« Chagrin d’école » Daniel Pennac

Suite à cette merveilleuse émission sur Daniel Pennac dont je vous ai parlée, je n’ai pas pu résister au plaisir de lire Chagrin d’école. J’ai retrouvé l’ambiance, le ton, les remarques amusantes, la façon très particulière qu’a Pennac d’évoquer son métier de prof de français.

Pennac aborde l’école sous l’angle du cancre… angle intéressant et original qui lui permet de revenir sur son propre parcours à la fois de cancre et de prof de cancres ! Aussi ce texte est à la fois un texte autobiographique et un essai sur l’école. Mais l’originalité de Pennac tient aussi à son propre style.

Plusieurs passages de Chagrin d’école m’ont renvoyée à l’émission de France 5, on retrouve les mêmes anecdotes et le même esprit. Mais le texte va plus loin. Véritable étude du cancre, ce livre m’a enthousiasmée parce qu’il va à l’encontre de tout ce que l’on peut entendre sur la question, et tente surtout de trouver des solutions. Sans tomber dans la démagogie, Pennac nous fait part de son expérience, de ses réussites, mais aussi de ses échecs qui sont de véritables douleurs d’enseignant… incontestablement ce livre nous donne envie d’enseigner, comme Marèse donne envie de faire des bébés !

J’ai ri, j’ai eu la larme à l’oeil, bref j’ai vécu ce texte, et cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps! Comme le précédent, j’ai trimbalé celui-là partout, provoquant des sourires amusés de voyageurs dans le RER en m’observant lire et rire (quelle belle rime !)

Je ne peux résister au plaisir de vous livrer un petit extrait :

Le comble étant que, dans les classes de banlieue où les professeurs m’invitent, une des toutes premières questions que me posent les élèves regarde la crudité de mon langage. […] On s’en « branle » à l’oral, on s’en « bat les couilles » à longueur de récré, on « nique ta mère » à tire-larigot, mais trouver le mot « couille » ou les verbes « branler » et « niquer » noir sur blanc, dans un livre, quand leur place ordinaire est sur les murs des toilettes, alors ça…!

Pennac n’est pas dupe de lui-même. Quand parfois son texte semble trop idyllique, frôle la démagogie, surgit le Pennac cancre d’autrefois, sa mauvaise conscience, et s’engage alors un dialogue entre le Pennac rédigeant son livre et le Pennac cancre du temps de son enfance, le Pennac qui peine à lire, qui a peur de se tromper, qui se fait virer de ses écoles…

Plusieurs réflexions m’ont intérressée, notamment cette défense de l’internat qui permet au cancre de ne plus mentir à ses parents, qui n’a plus peur de trouver des excuses pour cause de devoirs non faits… la peur, voilà le sentiment principal du cancre, sentiment à la source de tout…

J’ai trouvé intéressant aussi ce qu’il dit sur le par cœur. Apprendre des textes par cœur pour s’approprier véritablement le texte, pour bien le comprendre, pour faire sien Rousseau, Montesquieu, mais aussi Woody Allen… J’avais une prof de stylistique qui citait de mémoire des textes entiers, elle venait sans aucun livre, et illustrait son cour de citations qui émergeaient de sa mémoire. Cela me fascinait… Il faudrait donc s’y mettre !

Enfin vous l’aurez compris c’est un livre à lire et sans doute à relire !

NOTE : 9/10

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

30 Commentaires

  1. Un auteur s’interrogeant sur l’école et avec ses points de vue différents et complémentaires, je trouve cela très intéressant, pourquoi pas?

    Une prof de stylistique… cela semble bien pointu! Serais-tu devenu professeur à ton tour George?

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 8, 2010

      Tu m’as perçue à jour ! concernant Pennac c’est vraiment un beau roman !

      Réponse
  2. Je me souviens que cette lecture frisait effectivement parfois la démagogie mais que Pennac avait aussi le don de le reconnaître : certes il fallait intéresser les élèves, mais il avouait avoir lui même parfois échoué dans cette quête de l’intérêt à capter chez certains qui ne veulent absolument pas être intéressés.
    Dans tous les cas, son roman m’avait beaucoup parlé et je l’avais bien apprécié.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 8, 2010

      Je suis d’accord avec toi concernant la démagogie mais il sort bien ! et ce regard critique est très intéressant !

      Réponse
  3. Je pense comme toi pour ce roman, ce que tu dis, je l’ai ressenti lors de ma lecture. Ca fait du bien, des lectures comme celle-ci =)

    Réponse
  4. Je me souviens avoir assez aimé mais avoir ressenti quelques longueurs et répétitions par moment…

    Un moment agréable certes, mais un souvenir mitigé et moins enthousiaste que toi 🙂

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 8, 2010

      Des longueurs??? je n’ai pas trouvé mais je peux le comprendre !

      Réponse
  5. Prévu en lecture commune pour mars ;))

    Réponse
  6. Il est dans ma PAL et me tend les bras depuis pas mal de temps… J’ai prévu de le lire ces prochaines semaines!

    Réponse
  7. J’avais apprécié en son temps la lecture de ce livre, mais sans enthousiasme débordant non plus car au-delà du plaisir toujours renouvelé à lire Pennac, j’avais quand même trouvé beaucoup de démagogie dans son discours et quelques facilités aussi … c’est d’ailleurs peut-être pour cela qu’il a abandonné l’enseignement …

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 8, 2010

      Oui je comprends, mais je trouve qu »il garde un regard critique sur sa propre méthode !… quant à son abandon de l’enseignement il y a sans doute plusieurs raisons, et dans la mesure où il se rend dans de nombreux lycées on peut dire qu’il ne l’a pas vraiment abandonné ! 😉

      Réponse
  8. J’avais aimé la lecture sur le moment…. mais je n’en ai plus aucun souvenir 😦

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 9, 2010

      Ma lecture est fraîche donc difficile de savoir ce qu’il m’en restera… d’un autre côté je me rends compte que je n’ai aucun souvenir d’un autre livre de Pennac « Comme un roman » que j’ai même l’intention de relire… alors !

      Réponse
  9. Un peu trop manichéin parfois, tout de même. Mais on ne dira jamais assez que même les cancres peuvent réussir.

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 10, 2010

      J’en suis convaincue !!! il suffit de savoir les prendre, et de ne pas les cataloguer comme irrécupérables, comme le font malheureusement trop souvent certains profs ! d’autant que chacun d’entre nous cache un cancre en sommeil 😉

      Réponse
  10. J’ai beaucoup aimé cette lecture également mais j’ai trouvé ce livre bien en-deça des Malaussène !! 😉

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 10, 2010

      Je n’ai pas lu les Malaussène, mais j’en ai entendu beaucoup de bien… un jour peut-être !!! merci pour ton avis !

      Réponse
  11. franson

     /  février 16, 2010

    Je l’ai lu il y a longtemps déjà et je n’en ai pas gardé un grand souvenir. Je crois même avoir été déçue par rapport à ce que j’attendais de Pennac.
    Il faut dire que j’étais imprégnée de la lecture de « Présent » de Jeanne Benameur qui dépeint très justement le monde impitoyable (mais si) de l’école pour les enfants qui sortent des rangs tout en y glissant une petite lumière qui réchauffe . C’est exceptionnel et si vous êtes enseignants, vous n’en serez que plus touchés. (il est sorti en poche)

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  février 16, 2010

      Je vais me renseigner sur ce livre de Jeanne Benameur, auteur que je connais pas, décidément vous êtes une source de connaissances ! merci pour tous ces renseignements !

      Réponse
  12. eric

     /  mai 2, 2010

    je ne l’ai pas lu. Néanmoins, ma femme, prof de français de son état, m’a lu les passages que vous décrivez dans votre article.
    nous en parlions hier, elle souhaiterait utiliser certaines méthodes pédagogiques mentionnées dans le roman. soit l’emploi de la dictée systématique décortiquée et l’acquisition par l’apprentissage d’un fond littéraire.
    savez vous s’il existe une « bourse aux expériences » qui permettent d’échanger sur ce type d’experience
    merci

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  mai 2, 2010

      Bonjour Eric !
      Malheureusement je ne peux pas vous répondre, il faudrait regarder sur internet et les forums de profs… quoiqu’il en soit votre femme a raison de vouloir appliquer une telle pédagogie! faire apprendre par coeur des extraits littéraires me paraît très intéressant !

      Réponse
  13. Je l’ai lu le mois dernier. Ma chronique sera bientôt en ligne.
    J’ai beaucoup aimé. Travaillant dans la psychologie et l’éducation, certaines de ses réflexions m’intéressent. Comme vous la défense de l’internat a retenu mon attention.

    Réponse
  14. Flo

     /  mars 27, 2014

    Je suis une grande fan de Pennac, j’avais commencé par ce livre qui a été une véritable révélation et m’a fait beaucoup de bien!!

    Réponse
  1. Chagrin d’école de Daniel Pennac « Je Lis, Tu Lis, Il Lit

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :