« Les vaches rouge ou Un dernier amour » de Dorothéa Razumovsky

Défi à suivre sur le Journal

Oui, je suis heureuse, car on a besoin de moi. Peut-être chaque être humain n’a-t-il besoin pour être heureux que d’une seule personne qui ait besoin de lui. (p.177)

Madame le professeur a disparu de son petit appartement de la maison de retraite où elle a accepté de s’installer une fois « jetée à la porte » de chez elle, après le décès de mon mari, par une belle-fille manipulatrice, le monstre, comme elle la surnomme. Âgée de 80 ans, madame le professeur est une femme qui prend encore soin d’elle, qui observe ce petit monde de la maison de retraite avec un regard ironique et lucide. Avant de quitter sa maison, elle a embarqué le tout nouvel ordinateur portable de l’ami du monstre, elle a pris quelques leçons d’informatique à la maison de retraite, et depuis elle y consigne son journal…

Outre le premier et le dernier chapitres, tout le roman est écrit à la première personne, nous lisons le journal en train de s’écrire, sans date pourtant, juste un récit au jour le jour sur les évènements qui entourent la vie de la narratrice. Celle-ci fait un jour la connaissance de Vova, un jeune adolescent de 16 ans, d’origine russe, à la réputation déjà entamée. Mais avec la vieille femme, Vova se montre attentionné, s’occupe de sortir Cora, la petite chienne de Mme de la professeur. Assez secret sur lui et ses activités, Vova confie cependant, que dans son pays, vivent de belles vaches rouges que l’on trait 3 fois par jour. Il évoque alors de beaux paysages, et une certaine nostalgie pour ce pays lointain qui prend des allures de rêve. Entre la vieille femme et le jeune homme, une amitié se crée, une entre-aide, mais rien de si explicite, rien de certain, car Vova parle peu.

En dehors de ce lien, madame le professeur raconte les visites de la doctoresse, de la coiffeuse, du jardinier colérique, réfléchit sur son éventuel Alzheimer, sur la peur de paraître sénile et d’être dépossédée de ses biens par le monstre, sur le charme du vieux monsieur élégant, sur sa voisine qui s’endort devant la télé hurlante…  On partage avec elle l’ennui des après-midi chantant, des plateaux repas qui refroidissent dans le polystyrène … Livre sur la vieillesse, non ! comme le dit si bien la phrase d’Oscar Wilde mise en exergue : La tragédie de la vieillesse, ce n’est pas d’être vieux, mais d’être jeune. Si le corps est défaillant, on sent l’esprit encore alerte de la dame, sa détermination, son humour.

Le rôle de la veuve, de l’épouse du célèbre philosophe privée de son mari, ne me plaît pas du tout,mais il ne m’est sans doute pas permis d’en jouer d’autre. (p.65)

Son cher mari décédé, Silène, en prend d’ailleurs régulièrement pour son grade dans les pages de ce journal.

C’est aussi sans doute, un roman social. Il y a comme une mise en parallèle entre deux catégories sociales et deux classes d’âge : d’un côté la suspicion contre la vieillesse et le spectre d’Alzheimer, de l’autre la suspicion sur ces jeunes émigrés russes en Allemagne. Vova et Mme la professeur, pourtant d’âge et de classe sociale différents, sont, tous les deux, en marge de cette société, rebelle à leur manière, et c’est très agréable !

Enfin, la découverte de l’informatique et d’Internet par une femme de 80 ans est jubilatoire  :

J’ai pris mon nouveau livre,que j’étais enfin allé chercher, et me suis assise dans mon fauteuil.Vova a raison : j’aurais pu trouver toutes ces informations sur Internet, mais un livre reste un livre. On tient dans les mains quelque chose que l’on peut saisir par les sens, parfois même savourer. Me mettre au lit avec un ordaniteur ne me viendrait pas à l’esprit. (p.94)

Bref un beau roman à découvrir ! et une couverture qui colle parfaitement à l’esprit du roman !

Merci aux Editions Buchet-Chastel et à Denis L. pour sa confiance.

1/21

Poster un commentaire

15 Commentaires

  1. Cette rencontre d’une vieille dame et de l’informatique m’a l’air assez jubilatoire!… Tout comme la relation avec Vova qui me fait penser au roman de Barbara Constantine, « Tom, Petit Tom… »
    Ce qui est attirant c’est que le personnage principal parle de ce qu’elle fait et de ce qu’elle vit et pas tellement de ce qui a été son passé, non?… Mis à part quand elle évoque son mari peut-être?… En tous les cas, c’est ainsi que je le perçois à travers tes mots…
    Juste une question : combien fait-il de pages ce roman?… Il m’a l’air assez court et assez frais dans son déroulement, non?… Une lecture d’été à ton avis?…
    Ah oui! Et puis j’ai vu que tu avais noté « 1/21 » au bas de ton article : 21 c’est le nombre de SP que tu t’es fixé à lire pour ton défi, ou bien le nombre global de roman que tu veux lire pour ton défi? S’il dure tout l’été ce fameux défi, je crois qu’il va te falloir le réalimenter en livres alors… Parce que je suis sûre que 21 livres tu vas les « avaler » en un rien de temps ;-)…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 7, 2011

      Elle évoque aussi un peu son passé mais très peu et je crois que c’est plus pour situer le personnage ! et comprendre comment elle en est arrivée à cette maison de retraite !
      C’est effectivement un roman assez court : 176 pages seulement !
      Quant au 1/21 : 1 : livre lu et 21 : nombre de SP à lire, idéalement pendant le défi, histoire de se motiver, mais je verrais combien de jours je tiens ! En tout cas, c’est une expérience très agréable ! merci de tes encouragements 🙂

      Réponse
  2. Tu l’as lu dans une journée ? C’est génial ! Je devrais suivre ton exemple.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 7, 2011

      je l’ai lu entre hier après midi et ce matin, en tout 3h… c’est exaltant en tout cas !

      Réponse
  3. Yes ! un livre qui se lit en 3 heures, je prends !! Faut-il encore ne pas être dérangé toutes les 5 minutes pendant ce laps ?? Mais le sujet est intéressant et tord un peu le cou aux clichés !! J’ai une tante de 74 ans qui vient de se mettre à pianoter avec une aisance déconcertante, comme quoi !! Les temps ont (un peu) changé quand même… 😉

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 8, 2011

      Tu verras cette madame le Professeur est géniale ! 🙂

      Réponse
  4. Le titre est intriguant et ton commentaire donne envie. Je le note, merci ! L’auteur est Russe ?

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 8, 2011

      Elle écrit en allemand, mais sans doute a-t-elle des origines slaves… à voir !

      Réponse
  5. Oui, vu la façon dont tu en parles, je n’en doute pas !! Mais la sortie poche ne doit pas être encore prévue ?? Hum hum… 😉

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 8, 2011

      Il est sorti en mars dernier donc il va sans doute falloir attendre un peu ! je veux le prêter à ma maman, mais quand elle l’aura lu je pourrai te le prêter !

      Réponse
  6. Entre le sujet et ce que tu en dis, je suis bien tentée. Je le note!
    J’aime beaucoup le nouveau look de ton blog.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 8, 2011

      Un beau roman !
      Contente que la déco te plaise 🙂

      Réponse
  7. Pas trop tentée cette fois, je passe… Mais je ne crois pas te l’avoir déjà dit : j’adore ta nouvelle déco !!!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  juin 8, 2011

      Merci !!! je me suis amusée à changer le papier peint !

      Réponse
  8. Je ne connaissais pas du tout, mais tu donnes envie 🙂
    Je le note sur mon petit carnet, et merci pour cette jolie découverte !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :