Samedi Sandien #35 : Lettre à Jules Janin

Aujourd’hui, j’ai eu envie non pas de vous parler de George Sand, mais de vous la faire lire. Je me suis dit que, finalement, le discours autour des œuvres ou des écrits ne vaut jamais autant que la lecture elle-même. Aussi, en plus des billets sur l’œuvre de George Sand, je ferai parfois, comme ce matin, des billets dans lesquels je recopierai des extraits de son œuvre romanesque, autobiographique ou épistolaire. En souhaitant que ces extraits entraînent des réflexions, des remarques de votre part.

Pour ouvrir le bal, j’ai voulu vous faire partager cette lettre datant, d’après Georges Lubin, de la première quinzaine de janvier 1840, et destinée à Jules Janin. Jules Janin était critique littéraire reconnu au Journal des Débats auquel il fut attaché de 1829 à 1873. Surnommé le « prince des critiques », il a souvent produit des critiques assez dures envers les romantiques, que ce soit Hugo, Balzac et donc aussi George Sand. [Présentation inspirée de la notice de Georges Lubin dans le Tome III de la Correspondance de George Sand, Ed. Garnier]

***

A Jules Janin

Voici votre volume de Valentine qui arrive positivement du fin fond de la vallée noire où il ne s’attendait guère à l’honneur d’en être rappelé par vous. Merci de toutes les choses gracieuses que vous me dites, malgré mes prétendus injures que je renie. Quant à cela si j’avais songé à vous en m’attaquant aux journalistes ce serait un acte de courage dont mon caractère belliqueux tirerait vanité, bien loin de reculer devant si forte partie. Vous me connaissez assez pour savoir que je suis plus portée à l’audace insensée qu’à la diplomatie timide. Et ce n’est pas que je dédaigne la critique. Elle m’a fait du mal et du bien, et je sais même que le blâme aveugle et partial peut nous écraser, pauvres diables d’auteurs que nous sommes ! Mais je hais assez les gens sans conscience pour les braver, et quant à ceux qui me reprennent avec loyauté, je ne les crains pas, je les estime. Ce sont là les critiques qui nous stimulent en nous corrigeant, les autres nous affligent et nous découragent. Ainsi  une fois pour toutes, ne croyez jamais que je veuille rompre indirectement des lances contre vous. C’est un mérite que je n’ai pas et qui serait de ma part pure fanfaronnade. Je vous sais sincère dans vos impressions, et jamais il ne me viendra à l’esprit de me regimber contre un jugement de vous. Vous êtes artiste aussi

E tu anché sei pittore

vous obéissez à un vif sentiment des choses, et vous avez raison encore quand vous vous trompez. Je n’ai jamais compris que l’amitié empêchât la liberté de penser et qu’il fallût faire un tel mélange de la vanité avec l’affection qu’une dissidence littéraire amenât une rupture entre amis. Tout cela, pour vous dire que mes injures ne s’adressent qu’aux pédants stériles qui nous déchirent sans nous connaître, et nous condamnent sans nous lire. Et je sais bien que vous me lisez puisque vous voilà en possession d’un pauvre volume qui vous manquait et que vous avez bien voulu me réclamer – et que voilà.

T[out] à vous de coeur

George

[Source : George Sand : Correspondance, Tome IV, textes réunis, classés et annotés par George Lubin, Edition Classique Garnier, Paris, 1968, pp. 851/852]

Publicités
Poster un commentaire

18 Commentaires

  1. Ah, j’aime cette nouvelle formule pour découvrir Sand ! 🙂

    Réponse
  2. Excellente idée ! Mais je n’ai pas compris la citation au milieu de la lettre : « E tu anché sei pittore ». Une explication ? 🙂

    Réponse
  3. Excellente cette nouvelle formule bien que j’aime tout autant tes billets « sandiens » ! La lettre choisie est fort à propos, comme quoi un auteur intelligent sait accepter la critique à partir du moment où elle est argumentée et crédible…Elle te ressemble vraiment cette George (ou tu lui ressembles pour être plus juste 🙂 )…

    Réponse
  4. J’imagine que la citation n’a pas été choisie innocemment. 🙂
    Tu en sais un peu plus sur le contexte dans lequel elle a été écrite?

    Réponse
    • Effectivement ! j’aime aussi beaucoup l’ironie de Sand.
      Concernant le contexte, d’après ce qu’en dit Georges Lubin, et notamment du fait que Janin aurait pu être blessé cela fait réf. à la préface de la deuxième Lélia paru en 1839, dans laquelle Sand s’en était prise aux critiques qui criaient au manque de moralité de son roman. Les préfaces de Sand sont souvent très intéressantes !

      Réponse
  5. Jules Janin a aussi écrit des textes fantastiques, des contes, des romans (et des tas d’autres trucs qui me font dire que le sieur Janin mériterait d’être redécouvert).

    Le recueil de nouvelles le plus connu est « L’Ane mort et la femme guillotinée » publié aux éditions Marabout dans les années 1970.

    Les blogueurs littéraires devraient se pencher sur le livre « L’Amour des livres » , Editions Miard 1866, opuscule de 78 pages dont voici les premières lignes (le prénom est une conïncidence masculine ;):
    « Georges, mon jeune confrère en bibliophilie, il faut tout d’abord que je vous félicite de ce grand amour qui vous a pris, si jeune encore, pour les beaux livres. « Les livres ont toujours été la passion des honnêtes gens! » disait Ménage. Une aimable passion, dont le charme est toujours
    nouveau; variée, inépuisable, élégante, mais il est rare qu’elle soit le partage de la jeunesse. Ordinairement elle arrive à l’homme heureux, quand cet homme heureux louche aux premières limites de l’âge sévère, à l’heure où, revenu de toutes les passions stériles, il songe à préparer les armes de sa vieillesse, les petits bonheurs de son toit domestique, et sa fêle innocente de chaque jour. Soyez donc le bienvenu, d’aimer si vite et si bien ces cliers amis de la vie humaine, amis dévoués, reconnaissants, fidèles. Ils voyagent avec nous, ils nous suivent à la ville, à la campagne ; on emporte son livre au fond des bois, on le retrouve au coin du feu : « C’est proprement un charme ! » Et Montesquieu a très-bien dit qu’il ne savait pas de douleur si grande, qui ne fût soulagée un instant par la lecture d’un bon livre.

    Réponse
  6. Très intéressant tout cela, autour de George et George bis !!! L’extrait et surtout la conversation entre blogueurs qui suit !
    Une nouvelle formule qui va plaire mais ne quitte pas la première !
    A bientôt !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :