression. Je ferai également un billet dans les jours à venir du coup. Cela m’énerve un tantinet qu’il s’en sorte si bien (son nom n’a pas été cité…).

    Réponse
  13. Je rejoins le commentaire de Valou. J’aurais aimé avoir la possibilité de lire le billet incriminé et de me faire ma propre opinion à son sujet. Apparemment certaines commentatrices savent de qui ils s’agit et disent que le billet était objectif et argumenté et je veux bien le croire. Néanmoins il m’est arrivé de voir des blogueuses pousser des cris d’orfraie parce qu’elles s’étaient attiré des commentaires négatifs en descendant des livres qu’elles jugeaient détestables parce qu’elles n’avaient pas l’humilité de reconnaître qu’ils leurs étaient passés au-dessus et qui, dans leur billet, faisaient l’étalage de leur ignorance bien plus que des défauts du livre. Visiblement, ce n’est pas du tout le cas ici. Mais il me semble important de garder à l’esprit que les blogueurs ne sont pas non plus parfaits et intouchables et qu’ils nous faut rester conscients de nos limites.
    J’ai un peu de mal à m’enflammer à l’aveugle sur des « on dit » mais, sur le fond, je suis bien évidemment d’accord avec toi et je suis choquée de l’attitude de cet éditeur.
    Quant à A… je n’étais pas au courant de ce trafic de voix mais j’ai moi même arrêté d’y laisser des commentaires lorsqu’ils ont changé de politique, il y a 2-3 ans, et se sont mis à valoriser les avis positifs sur des produits populaires. Je n’aime pas cette mentalité. tu le sais, je suis moi aussi convaincue de l’utilité des avis négatifs, lorsqu’ils sont argumentés.

    Réponse
    • C’est vrai que c’est la première fois que nous n’avons pas pu avoir le billet sous les yeux, enfin pour certains, et que le nom du mal embouché soit tu. C’est vrai que ça permet aussi plus de tranquillité pour la blogueuse, mais je suis d’accord avec toi, j’aurais bien aimé savoir au moins de quel livre on parle.
      Pour A., j’ai lu un article sur je ne sais plus quel site d’info, visiblement c’est déjà assez répondu en USA !

      Réponse
  14. Vive la liberté d’expression !

    Réponse
  15. Et hop, j’ai tweeté le billet de catherine. Non mais franchement, y en a marre de ces censeurs !

    Réponse
  16. aÏe aÏe aÏe ! Dire que l’on doit encore se battre pour notre liberté d’expression, ça fait peur!

    Réponse
  17. à propos, demain, une troisième série de bd que je n’ai pas aimé !
    mais c’est mon choix, ma lecture, mon opinion, j’ose espérer que je ne rebute personne (tous les goûts sont dans la nature) et cela n’engage que moi.

    pas de « trucs » très négatifs chez moi, juste un auteur qui a laissé un comm, je lui ai répondu pour lui demander qq précisions supplémentaires = plus de réponse, il n’a pas apprécié que j’ose trouver bizarre que vu son ancien métier, il ait pu écrire cela !

    Réponse
  18. Je suis choquée aussi.. j’ai envoyé un mail à la blogueuse concernée pour la soutenir et lui conseiller d’expliquer à sa plateforme son point de vue car il n’est pas normal qu’on lui ai mis la pression comme ça…
    Quand je pense que de mon côté j’avais fait plein de critiques sur un livre auto-édité et l’auteur m’a écrit pour me dire qu’elle avait retravaillé son bouquin après mes remarques et celles d’autres lecteurs et avait été édité chez un « vrai » éditeur…Et elle m’en remerciait… Ce n’est pas le même état d’esprit!
    En tout cas, ça fait peur pour la blogosphère… Les éditeurs et les auteurs sont sans doute trop habitués à ne lire QUE des critiques positives dans la presse…

    Réponse
    • Pour moi aussi ça s’était bien passe, l’éditeur était désolé et devait corriger l’édition du livre dont j’avais parle ! En fait tout dépend sur qui on tombe.

      Réponse
  19. Je trouve ça très dommage que la blogueuse, que je découvre seulement à l’occasion de ce triste incident, ait décidé d’arrêter. C’est en revanche une très bonne idée qu’elle fasse voyager le livre en question.
    Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est qu’il me semblait que cet éditeur se contentait d’imprimer les livres et de les mettre à disposition, et qu’il n’intervenait pas sur le contenu. Dans ce cas, le travail de relecture et de correction est à la charge de l’auteur, qui est seul responsable des défauts du livre. Pourquoi l’éditeur prend-il la mouche alors? S’il est soucieux de l’image de sa marque, il n’a qu’à ne pas traiter les livres comme des paquets de lessive et accomplir un travail éditorial.

    Réponse
    • Effectivement il se considère comme une marque et non comme un éditeur… Il fait donc du marketing et toute mauvaise pub est donc néfaste pour lui.IL a vraiment une attitude très basique 😦 chacun fait son métier comme il l’entend mais personnellement je me passerais bien de tels éditeurs. J’espère que l’auteure trouvera mieux.
      En tout cas, il y a dans chaque ville des conseils d’avocat gratuits. Je pense que, dans une telle situation, je ferai appel à eux pour voir si le texte peut réellement me causer soucis.
      Je trouve dommage la fermeture du blog, mais je comprends le dégoût que la bloggeuse a dû ressentir. Je lui souhaite en tout cas de bons plaisirs de lecture, qu’elle les partage ou non 😉

      Réponse
    • J’avoue que j’ai du mal à comprendre que l’on puisse fermer son blog à cause de quelqu’un qui n’en vaut absolument pas la peine et qu’on lui donne alors le sentiment d’avoir remporté sa petit victoire. Ce n’est pas dans ma nature et hier soir je me suis vraiment dit qu’on avait fait beaucoup bruit pour rien. Je sais que ce commentaire n’est pas « correct », mais si nous devions fermer notre blog des que l’on est confronté à ce genre de personne mal veillante nous serions plusieurs à avoir désertées la blogosphère, moi la première, et ça aurait même tendance à me mettre franchement en colère parce que c’est donner raison à la censure et à l’atteinte de la liberté d’expression.

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :