« Le Temps de l’innocence » d’Edith Wharton

Les romans d’Edith Wharton ont toujours été pour moi la promesse de belles lectures, sans pourtant avoir, jusqu’alors, lu l’un d’eux (seulement un essai et une courte nouvelle). Mais il y a, comme cela, des auteurs que l’on devine, que l’on sent presque. Aussi quand, avec Lili Galippette et Miss Bouquinaix, mes joyeuses acolytes, nous avons décidé de lire ce roman-ci, j’ai accepté avec plaisir.

Étant légèrement plus âgée que mes acolytes, j’avais vu le film adapté du roman lors de sa sortie. J’en gardais un bon souvenir, étant particulièrement amoureuse de Daniel Day Lewis depuis son rôle dans L’insoutenable légèreté de l’être. Pourtant, et ce fut fort appréciable, je ne me souvenais pas assez du film pour que ma lecture soit parasitée par les images du film, même si Newland, Ellen et May me sont immanquablement apparus sous les traits des acteurs du film. Même si May est décrite par Edith Wharton comme blonde, je trouve que la jeune Winona Ryder était parfaite dans ce rôle de la jeune fille innocente.

Nous sommes à New-York à la fin du XIXème. Newland Archer, jeune homme de la bonne société new-yorkaise est fiancé à May, jeune fille pure, elle-même appartenant à une famille respectée. Le retour à New-York de la cousine de May, Ellen Olenska va gripper la parfaite mécanique sociétale. Ellen, qui résidait en Europe, vient de quitter son mari qui l’accuse d’une liaison avec son secrétaire. La jeune femme est donc auréolée d’un parfum de scandale. Mais les relations et le pouvoir des grandes familles vont tenter de la réhabiliter. Newland tombe sous le charme d’Ellen, qui incarne pour lui, la liberté, le refus des conventions. Mais les choses ne sont pas si simples.

Le déroulement des évènements, est perçu à travers le regard de Newland sans que ce soit un roman à la première personne du singulier. Ce choix narratif est particulièrement intéressant, car il permet à Edith Wharton de ne donner qu’un éclairage des évènements mais aussi de respecter les non-dits si puissants dans cette société bien pensante dans laquelle les codes sociaux sont omniprésents. Il nous est sans doute difficile aujourd’hui d’appréhender ce poids des conventions qui pesait si lourdement sur la vie des femmes à cette époque. Edith Wharton dresse donc un portrait assez critique de cette société, mais aussi des relations entre mari et femme. Ellen est la brebis galeuse, elle est l’européenne qui redécouvre d’un œil neuf la vie à New-York, sujet des conversations, et des conseils de famille faits en huis-clos dans les salons cosy, elle est celle dont on se méfie et qui peut nuire à la réputation de la famille. Newland, enfant chéri, promis à un mariage respectable, se trouve partagé entre un désir de s’extraire du carcan familial et un déterminisme de naissance l’en empêchant. Wharton plonge son lecteur dans les affres de ce jeune homme tiraillé entre un amour impossible et une notion de ses devoirs envers sa famille. Son prénom est d’ailleurs très symbolique car il rêve d’un lieu neuf, nouveau où il serait libre d’exprimer ses sentiments.

Même si Ellen est la femme par qui le scandale arrive, Edith Wharton dresse d’elle un portrait bienveillant, et c’est l’innocence incarnée par May qui se révèle bien plus machiavélique.

C’était ainsi dans ce vieux New-York, où l’on donnait la mort sans effusion de sang ; le scandale y était plus à craindre que la maladie, la décence était la forme suprême du courage, tout éclat dénotait un manque d’éducation. (p.290)

Edith Wharton met ici en scène la fin d’une époque et l’avènement d’une nouvelle ère comme l’illustre la fin du roman. Une époque où mari et femme ne parlaient pas des choses importantes, où la faillite d’un des membres de la famille entraîne l’opprobre et le bannissement, où la femme mariée doit honorer son rôle coûte que coûte. Un roman parfait, un classique de la littérature américaine, qui me confirme donc l’idée que je me faisais de l’œuvre d’Edith Wharton.

Roman lu dans le cadre du Challenge La littérature fait son cinéma (2012), et du Challenge Un Classique par mois.

Première lecture pour le S.T.A.R 4.

Publicités
Poster un commentaire

29 Commentaires

  1. Ton article me fait un effet très « visuel » de l’histoire, même si je n’ai jamais vu le film… Et me donne également très envie de découvrir cette auteur… Le thème et l’époque du roman sont ce que j’aime trouver quand je cherche une lecture classique et je vais tenter de me le dénicher rapidement… Ce qui ne va pas être facile à avouer à mon Homme vu le rythme de lecture version tortue que j’ai en ce moment… Je n’ai d’ailleurs acheté aucun livre pour moi depuis Noël dernier 😉

    Réponse
    • Je pense qu’il te plaira, c’est une très belle lecture, une vision intéressante de la bonne société new-yorkaise de la fin du XIXème. Tu dois pouvoir le trouver chez ton bouquiniste 😉

      Réponse
  2. Il faut que tu lises « Chez les heureux du monde » qui va plus loin sur la description de l’hypocrisie de cette société de nantis. Et, dans un autre genre, « Été »et « Ethan Frome ». Edith Wharton est ma chouchoute !!!!!! 🙂

    Réponse
  3. J’ai lu « les boucanières » de cette auteure, livre que je te recommande chaudement. J’ai « chez les heureux du monde » dans ma PAL. J’aime beaucoup le style de cette auteure et ses descriptions.

    Réponse
  4. ogressedeparis

     /  avril 8, 2012

    J’ai adoré les boucanières… Tu participes à mon envie d’en dévorer d’autres sans plus attendre. Je mets celui ci sur ma liste… je sens que cela va me faire le même effet que les romans de Jane Austen

    Réponse
  5. Je ne connais pas du tout cette auteure mais ce que tu en dis donne envie d’en savoir plus.

    Réponse
  6. ah ah !! je rajoute dans ma liste à acheter très vite!!! merci

    Réponse
  7. J’ai l’impression de faire chorus : j’ai adoré les boucanières.

    Réponse
  8. J’ai adoré Le Temps de l’Innocence ! Le film de Scorsese était à mon sens très réussi, avec le sublime Daniel Day Lewis, parfait dans le rôle de Newland Archer. Je n’ai pas lu ses autres romans, mais Chez les Heureux du Monde, Summer et Les Beaux Mariages sont dans ma PAL. Il est probable que j’en sorte un prochainement (une subite envie d’Edith m’envahit).

    Réponse
  9. Je te lis en diagonale parce que je n’ai pas vu le film t pas encore lu ce roman mais Edith Wharton est un auteur que j’aime beaucoup. Contente qu’elle te plaise aussi!

    Réponse
  10. estellecalim

     /  avril 9, 2012

    Auteure inconnue chez moi (enfin, je la connais de nom), mais ton billet me donne envie.
    Par contre, le billet de Delphine et d’autres blogueuses sur le Vice de la lecture m’avait un peu arrêtée, je l’avoue.

    Réponse
    • j’avais lu aussi « le vice de la lecture » mais lire ses romans c’est autre chose, et notamment celui-ci. Quand tu le décortiques, quand tu analyses la psychologie des personnages c’est assez grandiose ! je te le conseille vraiment !

      Réponse
  11. sheherazade2000

     /  avril 9, 2012

    je n’ai pas lu le roman, par contre j’ai vu l’adaptation cinématographique, plutôt fidèle au roman

    Réponse
  12. Une bonne description de l’hypocrisie de cette société new yorkaise. J’ai aimé le film autant que le livre.

    Réponse
  13. Je me demande s’il n’est pas sur ma PAL… Et s’il n’y est pas, il faut que je l’y mette !

    Réponse
  14. Moi aussi je suis tombée amoureuse de Daniel Day Lewis dans « L’insoutenable légèreté de l’être », quel bonheur aussi ce film. L’adaptation de Scorsese est sublime et le livre l’est encore plus. Il reste mon livre préféré, les personnages sont tellement intéressants et complexes. Edith Wharton y déploie toute sa finesse psychologique. Je suis vraiment ravie que tu l’aimes autant.

    Réponse
  15. à méditer pour une prochaine lecture….

    Réponse
  16. J’aime beaucoup Edith Wharton, en particulier « chez les heureux du monde ». Je me suis achetée d’elle récemment les « boucanières » que j’ai pas encore eu le temps de lire. Je lirai par la suite  » le temps de l’innocence »

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :