« Mort d’un clone » de Pierre Bordage

Je suis une piètre lectrice de SF, donc je n’avais jamais lu de romans de Bordage, mais je ne suis pas totalement inculte du genre, et donc je connaissais ce nom et sa réputation, ayant d’ailleurs offert à mon homme, Porteurs d’âmes pour en avoir entendu parler en bien ici ou là. Quand les éditions du Diable Vauvert m’ont proposé la lecture du premier roman non SF de Bordage, je me suis dit que ce serait l’occasion pour moi de découvrir son style.

J’ai donc ouvert ce roman avec un a priori plutôt positif, mais j’ai assez vite déchanté !

Martial Bonneteau, père de famille, éjaculateur précoce, marié à une caricature de femme acariâtre, grosse et vulgaire, est englué dans une vie qui ne lui plait pas. Un beau jour de printemps, il décide de reprendre sa vie en main, de ne plus être un clone social : après s’être imposé auprès de sa femme castratrice, il largue donc son emploi alimentaire, se paie une prostituée, change de garde-robe…

La première partie du roman enchaîne donc les clichés glauques et vulgaires, où le sexe semble être la préoccupation principale de tous les personnages, une sexualité violente, pornographique qui trouve son apogée dans le personnage de Laurence, fille adolescente de Martial, droguée et actrice occasionnelle de porno.  Une fois déniaisé et rendu mâle tout puissant, Martial devient un baiseur exceptionnel, au point que la prostituée initiatrice refuse de lui faire payer ses passes. Trop fort ce Martial.

En plus d’une intrigue totalement téléphonée, et clichée à souhait, ce roman m’a paru vulgaire, misogyne et invraisemblable. Les femmes sont réduites à leur plus simple expression : des objets sexuels. L’accomplissement de l’homme se résume à un gourdin (terme répété à l’envie dans le roman) bien droit. Passées les scènes de sexe (masturbation dans le métro, médecin partouzeur, épouse adultérine et j’en passe!), la deuxième partie sombre dans une mascarade d’initiation sensorielle, d’osmose sauvage avec la nature, qui entraine une métamorphose du personnage totalement surnaturelle, pour finir sur un happy end baba cool breton, que j’ai trouvé ridicule.

Bref, pour une rencontre ratée c’est une rencontre ratée. La métamorphose des personnages paraît d’autant plus invraisemblable qu’ils sont particulièrement caricaturaux dans la première partie du roman. Ainsi la femme de Bonneteau : dans les premières pages du roman elle est une seconde Mme Groseille (cf. La vie est un long fleuve tranquille de Chatiliez), mais à la fin, le fait de s’être délestée d’une vingtaine de kilos, la transforme en femme charmante et indépendante, et miracle ! potentiellement désirable (puisque tout toujours ne se réduit qu’à cela!). Réduire l’accomplissement féminin à une perte de kilos, me semble plein réducteur.

Pour vous faire une autre idée de ce roman vous pouvez aller lire les avis de trois lecteurs babéloniens bien plus enthousiastes que moi. On pourra me reprocher une certaine pudibonderie, mais plus que les scènes de sexe (l’une d’entre elles, il faut le reconnaître est cependant très belle), c’est surtout la vulgarité qui m’a dérangée dans ces pages,et un désintérêt pour le destin de ce personnage. J’ai cependant tenu à aller au bout de ma lecture, afin de considérer le roman dans son ensemble, et sans doute aussi, parce que, malgré tout le style de l’auteur reste agréable et me donne envie de lire un de ses romans dans le genre duquel Pierre Bordage excelle.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Littéraire.

Poster un commentaire

37 Commentaires

  1. ah, je pensais le lire…

    Réponse
  2. clara

     /  février 1, 2012

    je n’aime pas non plus les livres de Pierre Bordage
    par contre , en science fiction, j’adore Azimov .Fondation est une merveille.
    Mon fils a lu l’intégralité, un vrai accro ^^ mais je me suis limitée aux fondations.
    Tu connais?

    Réponse
    • Je connais bien sûr Azinov de nom mais je n’ai rien de lui me semble-t-il, c’est un pan de la littérature que je connais assez mal !

      Réponse
      • clara

         /  février 2, 2012

        fondation est beaucoup plus que de la science fiction , c’est une étude sociologique approfondie;
        il n’y a pas de héros au sens habituel car c’est la civilisation de fondation qui est étudiée

        Réponse
  3. Bon, je ne lis presque pas de SF, je ne lirai donc pas ce titre et ne vais pas m’en trouver frustrée. Merci pour ton avis. Par contre Pierre Bordage je l’ai découvert il y a quelques années avec la lecture de « Nuits-Lumière », dont l’intrigue se déroule dans les Hautes-Alpes, et j’ai gardé un très bon souvenir de ce roman bien écrit, très agréable, absolument pas vulgaire ni glauque. Je te le recommande.

    Réponse
  4. Un ami m’a déjà prêté des romans SF de Pierre Bordage mais je n’ai lu que les premières pages, à chaque fois… Pas fan, je passe mon tour pour celui-ci aussi.

    Réponse
  5. comment ça ne m’intéresserait pas du tout ce livre..;je crois même pas avoir cherché une seul fois à en lire la 4e de couverture…ton avis me vaccine définitivement contre ce roman, ça c’est sûr !

    Réponse
  6. N’aimant pas la SF et au vu de ton commentaire, je me garderai bien de le lire !!!!

    Réponse
  7. Véronique

     /  février 1, 2012

    Je passe mon tour.. tout comme vous je trouve la vulgarité n’est pas nécessaire

    Réponse
  8. Oula il me paraît bien bizarre celui-là ! J’avais lu cet été Le Feu de Dieu, de Pierre Bordage, et j’avais vraiment adoré, il n’y avait pas de scènes de sexes sordides, ni de sexisme… Ça tourne autour de l’apocalypse, le périple d’un homme qui doit traverser une France ravagée et en plein air glacière pour retrouver sa famille qui est dans leur abri, coincée avec un psychopathe. Je te conseille celui-là, qui je pense devrait plus te plaire 🙂

    Réponse
    • Je crois qu’il faut vraiment voir ce roman comme assez à part dans l’oeuvre de Bordage, d’autant qu’il n’appartient pas au genre de la SF, il faudra sans doute que je lise un autre roman de lui dans le genre dans lequel il est reconnu !

      Réponse
  9. Je suis un lecteur de science fiction (voir mon blog) qui n’aime guère les ouvrages de Pierre Bordage pour des raisons que l’on dira « idéologiques ».
    Pour commencer avec cet auteur, il me semble mieux de lire un ouvrage comme Ceux qui sauront ( collection Ukronie, édition Flammarion) même si n’est pas du bordage « pur », Wang (anticipation assez bien vue) ou Graines d’immortels (un techno-thriller sur le thème des brevets génétiques).
    Reste que Pierre Bordage sait créer des univers parfois dérangeants.

    Réponse
    • Ce roman n’appartient pas à la sf. Il a d’ailleurs été écrit il y a 15 ans, c’est donc un roman un peu part et auquel sans doute il ne faut pas réduire son œuvre. Merci pour tes conseils de lecture.

      Envoyé de mon iPhone

      Réponse
      • tiens, moi je n’ai lu que « ceux qui sauront » (livre sf jeunesse me semblet-til) que j’ai trouvé bien, sujet original mais un brin longuet (pour un adulte…)
        je passe sur celui-ci…si tu veux essayer ceux qui sauront, je l’ai.(au moins, l’hsitoire est intéressante)

        Réponse
  10. Ouille ! J’allais le découvrir avec sa trilogie sur les guerres de Vendée ! Du coup, je me questionne…

    Réponse
  11. Waouh ! Ton article ne donne pas tellement envie de découvrir cet auteur… C’est bon pour ma PAL ça !

    Réponse
  12. J’aime bien l’auteur mais là effectivement je passerais mon tour. Comme quoi il devrait peut être se cantonner à la sf…

    Réponse
  13. J’ai hésité à le lire car comme toi, je ne suis pas férue de SF et je me disais que ce roman était enfin l’occasion de découvrir cet auteur. Je passe donc!

    Réponse
  14. Je ne vais pas m’attarder sur ce roman. Visiblement, il y a tout ce que je n’aime pas !

    Réponse
  15. J’ai un ami qui est fan de Bordage qui me bassine avec lui depuis des mois. Du coup j’en ai un dans ma PAL, mais je ne sais plus du tout lequel. Je me demande ce que ça va donner!

    Réponse
  16. zut ! Connaissant également l’auteur de nom bien réputé, je voudrais également me mettre à le lire, mais je ne suis pas trés SF non plus, alors je repousse la chose…. j’ai tout de même essayé un titre jeunesse de lui qui m’avait un peu laissé de glace… mais ne voulant pas rester sur un échec, je voulais essayer un titre pour adulte pour m’en faire une autre idée… zut, ton billet va encore plus me freiner dans la découverte de cet auteur….. mais c’est pas grave, il y en a tant d’autres !!! ^^

    Réponse
  17. Je ne connais pas du tout, c’est un auteur incontournable ?

    Réponse
  18. Je crois donc que je vais me contenter des romans SF de cet auteur ! Pas que je sois gênée par les scènes de sexe (j’ai travaillé presque 20 ans dans un milieu masculin alors j’ai l’habitude des réflexions peu subtiles et de l’ambiance misogyne et machiste !) mais je trouve qu’un roman, c’est avant tout une histoire et pas une succession de scènes et là, elle semble faire cruellement défaut !

    Réponse
    • oui je pense que c’est mieux ! moi non plus je ne pense pas être prude dans mes lectures, mais il faut quand même que « ça » serve à quelque chose, et que ce ne soit pas que fait juste pour heurter la bonne morale bourgeoise ! donc pas convaincue!

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :