Droit de réponse de Gérard Collard

Suite à ma « Lettre ouverte« , Gérard Collard a pris le temps de me répondre sur mon profil facebook, comme vous avez été nombreux à attendre sa réponse, je vous la copie ici, ainsi que ma réponse. Je précise que cette réponse ne m’a pas été faite en message privé, mais bien sur mon profil public, c’est pourquoi je me permets d’en faire part ici :

Gérard Collard :

« si j’ai invite musso et je ne m’en excuse pas bien au contraire c’est pour une simple raison le livre en tant qu’objet est en danger pour beaucoup de gamin il n’existe meme plus , on n’en est plus a parler de litterature il faut simplement refaire exister l’objet et musso est parfait pour cela !! par son exposition mediatique il ramene cet objet ds les mains de beaucoup de gens et le role des libraires et du salon de st maur c’est d’expliquer a ces gens qu’il existe aussi d’autres livres que ceux de musso ms pour cela il daut qu’on les rencontre musso devient l’appat ideal!!! loin de tomber ds un piege ns utilisons tous lles moyens pour capturer c’est lecteurs potentiels. libre a vs de rester entre gens de bonne societe de parler litterature avec un grand h alors qu’autour le desert gagne inexorablement du terrain… mon role est de lutter contre ce desert et tous les moyens sont bons!! je suis desole de votre incomprehension mais je n’ai aucun etat d’ame et le lecteur de musso peut etre le lecteur de stendhal si ns faisons preuve d’un peu de modestie et de pedagogie!!

desole pour le style les fautes d’orthographe mais ns avons 45000 livres de poche a pointer pour le salon , des centaines d’affiches a remplir des emissions a preparer.. et je n’ai pas beaucoup de temps!!!! »

Ma Réponse :

« Il ne faut pas penser que je sois contre la venue de Musso au salon, il a effectivement toute sa place, le problème n’est pas là, ce qui m’ennuie c’est d’en faire un “invité d’exception”, c’est surtout cela que je trouve dommage. Cela ne m’empêchera pas de venir au salon et encore moins de fréquenter votre librairie. Le blog de lecture que je tiens est là aussi pour donner envie de lire de tout, je ne crois pas vivre dans « la bonne société » et partager mes lectures (prises dans tous les genres) est aussi ma façon d’amener les gens à lire autre chose et pas forcément des classiques, mais des classiques aussi que j’essaie de rendre attractifs. Merci pour votre réponse qui me permet de mieux comprendre vos raisons. »

Pour finir, j’ai également été contactée de façon privée par Guillaume Musso, et pour respecter sa demande (PS: Ce mail est une correspondance privée qui n’a pas pour but de se retrouver sur internet.), je garderai pour moi à la fois son mail et ma réponse.

Poster un commentaire

85 Commentaires

  1. elia

     /  juin 13, 2012

    Je partage l’avis de Gérard Collard. J’avais déjà répondu en ce sens précédemment.
    Et si j’admire votre érudition, George, vos connaissances et vos commentaires, je regrette que vous soyez souvent si sectaire et si sûre de votre seul bon goût.

    Réponse
    • George n’est pas sectaire! Il suffit de regarder la diversité de ces billets, des livres et genres choisis!!! Une certaine exigence, peut-être,et c ‘est tant mieux, mais dans l’ouverture, ce qui est encore mieux!

      Réponse
    • Si être sectaire c’est simplement ne pas aimer les romans Musso, alors sans doute le suis-je. Mais il me semble que quand on prend la peine de lire mon blog et pas seulement quand il y a des billets qui font polémiques comme vous le faites chère Elia, on peut se rendre compte que je lis de tout.

      Réponse
      • En effet si ton blog est sectaire…
        Bon réponse intéressante de Collar, mais j’en parlais avec Mrs Pepys avec qui j’ai pris un café cet aprem, cette rengaine des jeunes qui ne lisent plus est un peu gonflante et pas forcément représentative. Mais c’est sûr qu’à force de la scander on s’en convent soi-même et qu’on convainc les autres.

        Réponse
  2. Ben là, du coup, j’ai bien envie de savoir ce que Musso a bien pu te raconter … 😉
    Il était pas content, méchant ou bien aimable ?
    Et sinon, je trouve la réponse de Collard un peu moyenne sur la fin. Je suis d’accord sur le fait qu’il faille attirer les lecteurs (quoique cela se discute du point de vue sociologique. Harry Potter a été beaucoup lu, mais les ados ne lisaient pas beaucoup d’autres livres). par contre, qu’il ait autre chose à faire, c’est une chose, mais tu as tout de même le droit d’avoir une opinion.

    Réponse
    • George n’est pas sectaire! Il suffit de regarder la diversité de ces billets, des livres et genres choisis!!! Une certaine exigence, peut-être,et c ‘est tant mieux, mais dans l’ouverture, ce qui est encore mieux!

      Réponse
    • La réponse se Musso était du même acabit. Ce que je constate c’est qu’on a toujours tôt fait, quand on critique de Musso d’être traitée d’intellectuelle, et de littéraire comme si ces deux mots étaient insultants. Ce qui est fou c’est que je viens des classiques et que grâce aux blogs j’ai découvert la littérature contemporaine, la littérature jeunesse, et que du coup j’ai élargi mes lectures, ce qui est, je crois une attitude totalement à l’opposé du sectarisme.

      Réponse
      • Si ceux qui n’aiment pas Musso sont traités d’intello alors ceux qui l’aiment sont des crétins ? Faudrait arrêter d’être visé parce qu’on aime pas Musso non d’une pipe (j’aime bien cette expression).
        Je vous suis en tous cas même si souvent je me sens largué dans vos lectures. 🙂

        Réponse
  3. Je suis très contente qu’il ait répondu, cela éclaire la démarche.

    Réponse
      • Ca éclaire peut-être mais ça fait bizarre après l’avoir entendu parler de Pancol Gavalda et Musso en termes très peu flatteurs.

        Réponse
          • J’y pense depuis hier et puisque nous sommes dans le débat : je connais des gens « honnêtes » (quid de la définition de Collard à propos ?), des gens instruits qui ne lisent QUE du Musso et du Lévy comme s’il s’agissait d’un must de la détente suprême. Alors pas d’amalgame certes mais quand il s’agit de parler « lectures » avec ces personnes, le sujet tourne court… Et ces personnes ne font pas la différence entre populaire et commercial !!! Et je pense que Gérard Collard sur ce coup là prend les deux sans états d’âme, pour une fois ! Une chose est sûre, la confiance en son jugement « indépendant » en est écornée, qu’on le veuille ou non…

            Réponse
            • Oui pour moi il y a une différence entre littérature populaire et les livres commerciaux. Certes les livres commerciaux reprennent un peu les mêmes ficelles, mais ce que je déplore c’est que souvent le style manque, et moi je n’arrive pas à me détendre quand il faut relire trois fois une phrase mal construite, ou quand il y a des fautes de syntaxe, ça me bloque.

              Réponse
  4. Il n’a pas tort et je regrette que les gens lisent de moins en moins. Cela dit, rappelons-nous qu’à une époque Maurice Leblanc et cie étaient considérés comme de la littérature populaire et donc moins bonne que la grande littérature 😉

    Réponse
  5. nathalie

     /  juin 13, 2012

    tres bel echange! comment George a pu douter de Gerard Collard?!?
    comme je disais hier dans lecteurs de Musso il y a ‘lecteurs’ et Gerard a envie de faire decouvrir d’autres livres à ces personnes,quelle belle mission!!perso sa passion m’epoustoufle; quant au terme « invité exceptionnel » qui froisse, il faut relativiser ,les libraires sont menacés,il y a urgence,donc la pub pour la salon de poche faite avec de maigres moyens comme l’explique Gerard sur facebook doit attirer les futurs visiteurs d’ou des termes forts mais tout çà n’est pas bien grave le principal est la survie du livre et des libraires
    c’est quand meme triste cette époque ou on traque le moindre faux pas pour raler alors qu’on ne se rend pas compte de la tonne de travail que ce salon demande et que la logique voudrait qu’on encourage plutot qu’accabler
    j’ai peur qu’à force les personnes qui se demenent, comme Gerard, jettent l’eponge,je sens ce ras le bol poindre….

    Réponse
    • Moi c’est à lire sa réponse que je doute de Gérard Collard!
      Beaucoup de libraires indépendants sont effectivement menacés mais je doute fort que ce soit le cas de La griffe noire et je ne me sens pas inquiète pour son Salon qui remporte un succès de plus en plus important chaque année.
      Vouloir faire lire les gens, c’est bien. Mais je ne suis pas persuadée que la majorité des lecteurs de Musso soient si ouverts que ça à lire d’autres choses. L’une de mes amies qui travaille dans le milieu de l’édition en est assez désespérée. Si Collard et son équipe y arrivent, eux, je leur tire mon chapeau.
      Il n’est pas question de traquer les faux pas mais d’attendre des gens qu’ils soient fidèles à leur valeur, ça ne me paraît pas extraordinaire comme attente. Qu’il invite Musso, ça me semble normal et ne me pose pas de problème, mais qu’il l’affiche comme « invité d’exception » alors qu’il le descend dans sa boutique, ça je ne le comprends pas plus que George!

      Réponse
      • nathalie

         /  juin 13, 2012

        effectivement j’ai relu les messages et commentaires et je dois avouer que j’ai une autre vision des choses ce soir,vous avez raison, tout çà n’est pas tres logique,dénigré pendant des années et soudain Musso devient « invité d’exception » il y a quelque chose qui cloche
        j’ai voulu trouver des excuses à tout prix mais finalement je suis deçue

        Réponse
  6. George est éclectique dans ses choix. La preuve ? Elle a chroniqué une de mes nouvelles (Le dernier des optimistes), sortie uniquement sur kindle et est loin d’être de la littérature avec un grand H (comme disait Gérard Collard). 🙂

    Réponse
  7. Je suis contente qu’il ait pris le temps de te répondre. Je comprends sa démarche, il faut appâter le chaland pour l’amener à d’autres littératures. Mais ce qui me gêne là-dedans c’est la contradiction. Il a ouvertement critiqué cette littérature pour après, comme tu le soulignes, faire de Musso un « invité d’exception ». Je pense que les libraires ont tous le droit (le devoir ?) dans leur boutique de conseiller des auteurs plus confidentiels au détriment d’auteurs moins méritants qui n’ont de toutes façons plus besoin de pub, mais quand on crache dans un type de littérature dans les médias, il faut rester cohérent.

    Réponse
  8. C’est bien qu’il t’ait répondu, mais je ne suis pas d’accord en ce qui concerne ta soi-disant appartenance à la bonne société qui parle de littérature avec un grand L (euh non, H pardon 😉 ).
    Tu es de loin beaucoup moins sectaire que moi, et je trouve au contraire que ton ouverture te caractérise!
    Bref…

    Réponse
  9. Moi sa réponse est assez moyenne je trouve. S’il y a l’explication au début sur ses intentions (que je trouve assez juste), ses fautes et ses petites piques finales me laissent songeuses, je trouve même cela limite ! mais bon… personnage drôle parfois, mais qui n’a pas l’air d’apprécier la critique…

    Réponse
  10. Du grand n’importe quoi cette réponse : Le livre est un objet qu’il faut réhabilliter pour la survie (et le chiffre d’affaires) des librairies…et soudain le contenu, le fond n’importe plus.
    Je proprose qu’à la rentrée prochaine, Amélie Nothomb vienne dédicacer son dernier livre à la griffe noire, cela fera venir du monde…

    Réponse
  11. Je lis moi-même de tout et n’est donc pas l’impression d’être élitiste dans mes choix. J’ai tendance à tester avant de dire que je n’aime pas. J’ai testé du Nothomb, du Musso, du Levy et du Stendhal. Je ne les aime pas. J’ai testé d’autres livres type qui attirent beaucoup de lecteurs et ai aimé (Evanovich entre autres, qui elle aussi écrit vite ses romans). Je comprends la démarche d’inviter des auteurs médiatiques et connus du public le plus large. Mais je ne suis pas du tout certaine que cela fonctionne. J’ai de nombreux exemples autour de moi qui me font croire que non.
    Je rejoins George car j’ai moi aussi tiqué sur le label « exception » pour un aauteur aussi courant dans les médias.

    Réponse
  12. Delphinesbooks

     /  juin 13, 2012

    Moi je trouve que cette façon « catastrophiste » de dire « le livre est en danger » pour justifier la présence de Musso très douteuse. (Encore un qui doit voir le livre numérique comme le diable…). Je croyais qu’il défendait La lecture (avec un grand L) et non pas son business (même si j’entends bien que c’est son boulot à lui, je lis que sa libraire marche bien).
    Et puis s’en prendre à toi pour se justifier… là ce n’est même pas acceptable.
    Bref, déçue jusqu’au bout par le personnage….

    Réponse
  13. Asia Morela

     /  juin 13, 2012

    En tant qu’amatrice, lectrice et éditrice de romance, un genre très mal vu des cercles littéraires, surtout en France (pensez à la réputation des Éditions Harlequin), MAIS ayant trouvé convaincant l’argument de George dans sa lettre ouverte, la réponse de M. Collard me semble bien à côté de la plaque… C’est lui aussi qui me paraît élitiste ; tout en défendant son invitation de Musso, il rabaisse implicitement les lecteurs de ce dernier à chaque tour de phrase ! Alors finalement, Musso n’est qu’un appât ? (Merci pour lui, je ne serais pas flattée à sa place !) Le vrai but est de faire lire Stendhal aux pauvres incultes lecteurs de Musso ? Parce que c’est cela, la littérature française/francophone, de nos jours : Stendhal ?! Pardonnez-moi, j’aime Stendhal, mais il me semble qu’il y a aussi une création littéraire francophone contemporaine, qui ne prétend pas forcément refaire du Stendhal, ni réhausser les esprits bien obscurs des lecteurs de Musso… Décidément, c’est vraiment cela qui m’irrite dans la littérature française : en opposant systématiquement les soi-disant littéraires aux best-sellers, on rate tous les auteurs qui essaient tant bien que mal de survivre au milieu ! Le monde n’est pas binaire : on n’est pas soit littéraire, soit commercial, soit élitiste, soit de masse… On peut aussi être singulier.

    Réponse
    • Merci pour votre réponse car vous dites exactement ce que je pense. Entre Musso et Stendhal il y a une multitude d’auteurs qui valent le détour. Pourquoi ne pas inviter Carole Martinez qui a reçu le prix Goncourt des Lycéens et qui a donc su plaire à un lectorat jeune de celui que veut toucher Collard? Et pourquoi pas Blondel, lui-même prof et dont les romans sont oh combien plus intéressants.

      Réponse
      • Bien dit George et Asia, je suis bien d’accord et ne comprend pas le choix bien que sa réponse ait un peu éclairé la chose.

        Réponse
    • J’ai eu la même réaction, à la place de Musso je n’aurais pas apprécié d’être qualifié d’appat pour les « betas » (ça c’est mon interprétation de sa réponse) qui ne savent lire que ses livres, et à la place des lecteurs j’aurais encore moins apprécié…
      Chacun lit ce qu’il veut au fond, mais son choix ne me semble pas cohérent.

      Réponse
  14. Comme je le disais plus haut, je suis assez déçue par cette réponse. Je ne comprends pas bien son raisonnement : on trouve les mêmes livres sur papier qu’en numérique. En quoi appâter avec un auteur fera acheter ses livres papier plutôt que leur version numérique? Ou alors je n’ai rien compris à ce qu’il voulait dire?
    Et je trouve que sa réponse n’est flatteuse pour personne.
    Je veux croire qu’il était débordé et a rédigé sa réponse à la va vite.

    Réponse
    • Je pense qu’il y avait d’autres auteurs à mettre en invité d’exception que Musso, c’est surtout cela, comme je le disais plus haut pourquoi pas Carole Martinez, dont le dernier roman a reçu le prix Goncourt des Lycéens.

      Réponse
  15. Moi aussi je n’ai rien contre Musso et ses lecteurs, mais l’invité d’exception devenu « un produit d’appel » me dérange moi aussi. Voilà donc la littérature devenue « produit marketing ». Mais quelle hypocrisie de dire que c’est un moyen comme un autre de faire de la pédagogie et de se croire modeste. De toute manière les personnes qui font de la pédagogie avec les adultes me déplaisent fortement et se trompe dans leur démarche. Ce sont les bases même de la formation en bibliothèque : ne porter aucun jugement et ne pas faire de pédagogie avec les adultes. les romans édités par certaines maisons d’édition ou alors certains auteurs ne sont pas mis en avant mais ils sont présents dans les rayons. C’est exactement ce qui est fait aussi dans les bonnes librairies. Les bibliothécaires ont une responsabilité pédagogique pour le secteur jeunesse, en librairie c’est exactement la même démarche. Dans les salons de l’auto on pose une belle nana devant les voitures comme « produit d’appel » je ne sais pas si ça fait vendre mais pour les livres ça ne marche pas. Il y a 2 ans, au salon du livre à Limoges les organisateurs ont eu l’idée d’inviter certains acteurs de l’émission « Plus belle la vie » qui ont écrit leur biographie. Cette « démarche pédagogique » a été faite pour faire venir du monde, Du monde il y en a eu !! Une belle débandade de fans, des queues interminables qui nous empêchaient d’accéder aux stands des auteurs, par exemple « Yasmina Khadra » était caché par la file de fans « plus belle la vie » et ce remarquable auteur n’a pas vendu un livre aux fans de « plus belle la vie » et je suis certaine qu’il n’a même pas eu un regard de ces gens trop occupés à prendre en photos les acteurs !!! Mais par contre les lecteurs de Yasmina Khadra ne pouvaient pas l’approcher !! Il a fallu se plaindre pour que les organisateurs change l’orientation de la file de fans vers l’extérieur du chapiteau et que les auteurs retrouvent un peu d’espace. Et je précise que je n’ai absolument rien contre les biographies des acteurs de « Plus belle la vie ». De nos jours, Il faut savoir faire la part des choses parce que « le produit commercial » prend différentes formes même celle d’un livre, d’un film, d’une chanson….. Mais Monsieur Gérard Collard devrait être honnête et nous dire simplement que ce coup marketing va renflouer ses caisses et lui permettre de mettre en avant des auteurs qui méritent que l’on parle d’eux. Ceci est juste mon « modeste » point de vue.

    Réponse
  16. ‘spèce d’intellectuelle, va ! 😀

    Réponse
  17. L’argument de G. Collard me paraît assez fondé, mais je reste quand même d’accord avec toi sur le fond !

    Réponse
  18. Intello et sectaire ! rooh ! Je ne suis pas sûre que cette réponse qui se veut un argument de sauvetage commercial pour le « développement durable » du livre soit suffisante… Tant qu’il n’y a pas trahison intellectuelle de sa part, on lui accordera encore du crédit, mais la confiance est un plat qui refroidit vite, c’est une chose fragile avec laquelle mieux vaut ne pas jouer Monsieur Collard, on peut y perdre une « catégorie » de lecteurs pour en gagner de plus acheteurs mais on y laisse parfois son âme ! A suivre…

    Réponse
  19. Je suis donc une intellectuelle sectaire. Et si ma meilleure amie découvre que je n’aime pas Musso, je risque de devenir une intellectuelle sectaire morte.

    Réponse
  20. vaste débat sur ce qui est la lecture purement commerciale et celle qui reste uniquement populaire et donc moins repréhensible…j’ai lu un article dans le nouvel obs qui narrait dans le détail les techniques de marketing de Musso et de Levy, et cela n’avait plus aucun rapport avec la littérature, je pense donc qu’on peut s’insurger de cette dérive, comme tu le fais dans cet article…et se dire que si collard en est arrivé là, lui qui défend depuis si longtemps la littérature de qualité avec un tout petit niveau d’exigence, c’est bien qu’il y a un petit qq chose qui cloche…bonne soirée à toi

    Réponse
    • J’ai eu aussi l’occasion de lire cet article dans le Nouvel Obs, et cela participe bien sûr de ce qui me dérange dans ce choix d’invité d’honneur.
      Merci Filou, bonne soirée à toi aussi.

      Réponse

Répondre à les Livres de George Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :