« La Fortune des Rougon » Emile Zola

Avec Lili Galipette et Miss Bouquinaix, nous nous sommes lancé le défi de lire Les Rougon-Macquart en entier et dans l’ordre, c’est notre Challenge Relisons les Rougon-Macquart. Hier soir, nous nous sommes retrouvées autour d’une pizza pour échanger nos avis.

Jusqu’à présent j’avais abordé l’œuvre de Zola dans le désordre, chaque œuvre se suffisait à elle-même, mais lire la saga de Zola dans l’ordre c’est prendre conscience du projet phénoménal que fut celui de ce grand auteur.La Fortune des Rougon représente donc la genèse de l’oeuvre, là où tout se met en place, les racines du grand arbre généalogique.

Sorte d’Eve populaire, Adélaïde Fouque est la femme des origines. Femme du peuple, légèrement simplette et surtout épileptique, Adélaïde épouse un Rougon, dont elle aura un enfant légitime : Pierre. Après le décès de Rougon, Adélaïde a une relation avec un certain Macquart, contrebandier, avec lequel elle aura deux enfants : Antoine et Ursule, enfants naturels puisque hors mariage. Et c’est ainsi que naissent les Rougon-Macquart.

A travers ce roman, Zola pose les jalons de son entreprise naturaliste. Son but est de suivre une famille, de génération en génération, et d’étudier ses membres, en fonction du milieu dans lequel il les place. Prenant appui sur la science et la sociologie naissante, Zola cherche à prouver la dégénérescence de la race. En prenant comme mère originelle Adélaïde Fouque, Zola se préoccupe du sort du peuple. Le style naturaliste est bien là : précision des détails, descriptions réalistes des décors, de la nature et des personnages, étude sociale et historique précises ainsi que volonté de parler du peuple et non plus, comme le faisait Balzac, de la haute bourgeoisie ou de l’aristocratie. Ainsi le Dr Pascal apparaît comme le double de l’auteur : Il regarda avec l’intérêt d’un naturaliste leurs masques figés dans une grimace, où ils retrouvaient leurs occupations et leurs appétits […] A cette époque, il s’occupait beaucoup d’histoire naturelle comparée, ramenant à la race humaine les observations qu’il lui était permis de faire sur la façon dont l’hérédité se comporte chez les animaux. (p.129)

Toutefois, Emile Zola me fait toujours légèrement sourire avec son projet naturaliste. Sourire, oui, car ce brave Emile est le roi du symbolisme ! les métaphores, les références culturelles, les références imagées cachées pullulent. En d’autres termes, Zola fait du naturalisme symbolique, et c’est surtout cela, finalement, que j’aime chez lui. Ainsi La Fortune des Rougon s’ouvre sur la description d’un cimetière, Saint-Mittre, qui fut retourné pour être aménagé. Par cette description, Zola ancre son roman dans une symbolique mortuaire qui teinte de noir la suite. Ce roman est donc, incontestablement emprunt de symboles : la jeune Miette, incarnation de la République révolutionnaire, le couple qu’elle forme avec Silvère, l’innocence sacrifiée, Adélaïde, l’Eve populaire et j’en passe.

La Fortune des Rougon, comme je l’ai déjà dit, est le roman des origines, donc Zola insiste sur l’histoire de chacun de ses personnages. Ainsi, tous auront droit à de longues digressions relatant leur histoire, ce qui fait que l’intrigue principale a du mal à avancer. Or l’intrigue principale quelle est-elle ?

Nous sommes en Provence (pays d’enfance de Zola) en 1851, dans les quelques jours qui précèdent et suivent le coup d’Etat de Napoléon III. Trois partis sont en conflit : les partisans de la monarchie, les Républicains (craints comme des sauvages sanguinaires) et les partisans de l’Empire. Au moment où la France risque de basculer pour l’un des trois partis, lequel choisir ? Ce roman raconte donc comment, dans une volonté d’ascension et de réussite sociales, la branche légitime des Rougon va tenter de se faire une place, usant, pour cela, de tous les moyens, et surtout des moins glorieux.

J’ai mis une bonne quinzaine de jours à lire ce roman, la raison en est, sans doute, les vacances et le travail qui ont tendance à ralentir mon rythme, mais aussi, je dois le dire, à cause du roman lui-même. En effet j’ai été gênée par les digressions dont j’ai parlées plus haut, mais aussi par une construction particulière. Dans les premières pages, Zola place son objectif sur le jeune couple, Miette et Silvère, pour les abandonner ensuite pendant plus de 150 à 200 pages. Certes, la fin justifiera le début, comme un effet de miroir, mais je n’ai pas été convaincue. Toutefois, une fois le calme revenu chez moi, j’ai mieux goûté la fin du roman. Quoiqu’il en soit, ce roman reste essentiel pour aborder la saga d’Emile Zola, car, c’est entre ces pages que tout prend naissance.  Enfin, le roman se termine sur une allusion au tome suivant : Leurs appétits, aiguisés par trente ans de désirs contenus, montraient des dents féroces. Ces grands inassouvis, ces fauves maigres, à peine lâchés de la veille dans les jouissances, acclamaient l’Empire naissant, le règne de la curée ardente. (p.381).

Suite au prochain épisode.

Roman lu dans le cadre du Challenge Relisons les Rougon-Macquart , du Challenge ABC Babelio lettre Z et du ChallengeUn Classique par mois

.

Poster un commentaire

52 Commentaires

  1. Le premier est la mise en place de tout. je l’aime pour cette raison, pour cette graine qui ne fera que germer et s’étendre.

    Réponse
  2. Je crois que j’en garde le même souvenir que Leiloona ; je l’avais adoré celui-là pour la mise en place de l’univers de Zola. Et puis, j’avais trouvé fascinant cet arrivisme visé aux tripes des Rougon (j’aime bien les personnages crapuleux hihi)
    Flûte en tout cas qu’il ne t’ait pas emporté ! Mais bon, c’est le jeux et j’espère que d’autres de la série te séduiront plus 🙂
    A bientôt !

    Réponse
    • C’est vrai qu’ils sont machiavéliques ces Rougon ! J’ai été plus séduite par « La Curée », « Nana » ou « L’Oeuvre », romans que je vais sans doute relire dans l’objectif de ce challenge !

      Réponse
  3. Je voulais voir à quoi m’attendre car je vais commencer le challenge par celui-ci (pas tout de suite) et s’il me tente bien de relire Zola, les longueurs que tu évoques me font reculer un peu. Moi aussi je lis lentement quand le livre ne m’emporte pas d’une traite… Je ferai l’effort malgré tout ! 🙂

    Réponse
    • Je l’ai trouvé un peu long mais je pense sincèrement que cela vient du fait que j’avais du monde à la maison et du boulot en même temps ! avec le recul, je trouve que c’est vraiment un roman essentiel pour mieux comprendre l’entreprise de Zola et qu’il donne du coup un éclairage intéressant sur les autres romans ! nous serons très heureuses de te compter parmi nous !!!

      Réponse
  4. C’est gentil, mais vous risquez d’avoir un sacré boulet ! Si toi tu es déjà « tortue » entre deux lièvres, t’imagines ! Il faut déjà que je me le procure car plus de Zola dans mes cartons (plus beaucoup de classiques à vrai dire…) mais je vous tiens au courant ! 🙂

    Réponse
    • Ah non, tu lis plus vite que moi j’en suis certaine !!! je stagne à 50km/h, une allure de citadine, un jour je roulerai peut-être sur nationale à 90km/h mais je n’envisage même pas l’autoroute, ma voiture n’y résisterait pas 😉 !!!

      Réponse
  5. Moka avait lancé ce challenge aussi il y a quelques temps… J’y suis inscrite mais ne l’ai pas encore terminé !
    J’ai beaucoup aimé relire la fortune des Rougon, cet opus met en place toute la série !

    Réponse
    • J’avais contacté Moka pour lui dire que nous avions lancé aussi ce challenge, mais c’est plus un challenge que nous faisons entre amies !
      j’ai aimé aussi ce premier tome pour les mêmes raisons que toi !

      Réponse
  6. DEZERT Marc

     /  août 16, 2012

    Bonsoir,
    Je viens d’acheter dans un vide greniers la série complète des Rougon Macquart. J’en avais lu un certain nombre au lycée, que j’avais déjà appréciés!!!! Cette fois-ci, je les lis donc dans l’ordre et c’est toujours avec le même plaisir!!!

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :