« L’Oeil du Loup » de Daniel Pennac

Daniel Pennac est un auteur qui m’enthousiasme, et quand j’ai pris connaissance de l’existence de ce petit roman pour la jeunesse, j’ai eu envie de le faire partager à mes enfants en le leur lisant à voix haute. J’ai donc profité des vacances. Il s’avère que la maîtresse d’Antoine m’avait devancée, mais Antoine n’a pas rechigné à entendre cette histoire pour la deuxième fois.

Dans un zoo, un loup d’Alaska à la fourrure bleue va et vient dans son enclos. Un petit garçon depuis plusieurs jours est posté derrière les grilles à le regarder. Le loup veut l’ignorer, cet enfant l’énerve, il se comprend pas ce qu’il fait là tous les jours à l’observer. Le loup a un oeil fermé, une vieille histoire du temps où il vivait en liberté. A bout, le loup décide de planter son oeil dans les yeux du petit garçon. Et dans l’oeil du loup, tout le passé de celui-ci s’anime.

Pennac divise son récit en deux parties : l’histoire du loup puis l’histoire du petit garçon, Afrique, un orphelin qui a le don de parler aux animaux. La première partie du récit m’a plus séduite que la deuxième, même si cette dernière, en relevant davantage du conte, présente aussi beaucoup de charme.

L’auteur nous plonge dans les pensées du loup et c’est essentiellement cette focalisation interne qui m’a touchée. Pennac, par la pensée du loup, aborde ainsi plusieurs thèmes : le rapport de l’homme avec l’animal et notamment les trappeurs avides des fourrures des loups, la destruction de la nature par l’homme (la déforestation, par exemple) et la difficulté de l’animal à vivre dans un monde où l’homme est le principal prédateur et exploiteur de l’animal. La sagesse est incarnée par l’enfant, être simple, proche de la nature et futé qui comprend les bêtes, toutes les bêtes, les sauvages comme les domestiquées.

Dans ce conte, Pennac offre un hymne à l’animal en égratignant l’homme qui se révèle bien plus sauvage que le loup ou le guépard. Dans une langue simple, souvent drôle, il raconte une histoire sensible et juste. Le Zoo, prison pour animaux, devient, grâce à l’enfant, un endroit qui incarne alors une certaine utopie où les animaux et les hommes peuvent vivre ensemble. Chaque animal a son propre destin, sa propre histoire, et tous, par le biais du petit garçon, ont un lien entre eux. Pennac va au-delà des a priori réhabilitant chaque animal, les déchargeant des clichés et des réputations donnés par les hommes.

L’histoire d’Afrique, petit garçon orphelin qui a lui aussi subi les violences des hommes, est un être innocent. Ses multiples péripéties à travers le monde et ses diverses rencontres avec les animaux en font un personnage de conte moderne.

Un joli conte donc, à faire lire à nos enfants ou à leur lire.

Livre lu dans le cadre du Challenge TOTEM Loup, du Challenge S.T.A.R 5, du Challenge Animaux du Monde.

About these ads
Poster un commentaire

45 Commentaires

  1. touloulou

     /  novembre 13, 2012

    Je ne me souviens plus si j’ai lu ce livre ou pas.
    C’est vrai que les enfants adorent écouter les histoires, je travaille avec des 6-11 ans, et même ceux de 9 ans aiment quand on met un cd d’une histoire à écouter.

    Répondre
  2. Je note pour une lecture à mes petits-enfants pendant les vacances de Noël

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 637 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :