« Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir » J. Heska

Je sais ce n’est pas la première fois que vous voyez cette couverture de roman sur mon blog ! il faut dire que, une fois n’est pas coutume (il ne faut pas pousser quand même, c’est MON blog!!!!), l’Homme m’avait piqué ce roman et l’avait lu, et même chroniqué avant moi, un comble ! Autant je lui pique ses livres, autant l’inverse est rarement, voire jamais vrai ! Aussi je me suis dit que c’était de bon augure, et je ne me suis pas trompée.

Pour vous situer l’intrigue : Jérôme Laplace appartient à cette catégorie de  personnes qui ne veulent pas se faire remarquer. Souvent toisé, dénigré, ses connaissances (car l’homme a peu d’amis) le prennent soit comme objet de raillerie, soit comme chauffeur bénévole, soit les deux. Il a bien une petite amie, Samantha, mais celle-ci se sert de lui et l’envoie bouler sans cesse. Or Jérôme en a marre, et veut lutter contre les antipathes, ces personnes méchantes qui nuisent aux autres.

Histoire simplette ? que nenni ! car J. Heska a l’imagination débordante. Tout d’abord ce roman est à classer dans les romans d’anticipation, catégorie utopie ! Car Jérôme est à l’origine d’un mouvement philosophique (qui va le dépasser totalement!) et qui va révolutionner les relations sociales (tiens c’est vrai que ça nous ferait pas de mal ça, de révolutionner les relations humaines) : le Cimonde. Tout en suivant la vie, au début déprimante de Jérôme, puis un peu plus trépidante, J. Heska expose cette fameuse philosophie et comment la mettre en place.

De façon générale, j’ai beaucoup aimé ce roman. Tout d’abord parce qu’il m’a permis une  balade dans Lyon, de retrouver certains quartiers, et le Parc de la Tête d’Or que j’ai tant arpenté ! Ensuite l’humour. Si les petites phrases  ornant chaque début de chapitre sont parfois drôles, sur la longueur j’avoue ne plus y avoir fait trop attention, et les lire de loin. Je les ai trouvées superflues dans la mesure où elles n’apportent pas grand chose au corps du roman, bref on aurait pu s’en passer. Elles n’enlèvent rien à la qualité du roman, mais elles ne font pas avancer le schmilblick. J’ai largement préféré le ton moqueur, les réflexions de ce pauvre Jérôme et sa relation avec son copain fan de Star Wars, Etienne. La scène où ce dernier tente de mettre fin à sa vie est un passage savoureux, mais c’est loin d’être le seul (l’allusion aux chats traditionnellement prénommés Gribouille m’a bien fait rire!).

Au-delà de la simple intrigue d’un pauvre type qui tente de faire sa place dans la société, Heska mène toute une réflexion intéressante sur les rapports humains : la définition des antipathes est assez juste et j’ai noté quelques phrases qu’il faudrait méditer :

L’ignorance est la forme d’antipathie la plus commune. Ignorance des codes sociaux, des besoins de l’autre, de la liberté, etc. Elle se manifeste de façon volontaire ou involontaire et induit un décalage entre la réalité et la perception de la réalité. (p.211)

Ainsi doit-on se méfier des jugements hâtifs sur des personnes que l’on ne connait pas, et que l’on peut blesser en les accusant à tord. C’est précisément ce à quoi se heurte Jérôme, enfermé dans une certaine perception de ses collègues de bureau, une perception faussée par ses propres complexes. Et j’ai justement beaucoup aimé l’évolution de ce personnage, qui, petit à petit, va changer sa façon de voir les gens qui l’entourent. Il n’y a donc pas, dans ce roman, des personnages stéréotypés, mais des êtres qui évoluent et qui nous donnent à réfléchir sur notre propre comportement.

Je tiens donc à remercier J. Heska pour l’envoi de ce roman (et sa dédicace), et suis d’autant plus heureuse d’avoir à en dire du bien !

Si ce livre vous donne envie je suis prête à le faire voyager !

Lecture Commune faite avec Liyah et Leiloona, allez lire leur avis !

3ème semaine

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

30 Commentaires

  1. J’ai mon billet à rédiger… Après la PAL, la PAC : Pile à Chroniquer..

    Réponse
  2. Sharon

     /  août 10, 2011

    Je ne connais pas du tout, mais ce livre a l’air sympathique.

    Réponse
  3. Après une chronique pareille, on a vraiment envie de le lire, déjà la couverture est prometteuse !

    Réponse
  4. L’auteur m’avait contactée et je dois avouer que j’avais tant de choses à faire à mon retour de vacances que j’ai oublié de lui répondre. Tu me fais le regretter !

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 10, 2011

      Je crois qu’il a contacté plusieurs blogs de lecture, tu peux peut-être te racheter auprès de l’auteur 😉

      Réponse
    • Effectivement j’ai personnellement contacté les blogs littéraires sur lesquels je me promène pour leur proposer un SP personnalisé 😉 Ma proposition tient toujours, même si je délaisse un peu la promo en ce moment pour me consacrer à l’écriture de mon second roman 😉

      Réponse
  5. Mon avis est diamétralement opposé aux vôtres, les filles.
    J’ai trouvé ce roman décousu : finalement Jérôme en lançant ce mouvement pourrait lui aussi par certains côtés correspondre à un antipathe … ne se moque-t-il pas d’un geste désespéré de son meilleur ami ? Du coup, le fil ne tient plus.
    J’ai toujours du mal avec ce type d’humour, assez en vogue en ce moment.
    Voici mon lien : http://www.bricabook.com/archives/2011/08/10/21763003.html
    😉
    Sinon je te remercie d’avoir sorti ce livre de ma PAL avec cette lecture commune ! 😉

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 10, 2011

      Ah zut, ça n’a pas fonctionné chez toi ! mais ta remarque est très juste, ce Jérôme était aussi un antipathe, ce qui laisse supposer que nous sommes tous l’antipathe de quelqu’un 😉 ! je mets ton lien dans le billet ! sinon contente de t’avoir aidé à sortir ce livre de ta PAL !

      Réponse
    • Tout à fait raison George, Jérôme est un vrai antipathe (d’ailleurs, Étienne le dit à la fin du livre). Mais comme tous les personnages du livre : Étienne, en créant ce mouvement qui espionne et qui intervient dans la vie des gens, correspondant aussi à la définition de l’antipathe.
      Le livre montre donc une chose : la révolution, même si elle se base sur un idéal, est forcément galvaudée par la nature humaine. Nous sommes tous des gentils et des méchants à la fois 😉

      Réponse
      • Mais alors du coup c’est un livre profondément pessimiste … Je croyais (comme vous l’avez écrit sur mon blog) qu’il était fait pour se détendre ? 😉

        Réponse
      • Hi, hi, comme la vraie vie est toujours un en-deux, je dirais donc que le livre est plutôt « réaliste » que « pessimiste » 😉 Ce qui n’empêche pas qu’il soit distrayant tout de même 😉

        Réponse
      • les Livres de George

         /  août 10, 2011

        Leiloona c’est aussi une utopie donc, comme souvent, l’utopie repose sur des extrêmes. Je le pense plutôt optimiste puisque le système établi finit par être efficace et par changer les relations humaines en les bonifiant !

        Réponse
  6. Je vais dans une librairie avec un ami cet aprem ( AVEC une liste histoire de ne pas ressortir avec un carton de livres), je le met sur ma liste, je t’avoue que tu m’as vraiment donnée envie de le lire ;)… j’habite Paris sinon ! 😀

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 10, 2011

      J’espère que tu le trouveras et que tu aimeras cette histoire étrange et drôle ! 😉

      Réponse
  7. Bonjour George, si tu le fais voyager, tu peux m’inscrire ! Je l’avais noté suite à la chronique de l’Homme. Biz

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 10, 2011

      Ok, pour l’instant il part en Bretagne chez ma Cousine, mais ensuite il peut revenir vers toi !

      Réponse
  8. J’ai plutôt aimé, comme toi, mais les débuts de chapitres m’ont semblé superflus…

    Réponse
  9. Merci George pour cette chronique, ravi d’avoir fait plaisir au couple avec ce petit roman 🙂

    Réponse
  10. La chronique de ton homme sur ce roman m’avait déjà plus que donné envie de me le ramener à la maison, la tienne confirme l’envie!… J’aime beaucoup cette état de fait comme quoi on est tous l’antipathe de quelqu’un… Un peu dans la même veine, mais en beaucoup moins joli, on est aussi tous, un jour, « un pauv’ c** » pour quelqu’un 😉

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 10, 2011

      C’est que mon homme avait fait très fort, et c’était dur de passer derrière ! si tu souhaites le lire je pourrai te le prêter !

      Réponse
  11. Comme toi, George j’ai vraiment bien apprécié ma lecture et je trouve que ce premier roman pour J. Heska est une réussite.
    Avant ma lecture, je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais finalement je suis tout de suite entrée dans l’histoire !
    C’est vraiment sympa d’avoir fait cette petite LC ensemble et voir nos avis et surtout celui de Leiloona qui est complétement opposé aux nôtres !

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 11, 2011

      Oui c’était bien cette LC avec beaucoup de discussions chez Leiloona et avec l’auteur, ce qui la rend encore plus intéressante ! on remets ça quand tu veux !

      Réponse
    • les Livres de George

       /  août 11, 2011

      PS je n’arrive pas à laisser de com chez toi depuis hier ! je n’arrive pas à avoir la main, impossible d’écrire quoique ce soit ! ???

      Réponse
  12. J’adore cette couverture et le titre me fait toujours autant sourire mais pas de chance, la biblio ne l’a pas et comme je n’ai qu’une confiance hyper limitée dans la poste, j’évite les livres voyageurs (ils m’ont perdu trop de colis !)

    Réponse
    • les Livres de George

       /  août 27, 2011

      Ah zut ! si tu changes d’avis pour les livres voyageurs fais moi signe !

      Réponse

Répondre à amaryves Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :