« L’Ombre du Vent » Carlos Ruiz Zafon (Best Of)

Ce roman est un incontournable de l’été. Beaucoup d’entre vous l’ont déjà sans doute lu, pour les autres, il faut le lire ! Je l’ai découvert en août 2009. Ce fut pour moi une lecture fascinante, j’en rêvais la nuit, et même dans la journée, même quand je n’étais pas plongée dans ses pages, les personnages m’obsédaient.

Une immense bibilothèque rassemblant tous les livres oubliés, un libraire recherchant les livres anciens, un jeune garçon aimant lire, des personnages mystérieux et angoissants, une ambiance gothique digne des romans noirs du XIXè siècle, des monastères, des maisons maudites….comment ne pas être emporté dans ce tourbillon.

J’ai mis du temps à parvenir à écrire sur ce roman, oubliant de noter pour avancer toujours plus loin…

L’intrigue est magistrale et magnifiquement menée (je vous préviens je vais utiliser beaucoup de superlatifs!!), chaque page se tourne avec plaisir, excitation, angoisse, on en oublie même qu’elles se tournent, on en oublie que l’on est un simple lecteur, l’illusion romanesque fonctionne à plein, on entre dans le livre, dans l’histoire.

Le roman est construit autour de plusieurs récits racontés par divers personnages, et chaque récit amène sa pierre à l’édifice.

Mais Zafon va plus loin, maîtrisant parfaitement l’art romanesque, mettant en place une grandiose mise en abyme :

– Carax, personnage du roman après qui tout le monde court, a écrit un roman intitulé L’Ombre du vent.

Daniel, personnage principal du roman de Zafon, lit L’Ombre du vent de Carax

– Zafon est l’écrivain de L’Ombre du Vent

Moi, je suis la lectrice de L’Ombre du Vent de Zafon

Les personnages du passé et du présent de l’intrigue se répondent, se confondent même, comme des échos : Daniel est comme un double de Carax…

Comme une poupée russe, ce roman est un roman dans le roman. Chaque récit est comme le début d’un nouveau roman, les livres sont partout, omniprésents et leur pouvoir est fantastique, provoquant des drames en série.

Zafon utilise tous les ressorts du roman-feuilleton du XIXè, mais avec une modernité, un rythme échevelé. Barcelone est décrite comme une ville brumeuse, sombre, pluvieuse aux antipodes de la Barcelone ensoleillée que chacun peut avoir en tête.

C’est un roman époustouflant, ravageur, de ces romans qui vous poursuivent de jour comme de nuit… à lire, absolument !!!

Poster un commentaire

43 Commentaires

  1. J’avais été transportée à Barcelone le temps de cette lecture et j’avais adoré l’ambiance et l’histoire, malgré quelques invraisemblances qui m’ont irritée vers la fin ! Mais sinon, un vrai coup de coeur aussi 🙂

    Réponse
  2. l'inconnue qui n'aime pas lire

     /  décembre 21, 2011

    salut, je suis lycéenne et je dois lire ce livre pour la rentree et je n’accroche pas du tout. pourriez vous me raconter un peu ce qu’il se passe dans le livre svp ?

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :