Bilan Final du S.T.A.R 5


Dimanche dernier, s’est achevée la cinquième édition du S.T.A.R organisé par Liyah. Chaque semaine, j’ai rendu compte de mes lectures sans indiquer le nombre de pages lues. Il est temps ce matin de faire des révélations !

Semaine 1 = 481 pages

- Penelope Green : l’éventail de madame Li de Béatrice Bottet : 307 pages (lecture intégrale)

- Inconnu à cette adresse de Katherine Kressman Taylor : 93 pages (lecture intégrale)

- Le Monde infernal de Branwell Brontë de Daphné Du Maurier : 81 pages (lecture inachevée)

Semaine 2 = 510  pages

- Rose et la maison du magicien de Holly Webb : 339 pages (lecture intégrale)

- Les cinq écus de Bretagne d’Evelyne Brisou-Pelan : 44 pages (lecture inachevée)

- 12 contes de Bretagne de Jean Muzi : 78 pages (lecture inchavée)

- Home de Toni Morrison : 49 pages (lecture en cours à la fin de cette 2ème semaine)

Semaine 3 : 608 pages

- Home de Toni Morrison : 104 pages (lecture intégrale)

- L’oeil du loup de Daniel Pennac : 95 pages (lecture intégrale)

- Les cinq écus de Bretagne d’Evelyne Brisou-Pelan : 33 pages (lecture inachevée)

- La librairie Tanabe de Miyabe Miyuki : 223 pages (lecture intégrale)

- Fantômette contre Fantômette de Georges Chaulet : 153 pages (lecture intégrale)

Semaine 4 : 952 pages

- Blood Hollow de W. Kent Krueger : 475 pages (lecture intégrale)

- Attachement de Rainbow Rowell : 477 pages (lecture intégrale)

Le Rab du Week-end : 180 pages

- Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh (lecture inachevée)

TOTAL : 2731  pages

Lors du STAR 4, j’étais parvenue à lire 2310 pages, ce qui fait que j’ai augmenté mon score de 421 pages ! J’ai lu 9 livres en intégralité, et 4 livres dont la lecture est restée inachevée (soit des livres dont j’ai repoussé la suite, soit des livres lus avec mes enfants, soit une lecture toujours en cours).

Sans être un score mirobolant (au regard des résultats de certains autres participants) ce qui me réjouit dans mon bilan est cette augmentation progressive des pages lues semaine après semaine, et notamment la dernière semaine qui, si on inclut le week-end, m’a permis de lire un peu plus de 1130 pages. Je me dis donc que mon objectif 3000 pour le prochain STAR est envisageable.

Bravo à tous ceux qui ont participé à ce challenge et dont vous pouvez aller consulter les résultats sur le blog de Liyah, et merci à Liyah pour ce challenge et pour toute l’organisation qui l’entoure ! A présent, j’attends de pied ferme le S.T.A.R 6 !

Ce challenge est toujours très ludique et motivant.

"Xingu" Edith Wharton ("Un Jeudi, Un Livre #5)


Ce texte d’Edith Wharton m’a été suggéré par Matilda après mon billet sur Le vice de la lecture, il y a deux semaines. Je ne connaissais pas du tout cette nouvelle (quelques 50 pages), mais le sujet m’a tout de suite intéressée.

Dans une petite ville américaine, plusieurs femmes de la bonne société ont créé un club, Le Lunch Club, qui se réunit tous les jeudis après-midi pour discuter sur divers sujets culturels : la littérature, l’art, mais aussi la science. Or ce jeudi là, elles accueillent la célèbre une romancière très en vue : Orsic Dane. Toutes ont lu son roman Les Ailes de la mort, exceptée Mrs Roby, nouvelle arrivée dans le club, et peu appréciée par les autres membres. Mais cette rencontre ne va pas se passer comme prévue, quand Mrs Roby évoque le Xingu.

Dans cette société aisée américaine, les femmes de ce club ont pignon sur rue, et sont fières de leurs connaissances, et de leur supériorité. L’une revendique sa collection d’œuvres d’art, nécessaire dans sa situation financière, l’autre marque sa place par sa position de directrice du club… mais on se rend assez vite compte que ces braves femmes ne se jugent cultivées que par rapport à un niveau général assez bas. Mrs Leveret permet d’ailleurs aux autres de briller : Comme elle ignorait que sa valeur, aux yeux de ces dames, se bornait à celle d’un miroir leur renvoyant l’image de leur fatuité intellectuelle, elle s’inquiétait parfois jusqu’à se demander si elle était vraiment à la hauteur de leurs débats. (pp.12/13).

Edith Wharton dresse donc ici un portrait assez critique sur ces femmes riches et établies socialement, qui, fortes de cette position, pensent briller aussi par leur intelligence. Elles accumulent les peintures, les livres, mettent un point d’honneur à tout lire, à être au courant des dernières parutions. Elles sont en rivalité, à qui possédera le meilleur dictionnaire, ou le plus de livres. Toutes ces dames se prennent très au sérieux, et n’envisagent jamais la culture comme un loisir, un plaisir.

Pour ma part, je me demande comment, alors qu’il y a tant de livres auxquels on ne peut échapper, certaines personnes trouvent encore le temps de lire pour s’amuser. (p.13)

En cela ces femmes appartiennent donc à la fameuse catégorie des lecteurs mécaniques que définit Edith Wharton dans Le Vice de la lecture. La lecture n’est pas pour elles, un plaisir, une nécessité, mais un devoir social, presque une compétition.

Seule Mrs Roby aura les grâces d’Edith Wharton : ayant vécu au Brésil, intégrée sur recommandation au Lunch Club, jugée vulgaire par les autres membres, elle est celle qui va vriller la mécanique bien huilée en se servant de la présence de la romancière, elle-même peu disposée aux conversations vaines des dames du club.

En lançant une conversation sur le Xingu, Mrs Roby va prendre ses dames à leur propre piège. Car qu’est-ce donc que le Xingu? Ces dames, incapables de reconnaître une méconnaissance, vont s’enliser dans des dialogues plein de quiproquos et très drôles.

Une nouvelle donc très agréable et qui illustre parfaitement l’essai de Wharton sur la lecture.

Un Jeudi, Un Livre

Vous pouvez aller lire les billets des autres participantes à Un Jeudi, Un livre en allant LA!

Défi Mia : 9/12

Star 3

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 450 autres abonnés