"Les réputations" Juan Gabriel VASQUEZ (Rentrée Littéraire 2014 #6)


vasquez réputations couv.Les réputations de Juan Gabriel Vasquez est un roman que j’ai découvert début mai, trois mois avant sa sortie. Il faisait partie de la pré-sélection pour les Nouveaux Talents des magasins Cultura (dont je vous reparlerai). Autant vous dire donc que cette lecture commence à dater, mais, heureusement j’avais pris quelques notes et ce roman m’a suffisamment intéressée pour que je m’en souvienne. J’ai été tentée de ne pas le chroniquer, tant il m’est parfois fastidieux de retrouver des impressions d’une lecture qui date, mais, je me suis rendue compte que ce roman était peu, voire pas visible, sur les blogs, et je trouve cela dommage.

(suite…)

"Les Indomptées" Nathalie BAUER (Rentrée Littéraire 2014 #5)


bauer les indomptéesLes Indomptées est une saga familiale qui court sur tout le XXe siècle. Nathalie Bauer fait plus que raconter l’histoire d’une famille, elle nous livre l’histoire de sa propre famille en presque 500 pages. Qui dit saga, dit pléthore de personnages. L’originalité de ce roman est que sont insérées des photos en noir en blanc des personnages dont nous suivons le destin. Ces personnages de papier prennent alors un visage, une allure, grâce à ces photos.

(suite…)

"Dire, ne pas dire : du bon usage de la langue française" par l’Académie Française (Rentrée Littéraire 2014 #4)


dire ne pas direIl faut bien le reconnaître la langue française est vicieuse. Il suffit d’interroger un étranger apprenant notre langue pour qu’il nous dise à quel point la grammaire, la syntaxe et l’orthographe sont de beaux casse-têtes (d’ailleurs, on met un s à "casse" ?), mais sans aller chercher si loin, le martyr que vivent nos enfants quand on leur parle de dictée nous le rappelle tous les jours, et même nous, avouons-le, combien de fois ne nous demandons-nous pas quel accord est le bon ou si telle expression est correcte.

(suite…)

L’étoile morte de ma mélancolie – 11/09/02


ange 11 09 2014_1

"Prenez soin du chien" J.M. ERRE


Erre chienAprès ma lecture enthousiasmante du Mystère Sherlock, j’avais bien l’intention de poursuivre ma découverte des romans de J.M. Erre. Ma PAL s’assimilant de plus en plus à une librairie, il m’a suffi de saisir Prenez soin du chien sur mes étagères. Ce roman, paru en 2006, est le premier de J.M. Erre.

Construite autour deux journaux intimes, celui de Max Corneloup, auteur de feuilletons radiophoniques, et celui d’Eugène Fluche, peintre sur oeuf, l’intrigue de ce roman se situe dans deux immeubles en vis-à-vis. Max est persuadé qu’Eugène l’observe, et Eugène est persuadé que Max l’observe. Prenez soin du chien, c’est un peu Fenêtre sur cour en mode loufoque ! Tout va s’emballer quand Max, maladroitement, écrase Hector, le chien de Mme Brichon, sous un carton de livres pendant son emménagement.

(suite…)

"La morte amoureuse" Théophile GAUTIER


gautier la morte amoureuseLa Morte amoureuse est une nouvelle fantastique et romantique de Théophile Gautier, l’homme au gilet rouge de la bataille d’Hernani. Une fois n’est pas coutume, j’ai lu cette nouvelle sur ma liseuse.

Romuald, soixantenaire, prêtre de campagne, fait le récit de sa jeunesse et d’une rencontre étrange et mystérieuse avec une femme, Clairemonde, célèbre courtisane.

(suite…)

Bilan de lecture : Juillet et août 2014


logo-bilan-mensuel1Double bilan cette fois-ci qui va rassembler mes lectures estivales. Après plusieurs mois de rythme un peu plan-plan, ces mois d’été m’ont été bénéfiques même si le mois de juillet a commencé en douceur.

Mes lectures se sont partagées en trois catégories : les livres de ma PAL pour le plaisir, les livres de ma PAL pour le boulot et les services de presse.

Autre particularité des mois d’été, ils donnent naissance à des PAL estivales, je vais donc aussi faire le bilan de ces PAL afin de voir si elles ont été décimées ou pas. Un gros bilan en perspective.

(suite…)

Les Anciens sont de sortie – Challenge à contre-courant by Stéphie


challenge les anciens sont de sortieAlors que la Rentrée Littéraire 2014 commence à faire rage sur les blogs et dans les médias, où l’on parle du dernier Nothomb, Reinhart ou Carrière sans oublier d’Olivier Adam et j’en passe, Stéphie a eu la curieuse et ingénieuse idée de nous pousser à lire (enfin) tous ces romans des Rentrées Littéraires de 2010, 2011, 2012 et 2013 qui, une rentrée littéraire chassant l’autre, sont restés calés sur nos étagères !

Un challenge sur un an, pour rattraper notre retard, replonger dans les Rentrées Littéraires des quatre années précédentes, profiter des sorties poche pour démontrer qu’un livre sait attendre et qu’il n’est jamais trop tard pour les lire !

(suite…)

"La jeune fille à la perle" Tracy CHEVALIER


chevalier la perleLa Jeune fille à la perle est un roman historique fictif qui imagine le destin de la jeune fille qui aurait servi de modèle au peintre Vermeer pour son tableau éponyme. L’histoire se déroule à Delft en Hollande, Griet a une quinzaine d’années. Son père, céramiste, est devenu aveugle après l’explosion d’un four, privant alors sa famille de son revenu. Dans ces conditions, Griet est engagée par le peintre Vermeer comme servante. L’intrigue court de 1664 (date de son embauche) à 1676 (date du décès de Vermeer).

(suite…)

"Il est de retour" de Timur VERMES


Vermes il est de retourEt si Adolf Hitler se réveillait dans Berlin un matin de 2011 que se passerait-il ? Tel est le postulat de départ de Timur Vermes, journaliste allemand, de mère allemande et de père juif hongrois. Postulat intéressant et qui émerge dans un contexte international où les faits antisémites semblent refaire surface. Surfant à la fois sur le roman historique (avec des analepses sur le passé politique d’Hitler) et la veine burlesque (au sens littéraire du terme) et ironique, Timur Vermes dresse un portrait de notre époque et de l’Allemagne actuelle. Se servant d’un oeil naïf (pas tant que cela cependant), l’auteur balade son Hitler dans le Berlin moderne et notamment dans le milieu des médias (télévision, presse, youtube…). Montesquieu avait pris des Persans pour parler des parisiens du XVIIIe. S’il gardait la même époque, il se servait des Persans, issu d’un pays lointain aux moeurs différentes, pour donner un regard distancié sur les moeurs françaises. Ici, Timur Vermes conserve le lieu mais change d’époque entraînant certains parallèles qui font froids dans le dos.

(suite…)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 509 autres abonnés