« Les Dames de Grâce Adieu » de Susanna Clarke

Susanna Clarke est essentiellement connue pour son pavé Jonathan Strange et Mr Norrel, gros pavé qui jaunit dans ma PAL depuis des lustres. Je ne connaissais donc pas particulièrement l’univers de cette auteure, et je me suis dit que ce recueil de nouvelles serait une bonne introduction à son œuvre. Je dois commencer par dire, à ma décharge, que je l’ai lu dans une période où mon esprit était un peu ailleurs, ce qui fait que ma lecture a beaucoup traîné et a été entrecoupée de nombreux sommes, mais ceux-ci n’ont rien à voir avec un quelconque ennui ressenti à la lecture, mais à une simple fatigue de ma part.

Le recueil est composé de huit nouvelles à l’univers féérique, un monde parallèle qui côtoie le monde réel des humains, et auquel on accède souvent en franchissant une forêt ou une rivière, traditionnels lieux de la littérature féérique. La cruauté, la beauté, l’étrange sont les ingrédients de ces nouvelles, et j’ai lu ses nouvelles comme on lit les récits de rêves. La symbolique est donc très forte. Certaines nouvelles sont plus marquantes que d’autres, mais comme toujours avec les nouvelles, ma mémoire-passoire a quelque peu du mal à se souvenir de toutes. Cependant j’ai aimé le côté moyenâgeux de ces nouvelles, voire gothique (puisque le gothique réinvestit souvent le Moyen-Âge) : ces châteaux en ruines, ces orages, etc. Et l’image de la brodeuse notamment qui renvoie à tout un imaginaire littéraire qui remonte peut-être même à Pénélope, m’a beaucoup plu. La femme brodant, silencieuse, mystérieuse, tissant ses fils, comme les Parques décidant de la vie et de la mort des hommes est une figure de la féminité qui me plaît, car elles se rapprochent pour moi des romancières, l’étymologie du mot Texte vient d’un mot latin : textus signifiant aussi bien le « tissu » que la « trame » d’un récit.

C’est donc surtout une atmosphère que j’ai appréciée dans ce recueil, du moins c’est ce qui m’a le plus marquée. Pour ceux et celles qui auront lu le roman de Susanna Clarke, ils ne seront pas dépaysés puisque certains personnages du roman sont repris dans quelques nouvelles.

Une lecture merveilleuse dans les deux sens du terme.

Merci aux Editions Robert Laffont.

Recueil de nouvelles lu dans le cadre du Challenge God save the livre et du Challenge STAR 4. Et on me murmure à l’oreille que ce recueil est le bienvenu dans le Challenge Victorien, alors hop !

Poster un commentaire

16 Commentaires

  1. Eh hop ! Dans ma LàL ! Bonne semaine.

    Réponse
  2. arieste

     /  avril 30, 2012

    C’est une belle image que celle des Parques, qui sont les ancêtres des fées, le mot fée étant issu de « fatum ». Un beau moment de lecture 🙂

    Réponse
  3. Il a bien plu à Aymeline aussi, je le note au cas où… Une dose de « fatum » ne fait jamais de mal !! 🙂

    Réponse
  4. arieste

     /  avril 30, 2012

    au fait ça compte dans le challenge victorien 😉

    Réponse
  5. J’ai lu tout récemment Jonathan Stange & Mr. Norrell, c’est vrai que c’est un pavé, par toujours passionnant d’ailleurs, mais qui introduit la magie dans le monde des humains d’une manière qui m’a beaucoup plu. L’univers est fascinant, de même que les nombreux personnages qui sont très fouillés et dont la destinée passionne très vite le lecteur. Alors si je peux les retrouver dans certaines de ces nouvelles, c’est tant mieux ! Par contre, les évènements du roman (je ne sais pas pour celui-ci) se déroulent avant l’ère victorienne, sous le règne de George III.

    Réponse
    • J’ai entendu du bien de ce roman mais aussi, comme tu le dis, des longueurs, donc je repousse un peu sa lecture ! Pour le classement dans le challenge Victorien c’est Arieste qui m’a dit que le recueil pouvait en faire partie, donc j’obéis 😉 !

      Réponse
  6. estellecalim

     /  avril 30, 2012

    Je suis aussi en train de lire un livre avec des fées, mais cela ne doit pas être le même genre 😉

    Réponse
  7. J’avais également bien aimé l’atmosphère du livre, très gothique et très légère. Le monde des fées de Susanna Clark est très original, très fantaisiste et par moment très féministe.

    Réponse
  8. Oh que tu donnes envie ! Ce recueil est déjà dans ma LAL, mais je vais le souligner triplement.

    Réponse
    • Je ne l’ai pas lu dans les meilleures conditions, je le regrette un peu car je pense que je ne l’ai pas apprécié comme il aurait fallu ! j’espère qu’il te plaira !

      Réponse
  9. Le roman Jonathan Strange et Mr Norrel traîne aussi dans ma PAL depuis un moment et je me demande si je ne vais pas me donner un avant goût de l’auteure avec ce recueil de nouvelles aussi ? La description que tu en fais est juste magnifique malgré la période qui a rendu difficile ta lecture apparemment. Il donne tout de même envie de s’y essayer.
    Merci pour la découverte !

    Réponse
    • Alors il paraît que l’on saisit mieux les nouvelles après la lecture du roman, j’ai fait l’inverse et c’est peut-être aussi pour cela que je suis passée un petit peu à côté.

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :