« L’Italien ou le confessionnal des pénitents noirs » Ann Radcliffe

J’ai découvert Ann Radcliffe quand j’étais en fac de lettres et que nous étudions le Romantisme Noir et les romans gothiques… après Les Hauts-de-Hurlevent et Jane Eyre, l’univers de Radcliffe, plus noir, m’avait beaucoup séduite. J’avais plongée dans Les Mystères D’Udolpho avec angoisse et ce roman était resté gravé en moi. Quand Keisha m’a proposé de me prêter son exemplaire de L’Italien, j’étais très emballée, certaine de retrouver l’ambiance qui m’avait tant plu dans Udolpho.

On ne peut pas aborder Ann Radcliffe sans la replacer dans son contexte littéraire. Le Roman gothique voit le jour à la fin du XVIIIe siècle à un moment où l’on découvre et commence à s’intéresser à l’architecture gothique. Précurseur du romantisme, il pose les bases en mettant en scène des intrigues sentimentales  dans un décors de ruines, de souterrains, de pièces dérobées, mêlant le crime, les enlèvements. Les héroïnes sont souvent de jeunes orphelines innocentes sur lesquelles le sort  s’acharne. Les motifs de la reconnaissance et du déguisement fonctionnent à plein.

Comment aborder aujourd’hui une telle littérature? Il va de soi que tous les éléments du Roman Gothique ont été vus et revus autant dans la littérature qu’aujourd’hui au cinéma ou à la télévision. Lire Ann Radcliffe aujourd’hui, nous oblige à voir en elle une initiatrice du genre… et il faut reconnaître le côté démodé de cette littérature. Si les romantiques français ont repris les poncifs du roman gothique (comme George Sand dans Mauprat par exemple ou Victor Hugo), ils ont cependant su y mettre une réflexion qui manque dans le roman de Radcliffe. Ainsi George Sand dans Mauprat oppose-t-elle l’univers sombre et la pensée obscurantiste à une pensée philosophique pré-révolution française sur l’émancipation du peuple. Les couvents, les souterrains, le sadisme (au sens premier du terme) , les nuits ténébreuses et embrumées, créent une atmosphère angoissante mais qui a du mal à fonctionner à notre époque. Les personnages nous apparaissent stéréotypés : la jeune orpheline, le beau jeune homme courageux, le très méchant prêtre etc. et l’intrigue est finalement bien mince.

Aussi je dois reconnaître que je n’ai pas ressenti le même bonheur à lire L’Italien que j’avais eu en lisant Udolpho. Le Moine de Lewis, lu il y a 3 ans, sans me laisser un souvenir marquant, m’a semblé plus élaboré. Je regrette essentiellement un manque de réflexion, de pensée dans ce roman de Radcliffe dans lequel elle balade son héroïne de cellule de couvent en cellule de couvent… où chaque personnage se révèle être le père disparu, ou la mère que l’on croyait morte et qui finalement ne l’était pas…

Cette lecture m’était cependant importante pour aborder le roman de Jane Austen, Nothanger Abbey, dans lequel Austen fait une critique du roman gothique et prend comme cible Ann Radcliffe. Du même coup, j’ai bien envie de jeter un coup d’oeil à ce que dit Virginie Woolf sur ce même genre littéraire…

Un roman donc décevant mais qui peut être intéressant si l’on cherche à étudier le roman gothique!

Note: 6/ 10

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. tu sembles incollable sur le roman gothique…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  décembre 8, 2009

      Disons que le romantisme et moi on est copains depuis longtemps !

      Réponse
  2. Pour ma part, je n’ai jamais étudié la littérature anglaise, et je le déplore. Je n’ai encore jamais lu du Radcliffe mais ça me tente assez. Peut être pas celui-ci néanmoins, vu ton avis…

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  décembre 8, 2009

      Je n’ai pas non plus étudié la littérature anglaise, la française est déjà suffisamment compliquée… 😉
      Le mieux est que tu commences par « Les mystères d’Udolpho » !!! bonne chance !

      Réponse
  3. Pour moi une découverte, bah je l’ai lu au second degré, c’est plutot bien fait et amusant.. Et puis il est court!

    Réponse
    • leslivresdegeorgesandetmoi

       /  décembre 8, 2009

      Je suis d’accord avec toi, ça se lit bien mais au final c’est quand même un peu creux… je te le renvoie par la poste !!! merci encore pour ce prêt !!

      Réponse
  1. L’Italien ou le confessionnal des pénitents noirs, Ann Radcliffe « Je Lis, Tu Lis, Il Lit
  2. Les Challenges de la blogosphère Littéraire « Les Livres de George Sand et moi
  3. “L’abbaye de Northanger” Jane Austen « Les Livres de George Sand et moi

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :