Du plaisir de lire à la difficulté d’écrire

Avant, un avant flou que je ne peux dater sans grande précision, je pensais que le fait qu’un roman soit édité relevait d’une certaine qualité, que je pouvais ou non apprécier, mais qui, du moins, l’était pour un certain nombre de personnes. J’aimais ou je n’aimais pas tel roman, tel auteur, indépendamment de sa valeur propre. Instinctivement portée vers la littérature du XIXème, les livres que je le lisais étaient reconnus comme bons, des classiques, et effectivement, si certains me semblaient un tantinet longuets, voire ennuyeux, je reconnaissais cependant une densité stylistique, une intrigue bien menée, des personnages à la psychologie révélée etc.

Les choses ont commencé à bouger quand j’ai commencé à lire des romans contemporains. Plus j’en lisais plus naissait en moi une nouvelle capacité que je ne soupçonnais guère et qui, au fil du temps et de mes lectures, s’est affermi comme un ventre se muscle à force d’abdos. Petit à petit, donc, est née en moi comme une seconde vision, un regard distancié sur ce que je lisais. Bref, je me suis rendue compte du travail de l’écrivain, des difficultés à créer une intrigue qui se tienne sans invraisemblance, à trouver un style propre à l’histoire racontée. Bien sûr, je me doutais depuis longtemps qu’écrire ne va pas de soi, mais quand on ne lit que des livres aboutis, la prise de conscience n’est pas si évidente.

C’est en étant confrontée, hier, à la lecture d’une nouvelle policière, que je me suis dit que, décidément, écrire n’est pas simple. Quand un récit est truffé d’invraisemblances, quand un texte est mal édité (des guillemets pour un discours indirect libre, lequel, dans la même phrase mélange la première et la troisième personne par exemple), c’est tout une conception de la littérature qui s’effondre, et une remise en question de mon appréciation des livres édités. Comment ne peut-on se rendre compte que ça ne fonctionne pas ? Comment se fait-il que personne n’ait dit à l’auteur que là, il y avait comme un petit problème de cohérence ?

La lecture et son plaisir sont incontestablement liés à l’illusion. L’écriture, le travail de l’écrivain doit s’effacer, ne doit pas se percevoir pour que l’illusion soit telle que le lecteur en oublie que ce qu’il lit est une simple histoire inventée de toute pièce. Aussi si le travail laborieux de l’écriture nous apparaît, l’illusion s’écroule et au lieu de nous croire devant la réalité nous nous retrouvons dans une grotte, devant un simple écran, la machinerie nous apparaît et la magie s’envole.

Ce n’est pas tant le style dont il est question ici, que la simple (et pourtant si complexe) capacité à raconter une histoire qui se tienne. Une écriture peut être imparfaite, cela pourra passer si l’histoire lue nous intéresse, mais si l’histoire en elle-même, plus que cousue de fils blancs, se révèle pleine d’incohérences, là, il est impossible, même de sauver les meubles.

Pourtant mon énervement n’est pas vraiment dirigé vers l’auteur, mais plus vers l’éditeur qui n’a pas su révéler les imperfections. L’auteur, lui, est dans son texte, la tête dans le guidon, et n’a pas toujours la capacité de prendre le recul nécessaire pour juger de son texte. C’est là le rôle de l’éditeur, me semble-t-il. Et, à l’heure où l’édition numérique propose à tout un chacun d’être édité, voire de s’auto-éditer, je prends peur.

On pourra me reprocher, comme toujours, un certain pédantisme, mais tant pis, car il y va de mon plaisir de lire avant tout, et de la préservation de ce plaisir, qui, pour moi, et pour vous aussi sans doute, est précieux. Je veux, tout simplement, continuer à croire à l’illusion.

Poster un commentaire

50 Commentaires

  1. Je comprends tout-à-fait ce que tu écris. Il m’est arrivé de recevoir un manuscrit au style mou, sans ressort quoique écrit en bon français

    Réponse
  2. Je suis d’accord avec toi, l’éditeur doit faire son travail, mais l’auteur aussi et ne dois pas écrire n’importe quoi. C’est une perte de temps pour tous, auteurs, éditeurs, libraires et lecteurs que des livres mal écrits, mal édités ou carrément nuls.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :