A ma petite étoile perdue

Je sais bien que je la retrouverai et qu’elle me reconnaîtra, quand même elle ne se souviendrait pas, ni moi non plus.

(Correspondance, T.IV, lettre du 14 février 1855, George Sand)

Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :