Lettre ouverte à Gérard Collard

Cher Gérard,

Depuis plus de six ans que je fréquente votre librairie, j’ai pu apprécier votre engagement pour la défense à la fois des librairies, et de la lecture. J’ai aimé vos prises de position, j’ai ri à vos pancartes parfois ironiques, parfois laconiques, et souvent très drôles. Vous m’avez fait découvrir des auteurs et des romans qui font partie aujourd’hui de moi. Vous défendez souvent des auteurs dont on ne parle pas, vous mettez en lumière des romans qui, sans vous, pourraient passer inaperçus, mais qui, grâce à vous, grâce à votre verve et votre personnalité atteignent les lecteurs, les font vibrer. Combien de livres ai-je dénichés à la Griffe, je ne saurais le dire, mais ma bibliothèque déborde des livres que vous avez recommandés, ou que vous présentez dans votre librairie que j’aime tant.

Depuis quatre ans, je me rends avec plaisir au salon du Livre de Poche de Saint-Maur, et cette année je serai dans les allées, sans doute avec plusieurs livres dans les bras. MAIS, car, oui, vous devez vous en doutez, il y a un « mais », en me rendant sur le site consacré au Salon du Livre de Poche je lis CECI ! Et là, je tombe des nues ! Je crois d’abord à une grosse blague, de celles que vous aimez faire, mais il semble qu’il n’en soit rien. Et la déception me gagne.

Ce n’est pas tant mon opinion sur Guillaume Musso qui est en question ici, mais il me semblait, j’aimais croire que vous défendiez des auteurs qui avaient une autre puissance littéraire. Pourquoi, après Axel Khan l’an dernier, mettre en avant un auteur qui a si peu besoin d’une exposition médiatique supplémentaire, pourquoi en rajouter une couche pour un auteur qui vend des livres comme des petits pains (pour ne pas dire autre chose), sans même se forcer, pourquoi emboîter le pas des médias et des grandes surfaces culturelles qui vendent du Musso à grand tapage d’affiches, et de pubs à longueur de journée ? Comment peut-on critiquer Marc Levy dans une émission sur France 5, et faire de Musso un « invité français d’exception » ?

Ce qui me déçoit c’est que vous tombiez dans le piège, dans ce qui, je pense, ne vous ressemble pas. J’aime votre enthousiasme pour la lecture, pour rendre accessible des livres dont peut-être nous n’aurions pas entendu parler sans vous, c’est ce que j’aime en vous, me faire lire des livres que je ne trouve pas à Carrefour et ou chez Leclerc, ou même à la FNAC, c’est votre identité. Oui, comme vous le disiez chez Ruquier, vous ne faites pas le même métier que les grandes surfaces culturelles et c’est bien pour cela qu’on vous aime, car vous être un Libraire et un bon libraire, alors pitié, ne tombez pas dans le piège. Ce qui me déçoit c’est que soudain, je ne vous reconnais plus, que je vous trouve contradictoire alors que jusqu’à présent, malgré quelques divergences d’opinion (oui je vous aime mais pas aveuglément non plus!), votre engagement de libraire correspondait à mon engagement de lectrice. Là, soudain, je me sens un peu trahie.

Je sais déjà à peu près tout ce que ce billet va susciter comme réactions, mais c’est un cri du coeur, un cri de déception aussi.

Bien à vous.

EDIT du 15 juin 2012 : depuis la publication de ce billet,  les termes « invités d’exception »qui définissaient Guillaume Musso, Anna Gavalda et Katherine Pancol se sont vu remplacés par « célébrités françaises ».

Poster un commentaire

79 Commentaires

  1. « risque », désolée pour la coquille;

    Réponse
  2. Étonnant, effectivement. Mais, Gérard Collard à sûrement une bonne raison, Même si ce n’est pas l’homme a se laisser guider par des pressions extérieures. De toute façon, ta lettre est très respectueuse et tu auras bientôt la réponse. Si tu apprends ses motivations, tiens nous au courant.

    Réponse
  3. En lisant son article sur le site de Saint Maur en poche, je lui ai peut-être trouvé une excuse. Musso est « l’appât » qui permettra d’attirer le plus grand nombre, (surtout qu’apparemment c’est la seule date de dêdicace de l’auteur) ceux à qui Collard veut proposer autre chose.

    Réponse
    • Oui, il est bien évident que la présence d’auteurs médiatiques fera venir beaucoup de monde, mais jusqu’à maintenant, le salon existait très bien sans cela.

      Réponse
      • J’avais donc bien compris l’objectif de Gérard Collard. Par contre, dans sa réponse, il aurait pu éviter de critiquer ceux qui tirent les lecteurs vers le haut. J’ai lu du Lévy et du Musso, je l’avoue mais je remercie les blogueurs qui ont su me faire découvrir autre chose. Et ton blog m’est une source d’inspiration. Je t’en remercie

        Réponse
  4. Michel Field aussi a fait de la pub pour Musso…et comme Gérard Collard, il bosse sur LCI. Ah mon sens, il y a du copinage dans l’air…

    Réponse
  5. akinaceline

     /  juin 12, 2012

    Je n’ai jamais été dans cette librairie et je n’en connais que ton avis enthousiaste, George (ainsi que les quelques fois où j’ai entendu Gérard Collard à la radio), mais cela m’étonne beaucoup.
    Comme Jostein, je pourrais imaginer que cet auteur soit l’appât pour attirer des découvertes moins célèbres, mais pourquoi dans ce cas inviter et Musso, et Pancol et Gavalda ? L’un d’entre eux aurait suffit…

    Réponse
  6. Musso, Pancol et Gavalda invités d’honneur?
    …… euh….
    Sauve qui peut?

    Réponse
  7. Ok, là tu m’as fait faire une crise cardiaque en arrivant au bureau …. Musso, Pancol et Gavalda ? ça ne peut pas être une blague, il s’en prendrait plein la tête si c’était le cas. Donc oui il veut attirer du monde. Peut-être que le salon n’a pas été rentable l’année dernière. Mais j’avoue que ça refroidit quand même. J’espère qu’il te répondra.
    Je vais mourir et je reviens.

    Réponse
  8. J’ai lu mon premier Musso la semaine dernière pour essayer de comprendre l’engouement pour cet homme et ses livres. Je me suis dit que pour une fois, j’allais peut-être tomber dans la marmitte des fans de Lévy et co. Bah là, j’ai juste envie de vomir. J’ai l’impression d’avoir été volé de 6€, d’avoir échappé de peu à une attaque organisée pour me détraquer les neurones. Je vais vendre ce livre de peur qu’il contamine le reste de ma bibliothèque.
    Je ne connais pas Gérard Collard ou peut-être que si mais je ne me souviens que de sa tête. Et j’espère comme vous tous que c’est une blague car si les grands hommes s’y mettent aussi, la lutte sera encore plus ardue.

    Réponse
    • Musso vaut ce qu’il vaut, ce qui m’ennuie c’est ce plongeon dans le bain commercial, l’inviter certes car après tout c’est un gros vendeur de livres de poche, mais en faire un « invité d’exception » c’est totalement différent. Oui, la lutte est dure, mais faut pas lâcher !

      Réponse
  9. J’espère surtout que ton cri sera entendu…

    Réponse
  10. Moi j’ai hâte de connaître la réponse De Collard sur son choix. Comme le disent ecrtains commentaires : attirer des lecteurs. Je peux comprendre qu’on ait envie de faire venir des gens plutôt que de rester confidentiel. Et gagner de l’argent, bien sûr! 😉

    Réponse
  11. Trop fatiguée pour écrire un commentaire cohérent. Disons que je ne suis pas fan de Musso, ma meilleure amie ne jure que par lui, je pense lui annoncer la nouvelle (et ce n’est pas une blague).

    Réponse
  12. Nathalie

     /  juin 12, 2012

    je comprends ce que tu ressens,j’etais tres etonnée aussi mais en depassant ce premier ressenti je me rends compte que si on devait aller au bout du raisonnement il faudrait carrement ne pas l’avoir en vente dans sa librairie et vendre uniquement ses decouvertes si precieuses comme tu le précises mais je pense qu’ il n’a pas les moyens de faire çà,de se detourner des lecteurs de Musso…qui vont peut etre un jour acheter les fameuses decouvertes mises en avant dans la librairie.De là à l’inviter au salon de poche….çà peut laisser perplexe mais c’est la meme demarche,les lecteurs de Musso(nombreux) sont ravis de le rencontrer et peuvent s’ouvrir à d’autres lectures en parcourant les stands.Gerard doit faire tourner sa boutique (et les temps sont durs!) et inviter Musso ne veut pas dire qu’il apprecie ce qu’il écrit,çà veut dire s’ouvrir à un grand nombre de lecteurs, de toute façon il en faut pour tous les gouts et c’est quand meme son métier de contenter les lecteurs même ceux qui lisent Musso ou Levy.

    à bientot ♥

    Réponse
    • Non je ne suis pas d’accord, car une librairie doit pouvoir tout proposer, et justement ce que j’aime à la Griffe c’est qu’on trouve de tout et que les libraires, qui y travaillent, orientent sur autre chose, la responsable jeunesse m’en parlait justement il y quinze jours précisément, leur but est qu’un client qui part avec un Musso-Levy parte aussi avec un roman de meilleure qualité. La Griffe,comme je l’ai dit dans d’autres commentaires est une des 10 librairies qui s’en sort bien, sans doute parce que son libraire est médiatique. S’il n’apprécie pas Musso pourquoi en faire un « invité d’exception », l’inviter pour des dédicaces, puisqu’après tout, comme je l’ai déjà dit, il est celui qui vend le plus de livres de poche, aurait été suffisant et ne m’aurait pas dérangée.

      Réponse
      • Nathalie

         /  juin 12, 2012

        aaaaaah! je n’avais pas saisi que c’est « invité d’exception » qui te froissait,dans ce cas je te rejoins,l’inviter certes mais pas avec ce statut,c’est vrai qu’il y a quelque chose qui cloche quand on connait Gerard et ce qu’il dit depuis des années de Musso and co
        j’ai dû mal m’exprimer,je revendiquais aussi le fait qu’une librairie propose tous les genres de litterature
        c’est bien d’echanger et finalement apres explications je suis entierement d’accord avec toi

        bonne soirée

        Réponse
  13. Collard s’est déjà expliqué à une autre occasion sur cette question.
    Il y a quelques années, à un interlocuteur (un journaliste peut-être bien) qui lui reprochait de vendre dans sa librairie des auteurs du type de ceux que tu cites,il avait répondu quelque chose comme (je cite de mémoire) : « Si vendre dix bouses permet de faire vivre ma librairie pour continuer à faire découvrir un seul livre d’auteurs et de maisons d’édition peu médiatisés, alors je n’ai pas d’état d’âme ».
    C’est là, à mon avis, une saine position.Résister, c’est aussi savoir faire des concessions acceptables pour avoir les moyens de continuer à mener son combat. Rester cramponné à ses positions tout en regardant s’écrouler le monde tout autour n’a jamais mené personne bien loin.

    Réponse
    • Ce que tu dis là je le sais très bien, et je n’ai jamais critiqué le fait que Collard vende du Musso et consoeur-confrère dans sa librairie, j’intègre très bien son argument, mais mettre « une bouse » en « invité d’exception » ça c’est un tout autre problème, et ce n’est pas revendiquer bêtement un monde utopiste, et vouloir à tout prix quelque chose d’illusoire, c’est juste être raccord avec ses propres discours, et là, pour moi, Collard ne l’est plus.

      Réponse
  14. alexmotamots

     /  juin 12, 2012

    Comme quoi tout arrive, il ne faut jamais désespérer…

    Réponse
  15. je vais aller voir sa réponse !!!!

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :