« Témoin muet » d’Agatha Christie

Au commencement il y a un chien, Bob, et une balle. Ensuite une vieille demoiselle, Miss Arundell, son neveu Charles, ses nièces Thérésa et Bella, leur ami et mari, le docteur Donaldson, le docteur Tanios, et un bel héritage. Mettez tout cela dans une belle demeure anglaise, mélangez. Ajoutez au mélange une lettre envoyée avec un mois de retard,  une dame de compagnie pas très fute-fute, et vous obtenez la mort de la vieille demoiselle, et l’arrivée de Hercule Poirot.

Quand j’ai envie de me faire plaisir avec un roman que je lirai en deux jours, je sais que je peux compter sur Agatha Christie. Elle a le chic pour me faire me réveiller à l’aube, m’attirer vers mon canapé à n’importe quel moment de la journée, pour lire, en savoir plus, comprendre le pourquoi et surtout le comment du crime commis. Le témoin muet ici n’est autre que le chien Bob, chien doué d’intelligence, qui semble parler à ce cher Hastings, et qui prouve à Poirot qu’un accident n’était en fait, qu’une tentative ratée de meurtre.

Dans ce roman rien de bien nouveau quand on connaît Agatha Christie : un meurtre énigmatique, un huis-clos, un Poirot qui cogite et recherche les faits, un Hastings, double du lecteur, qui observe les moindres faits et gestes de Poirot mais qui ne comprend pas grand chose, des interrogatoires déguisés, et la révélation du mystère devant tous les suspects réunis. Et pourtant, on se laisse prendre, car tout est ficelé avec intelligence, et qu’on se dit : « Cette fois, je vais devancer Poirot », et puis finalement non.

L’ambiance anglaise apporte bien sûr son charme, le thé, l’humour british, Poirot est sa petite suffisance quelque peu épinglée par une Agatha Christie ironique, sont autant d’éléments que j’aime retrouver, voire que j’attends toujours à la lecture de ses romans. Le roman est divisé en courts chapitres qui suivent les différentes visites de Poirot aux différents protagonistes de l’histoire. Le problème est qu’il faut d’abord prouver qu’il y a bien eu meurtre, quand tout laisse penser que la pauvre Miss Arundell n’a succombé qu’à sa maladie foie. Hastings est, comme souvent, le sceptique, celui qu’il faut convaincre. Comme je le disais plus haut, il est, pour moi, le double du lecteur, il connaît Poirot, ses techniques, tente de découvrir, en même temps que le grand détective, le meurtrier, mais échoue :

– Je demeure encore dans l’incertitude. Qui, au juste, suspectons-nous?

Je ne saurais dire qui vous suspectez, Hastings  ! Tous, à tour de rôle, j’imagine.

J’ai parfois l’impression que vous prenez plaisir à me laisser dans l’ignorance! (p.234)

Une belle réussite donc que ce roman-ci.

Roman lu dans le cadre du Challenge Agatha Christie, du Challenge God save the livre, sans oublier le Challenge PAL Express.

PAL Express : -3

Advertisements
Poster un commentaire

15 Commentaires

  1. J’ai lu et relu ce livre plusieurs fois, je l’aime beaucoup.

    Répondre
  2. Livre non lu pour le moment, mais vu ! On peut toujours compter sur cette chère Agatha pour nous faire passer un bel instant de lecture-plaisir.

    Répondre
  3. Un instant, j’ai eu peur que le chien ait reçu la balle… 😉
    Justement, ce qui m’agace toujours avec Poirot, c’est cette suffisance et cette arrogance au moment de résoudre les crimes !

    Répondre
  4. Je le note ! Merci de cette suggestion George 🙂

    Répondre
  5. Un de mes préférés et un de ceux que j ‘ai le plus lu et relu ! Bob (et sa balle!) est vraiment un personnage clé et drôle.

    Répondre
  6. J’aimerais bien avoir le temps de lire (ou relire) des romans d’AC…
    Bonne semaine !

    Répondre
  7. michelle

     /  juin 11, 2012

    j’ai lu et relu les agatha christie, et celui ci est particulièrement réussi, tu as raison; plus que l’enquête, j’aime cette ambiance anglaise surannée

    Répondre
  8. arieste

     /  juin 11, 2012

    ça fait longtemps que j’ai envie de me remettre aux Agatha Christie ton billet m’a convaincu 🙂

    Répondre
  9. C’est toujours un vrai plaisir de retrouver Lady Agatha, rien de tel pour se détendre les petites cellules grises !

    Répondre
  10. Merci madame Agatha 🙂

    Répondre
  11. Ah Agatha et son Hercule Poirot dont la suffisance m’énerve tant…ça me donne envie d’en relire un tien…

    Répondre
  12. Agatha Christie = toujours de bonnes intrigues. Jamais réussi à deviner la fin. Sinon, c’est drôle mais j’ai un peu plus de mal quand Hercule Poirot est là, j’aime beaucoup son personnage certes mais les livres où il est détective m’ont toujours moins plu. En revanche, les livres tels que « Dix petits nègres » ou « La maison biscornue » ou encore « Témoin indésirable » où c’est un policier le détective, ça passe mieux ! Ce sont d’ailleurs mes trois préférés que je viens de citer 🙂
    Miss Marple dont j’ai fais la connaissance il y a peu avec « La dernière énigme » m’a bien plu aussi.

    Répondre
  13. Agatha est toujours une valeur sûre !

    Répondre
  14. Il est dans ma bibliothèque, ta chronique me donne envie de le mettre dans mes bagages pour les vacances 🙂

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :