« Fragments » Marilyn Monroe

Je ne sais pas pourquoi il m’a été difficile d’écrire sur ce livre, alors que je l’ai lu il y a maintenant quelques mois, sans doute parce que je ne l’ai pas lu tout à fait normalement, allant de la première à la dernière page, mais par touches, par envie, dans le désordre, et au fil de l’envie, le laissant, le reprenant. J’ai commencé à lire certains passages quand j’étais plongée dans Blonde de Oates. Oates a la particularité de mettre en italique, dans ses romans, les pensées de ses personnages, et dans Blonde, on a accès aux pensées de Marilyn, et j’ai eu envie de vérifier si Oates avait imaginé ces pensées, ou si, je ne sais trop comment, elle avait eu accès à ces fragments ! Si on ne retrouve pas exactement les mêmes mots, il y a dans les pensées imaginées par Oates une similitude assez troublante avec les propres mots de Marilyn.

Mais ce livre est très particulier, car il est à la fois un recueil des écrits de Marilyn, mais aussi un beau livre de photos, d’une Marilyn lisant et écrivant. J’ai beaucoup aimé les photos montrant les feuilles volantes, les carnets sur lesquels Marilyn écrivait d’une écriture rapide, souvent raturée, et s’éparpillant un peu partout, occupant l’espace. C’est émouvant, toujours de voir l’écriture, la fragilité des lettres tracées.

Pour le fond des poèmes, des pensées, je serai un peu plus réservée. L’écriture est souvent maladroite, les fautes de langue sont fréquentes et l’éditeur n’a pas voulu les corriger. On sent l’autodidacte, la volonté d’apprendre, mais aussi de dire, d’écrire pour se décharger d’un poids. C’est une écriture qui lâche les amarres, et non une recherche littéraire, et c’est ce qu’il y a de touchant aussi, car le désespoir, la tristesse, la recherche d’amour, la volonté de prendre soin de soi mais se perdre encore, reviennent inlassablement dans ces pages, comme une recherche qui n’en finit pas, une quête sans point d’arrivée, sauf l’inéluctable. C’est la Marilyn secrète qui se lit ici, celle que l’on devine derrière certaines photos en noir et blanc, celle que j’aime et qui me touche, et que Oates a si bien perçue dans Blonde. Ce n’est pas un livre très facile à lire, car il est parfois violent par la désespérance qu’il traduit, et cette sensation de perte qui plane, mais c’est un livre vers lequel je reviens pour relire quelques pages, saisir un instant de la vie, de la pensée de cette femme si divisée dans son être, un livre qui la rend à elle-même sans doute.

Challenge Marilyn Monroe

Ce livre ne compte pas dans le Défi de Mia, car il n’a pas été lu en septembre 😉

Publicités
Poster un commentaire

36 Commentaires

  1. Il m’intéressait, c’est toujours le cas. Ton billet est très nuancé, il en donne une idée assez complète…

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      comme je le disais, j’ai eu du mal à en parler, car les textes sont très variés, mais j’ai surtout retenu cette faille qui tente de s’exprimer ! j’espère qu’il te plaira !

      Réponse
  2. Marylin devrait nous accompagner cette année puisque nous avons dans notre programme théâtre « Norma Jeane » une adaptation de Blonde de Joyce Carol Oates … pour nous l’occsion de découvrir enfin l’oeuvre de Oates. Elle reste un personnage fascinant malgré le temps qui passe.

    Réponse
  3. Je comprends qu’il t’ai fallu du temps pour le lire, y revenir par petits moments… Les livres qui traduisent les pensées de Marilyn sont toujours fascinants… et si tu ne l’as pas vu, je te conseille de voir « Marilyn dernières séances »… Je suis moi aussi en train d’honorer ton challenge en lisant « Enquête sur une mort suspecte : Marilyn Monroe »… Verdict et post bientôt 🙂

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      J’ai lu effectivement « dernières séances » et serais même tentée de le relire un jour ! j’ai lu aussi, mais il y a très longtmeps « enquête sur une mort suspecte », j’attends avec impatience ton billet !

      Réponse
  4. Je n’ai pas lu grand-chose sur elle mis tu me tentes, tu m tentes ! Finalement, je préfère cette Marylin avec ses failles que la blonde pulpeuse que l’on nous montre à tout bout de champ ! Va falloir que je me mette à Oates…un de ces jours… 🙂

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      Oh oui moi aussi et de beaucoup ! si tu veux je t’envoie « Blonde » ou « les chutes » quand tu veux, tu pourras le garder aussi longtemps que tu veux (mais faudra me les rendre quand même;) )

      Réponse
  5. Ton billet me donne envie de le lire. Merci.

    Réponse
  6. J’avais aimé par morceaux aussi. C’est vrai qu’il mélangeait inculture et vraie curiosité, vraie profondeur. Marilyn qu’on connait tellement réussi à être touchante encore une fois. De même qu’en voyant ses films, je suis à chaque fois épaté parce que c’est une bonne actrice et pas juste une photogénie, j’ai été surpris, une fois de plus, par la personne qui est cachée derrière la si belle, trop belle image qui est absolument partout autour de nous encore aujourd’hui. Au moment où je lisais le livre, je regardais en me baladant dans la ville toutes les représentations qu’on pouvait voir de Marilyn, ça reste assez incroyable, elle est encore partout! Et je ne pouvais m’empêcher de penser « Dommage! » parce qu’elle était plus intéressante que ça.

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      Je lis des livres sur Marilyn depuis mon adolescence et j’ai toujours été émue par cette faiblesse en elle, cette sensibilité à fleur de peau et le décalage avec la femme fatale qu’Hollywood a vendue ! je n’aime pas beaucoup cette femme sur papier glacé aux lèvres trop rouges, la Marilyn en noir et blanc, naturelle, me touche beaucoup plus ! si vous n’avez pas lu « Blonde » je ne peux que vous le recommander ! merci pour pour votre passage et du lien sur votre blog, très honorée 🙂

      Réponse
  7. j’avais été frappée par le contraste entre la luminosité des photos et la noirceur de ses pensées…en tous cas un livre qui démontre, si besoin est, qu’il faut aller au delà des apparences..

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      Je suis bien d’accord ! mais l’industrie hollywoodienne est puissante !

      Réponse
  8. J’avais aimé mais j’étais quand même très déçue que, vu le nombre de photos qui la montraient en pleine lecture, ses lectures ne soient quasiment pas abordées.
    Et franchement, sa liste de courses, j’en avais un peu rien à cirer…
    Je trouve que c’est finalement un livre surtout destiné aux vrais fans.

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      Je suis d’accord certains textes ne sont pas très utiles, mais il y a de très beaux passages quand même et c’est comme entrer un peu dans sa tête !

      Réponse
  9. Un des livres que j’attends depuis que je me suis inscrite à ton Challenge! 😉
    J’ai hâte de le découvrir parce que, ce que tu en dis, donne envie d’aller vers cette autre femme, celle si différente de ce que l’on a trop voulu nous montrer : une femme fragile, avec ses failles et ses terreurs…

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      tu auras peut-être une chance de l’avoir à Noël 😉 ! je pense qu’il te plaira !

      Réponse
  10. Quelle fragilité chez cette femme! Plus que sa beauté et son talent d’artiste c’est ce qui me la rend si attachante, je crois.

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      oui cette fragilité, cette sensibilité et cette impression qu’elle donne de se débattre.

      Réponse
  11. J’adore l’actrice et la chanteuse, mais je n’ai jamais rien lu, ni d’elle si sur elle.

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 17, 2011

      Si tu veux tu peux aller voir sur la page du Challenge si tu veux piocher des titres lus par les participants !

      Réponse
  12. tu me tentes vraiment ! Bien sûr que je te le rends, oh ! 😉 pas celui de 1200 pages steuplaît ! 🙂 celui-ci avec des images en plus m’a l’air très bien !

    Réponse
  13. j’ai adoré, mais à cause de l’émotion suscitée, je n’ai pas l’impression d’avoir parlé correctement de ce livre – je relis souvent des extraits, et à chaque fois la boule m’en revient dans la gorge 🙂

    Réponse
  14. Bon, tu prends le temps nécessaire hein, il n’y a pas le feu non plus ! Biiises 🙂

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 18, 2011

      c’est qu’il est lourd et volumineux le bougre ! je te tiens au courant 😉

      Réponse
  15. Si ça coûte plus cher de le faire voyager, laisse tomber ! Je verrai à la médiathèque à l’occasion ! No souci ma belle 😉

    Réponse
  16. jamais rien lu ni d’elle ni sur elle…Blonde de Oates, m’attend sagement..peut-être encore pour un moment, car c’est un sacré morceau (tu en sais quelque chose !)…
    ça doit être intéressant de la voir autrement que par cette image de blonde pulpeuse hollywoodienne !je tenterai de le feuilleter à l’occasion

    Réponse
  17. Je l’ai feuilleté et j’ai hésité à l’acheter car j’ai eu peur de ne pas trop accrocher … j’aime bien MM mais est-ce que cela sera suffisant pour que j’apprécie ce genre d’ouvrage …. je n’en suis pas très sûre ! Donc j’attends de l’emprunter à la biblio pour voir si je vais finalement me décider à l’acheter 😉

    Réponse
    • les Livres de George

       /  septembre 20, 2011

      SI tu as l’occasion de le feuilleter avant, c’est peut-être mieux, d’autant qu’il n’est pas donné !

      Réponse
  18. Nous avons eu la chance de rencontrer ce week end l’éditeur de ce livre, Bernard Comment lors d’une projection des misfits. Il nous a raconté l’histoire extraordinaire de cet ouvrage. Au hasard d’un diner il fut contacté par un américain qui lui demande s’il connait Marilyn Monroe, modeste il répond;  » oui, un peu… ».
    Grâce à ce contact il se retrouve rapidement chez la veuve du professeur de théâtre Lee Strasberg de l’actors studio à New-York héritier de Marylin, on lui présente quelques documents de Marylin, il dit à la veuve de Lee Strasberg Anna straberg qu’elle possède un trésor entre ses mains. Elle lui répond qu’elle sait, un éditeur américain lui a laissé un chèque en blanc pour qu’elle choisisse le montant.
    Bernard Comment lui indique qu’il n’a aucun moyen financier qu’il ne peut rien lui proposer. La grande dame lui répond que c’est très bien ainsi, elle refuse de se faire de l’argent avec Marilyn, elle veut un travail d’édition de haut niveau, une vraie démarche littéraire, avec pour seule exigence que le prix soit le plus serré possible, Marilyn doit être accessible au plus grand nombre.
    Moins de 30 euros pour un beau livre, c’est pas mal!
    C’est l’histoire d’un éditeur français qui obtient les droits mondiaux des fragments de Marilyn. Il convient de rajouter que Anna Strasberg n’a jamais connu Marilyn,

    Réponse
    • Je connaissais en effet cette histoire fabuleuse, mais je n’avais pas la connaissance de cette volont de rendre ce livre accessible la majorit, ce qui est trs honorable. merci pour ces informations !

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :