Samedi Sandien #27 : « Mont-Revêche » (1852)

Pour ce 27ème rendez-vous autour de l’œuvre de George Sand, j’ai eu envie de vous parler d’un roman que vous pourrez sans doute dénicher sur quelques sites internet de vente de particulier à particulier. Mon édition date de 1936, autant dire qu’elle n’est pas toute jeune, mais a finalement bien supporté le poids des années. Déniché chez quelque bouquiniste (je ne sais plus très bien ni où ni quand), cette édition présente une couverture qui donne une image quelque peu enfantine et méridionale du roman, ce que n’est pas réellement ce roman.

Il fut écrit en 1852, durant la liaison de Sand avec Alexandre Manceau. L’intrigue se déroule dans la région de Nevers. Deux amis, Flavien de Saulges, noble, et Jules Thierray, décrit comme sans aïeux, et sans fortune, se rendent à dans la propriété, Mont-Revêche, que Flavien vient d’hériter de sa tante. Thierray, sans argent est logé gratuitement par son ami. Dans une propriété proche vit la famille Dutertre : le père, Député, sa nouvelle épouse, Olympe, belle italienne de 25 ans, les trois filles du premier mariage de Dutertre : Nathalie, Emeline et la petite dernière, Caroline. Amédée , neveu de Dutertre partage également leur vie, et veille sur les femmes pendant les fréquentes absences du Député qui doit se rendre très souvent à Paris pour ses affaires. Les deux jeunes hommes et la famille Dutertre vont être amenés à se rencontrer et à sympathiser, quand Flavien propose de vendre son domaine à M. Dutertre.

 Des jeunes hommes séduisants et instruits, des jeunes filles en âge d’être mariées : alchimie romanesque essentielle. MAIS Sand ne va pas s’en contenter. Nathalie est une jeune fille jalouse de sa belle-mère, refusant toute autorité venant de cette femme dont elle ne reconnaît pas la légitimité, n’ayant que 5 ans de plus qu’elle. La haine de Nathalie envers sa belle-mère sera le ver dans la pomme, le poison familial qui mènera à la catastrophe finale.

La particularité de ce roman est sans doute le traitement de son intrigue, qui diffère de ce que l’on a l’habitude de lire dans les romans Sand. C’est peut-être un des rares romans où la rémission est impossible, où la reconstruction d’une famille meilleure ne peut voir le jour. Il faut le dire, c’est un roman pessimiste, dur, presque injuste, voire, ce qui peut paraître paradoxal chez Sand, misogyne.

Nathalie incarne sans doute la jeune fille que George Sand déteste : instruite mais qui met son intelligence au service de sa méchanceté. Or qui servit de modèle à Nathalie ? Solange Sand, la propre fille de Sand. Solange servira de modèle dans un autre roman et pour un autre personnage très antipathique que sera Césarine Dietrich, dans un roman éponyme datant de 1870. Ce roman soulève donc la vaste question de la relation très conflictuelle qui opposa toute sa vie, Sand à sa propre fille. Elle lui reprochait sa frivolité, son manque d’intérêt pour l’étude, sa légèreté de mœurs, sa vie dispendieuse, lui reprochera la mort de Nini, son mariage. Solange est le point noir de la vie de Sand, mais aussi révèle une Sand sévère, intolérante et peu encline au pardon.

Je disais plus haut que ce roman est aussi misogyne, car les jeunes femmes, dans ce roman, n’ont pas la force de caractère d’une Edmée de Mauprat, non pas l’intelligence d’une Love Butler : Nathalie est méchante, Emeline est superficielle, Caroline est intentionnée mais trop dépendante de son admiration pour son père, et manque de courage. Olympe seule apparaît comme une figure positive, mais trop faible, trop conciliante pour parvenir à changer le cour des choses. Les hommes, et surtout M. Dutertre, ne sont pas tellement mieux logés, me direz-vous. M. Dutertre est un père trop tolérant, manquant de l’autorité nécessaire pour contenir Nathalie. Tous ces éléments sont autant de failles qui conduiront cette famille au drame.

Ce roman est donc intéressant car il rompt avec l’optimisme souvent de rigueur de Sand, optimisme qui parfois confine à un certain utopisme. Ici rien ni personne ne parviendra à rompre le tour dramatique des évènements.

ATTENTION ! SI VOUS SOUHAITEZ LIRE ET DECOUVRIR CE ROMAN JE VOUS DECONSEILLE DE LIRE CE QUI SUIT !

Qu’en est-il du Romantisme ? Sans doute les éléments romantiques de ce roman s’incarnent-ils dans le figure d’Olympe, artiste sacrifiée, femme amoureuse, italienne brune et en proie aux tourments de l’âme ; mais aussi dans le suicide de Dutertre, acte désespéré, incapable de survivre à la mort d’Olympe, sa femme tant aimé mais dont il mettra en doute la fidélité et l’intégrité.

Roman chroniqué dans le cadre du Challenge Romantique, du Challenge George Sand et de Samedi Sandien : « En 2012 : George lit Sand« .

Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Voilà qui m’intéresse et qui change !!
    Mais dis-moi, ton avertissement n’arrive-t-il pas un peu trop bas dans le billet ?????
    Et on se voit quaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaand ? I miss you…

    Réponse
    • je peux t’y prêter si tu veux 😉 !!!
      Bon oui je sais j’ai un peu vendu la mèche mais bon c’était difficile de faire autrement si je voulais rendre compte de l’intérêt de ce roman !

      On se voit quand ?? pfffff comme je te le disais ça va être chaud je suis prise entre oraux et copies !! on s’appelle, et toi aussi tu me manques ma Lili !

      Réponse
  2. Je suis allée voir sur le net comment acquérir ce livre, et bien je suis tombée sur ce site : http://books.google.fr/books?id=tBUYAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false. Le roman est en ligne on peut le lire gratuitement sur ce site. C’est moins bien que d’avoir l’édition papier mais quand même ça permet de conserver ce roman, je trouve ça vraiment très bien. Ton article me donne envie de le lire parce que j’aime bien le fait que George Sand décrive aussi des femmes à la personnalité négative. Elle était réaliste ! Par contre, c’est triste de voir comment sa relation avec sa fille Solange a pu l’inspirer. Avoir une mère comme George Sand ne devait pas être facile, j’aime bien Solange !

    Réponse
    • Merci Nina pour ce lien !
      La relation de Sand avec sa fille a fait couler beaucoup d’encre, pour avoir lu sa correspondance, on sent bien que dès l’enfance de Solange, sa fille ne correspond pas à ce qu’elle espérait, que son caractère la décevait, elle tient des propos très durs sur sa fille. Celle-ci en effet en a beaucoup souffert et a grandi en réaction contre sa mère, et puis difficile de lutter contre Maurice, le fils chéri, adoré !

      Réponse
  3. Une seule chose à dire : j’ai honte!!! j’ai jamais lu Sand alors je m’y colle cette année, après tout j’aime pas rester bête et ignorante, je suis d’une extrème curiosité naturelle, je suis bénévole dans la bibliothéque de notre village faudrais pt’être que je soigne mes lacunes et je viens de postuler pour travailler pour de vrai dans une bibliothéque j’attends d’ailleurs des nouvelles ce serait l’emploi qui va bouleverser ma vie, donner un nouveau souffle à mon existence donc je peux pas prétendre à ça sans connaître au moins une fois Sand, donc tu m’as collé devant le fait et je vais vite corriger l’erreur merci pour celui-ci bisous

    Réponse
  4. D’ailleurs si t’as un titre à me conseigner pour ma première rencontre avec Sand je t’en serais très reconnaissante merci

    Réponse
  5. Plus je lis tes « Samedis Sandien » et plus cette femme me devient fascinante!… Je suis bien contente que tu nous ai montré une autre face de cette auteur de talent… Plus ça va et mieux on la comprends, mieux on la cerne… C’était une femme aussi passionnée que complexe y compris dans ses relations familiales… Merci pour tout cela George! 😉

    Réponse
  6. Je n’ai donc pas lu les dernières lignes de ta note ! 😉 Créer des personnages antipathiques, ça peut aussi défouler. Ses personnages « parfaits » sont toujours un peu énervants. Et puis elle détestait les femmes superficielles, qui comme aujourd’hui devaient constituer la majorité…

    Réponse
  7. Souvent,Sand n’épargne pas les femmes de son milieu qu’elle juge hypocrites ou conventionnelles. Je suppose que la réciproque était vraie et qu’elle-même devait être un sujet de scandale et de médisances. Je rajoute ton lien au challenge romantique. Merci!
    Je viens de lire « Le Péché de Mr Antoine « (pas encore commenté) et j’ai adoré ce bouquin.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :